Anice Lajnef
Citoyen libre.
Abonné·e de Mediapart

125 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 oct. 2021

L'histoire qui s'accélère, les populismes et la finance

Y a-t-il un lien entre la montée des populismes et la crise financière que nous vivons ?

Anice Lajnef
Citoyen libre.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Qu'est-ce que la finance ? La définition la plus simple est de dire que c'est le business de la dette. 

Selon l'ex-banquier Jean Peyrelevade :
"Le système financier est l'ensemble des institutions dont la matière première est la dette. La finance émet de la dette, fait circuler de la dette, place de la dette, négocie de la dette." 

Notre économie est fondée sur la dette à tel point que notre monnaie n'existe que par la dette : c'est au moment de l'octroi d'un crédit que la monnaie est créée. La banque commerciale a donc le pouvoir de créer de la monnaie quand elle avance de l'argent à un client. 

De l'argent que la banque elle-même n'a pas ! De la monnaie qui est créée en tapotant sur un clavier d'ordi. La monnaie n'existerait pas sans un client en détresse, ou un client pressé de consommer, ou un client prêt à hypothéquer les 30 prochaines années de sa vie pour se loger. 

Les ménages qui n'arrivent pas à joindre les deux bouts empruntent à des taux revolving ou payent des agios élevés. Ils sont pénalisés. Certains nous diront qu'ils sont pénalisés pour ne pas savoir gérer un budget, d'autres diront qu'ils n'avaient pas à consommer des futilités.

La plupart du temps, ces ménages s'endettent car ils courent après la cadence infernale de la vie, ils sont en retard sur elle, et malgré leurs efforts, ils ont du mal à joindre les deux bouts. 

Au lieu d'aider ces ménages en difficulté, le système financier les leste de taux d'intérêts élevés. Le système les entraîne dans une course contre la dette, contre leur retard. Les banques se goinfrent sur ces ménages : en 2016, 6 milliards d'€ encaissés sur le dos de la misère.

Le crédit n'est pas seulement un outil destiné aux plus démunis pour rattraper leur retard sur la vie. Il sert aussi comme outil pour accélérer le temps, pour prendre de l'avance sur la vie, une vie que certains jugent trop courte pour mériter notre patience. 

C'est le cas du crédit à la consommation : "vous n'avez pas les sous, qu'à cela ne tienne, prenez un crédit et consommez !".
Jouissez de la consommation, vous travaillerez plus tard pour rembourser votre dette, et vous consentirez à travailler un peu plus pour payer les intérêts. 

Dans notre monde qui repose sur la dette avec intérêts, la consommation précède le travail. Nous pouvons consommer avant même de produire. Nous prenons une avance sur le temps grâce à ce fameux outil qu'est le crédit. C'est comme si le banquier avait un pouvoir sur le temps. 

En ramenant à aujourd'hui notre travail futur en cliquant simplement sur un clavier d'ordinateur pour créer la monnaie, le banquier est tel un prestidigitateur, un illusionniste, qui tire vers le présent notre vie future. 

Mais ce tour de passe-passe du banquier n'est pas gratuit. Il a un prix : les intérêts.
À bien y réfléchir, nous avons donné aux banques le pouvoir de faire commerce du temps. Le scolastique Thomas d'Aquin parle même du "vol du temps" ! 

En réalité nous ne payons pas seulement les intérêts, mais aussi la hausse des prix que génère cette création monétaire "magique", surtout quand les salaires ne suivent pas la cadence. 

C'est le cas avec les crédits immobiliers où au cours du temps, nous avons consenti à hypothéquer une durée de plus en plus longue de notre vie : 10 ans en 1967, 14 ans en 1997, 21 ans aujourd'hui en moyenne !  

La dette avec intérêts permet d'extraire sans limite les matières premières (bien que ces dernières en aient une), de produire toujours plus vite, pour consommer toujours plus. Cette accélération de la cadence à un double coût : un coût humain et écologique.  

Face à la cadence infernale que nous impose se système-dette, les corps stressent, ils fatiguent, ils lâchent. Ils sont moins protégés contre les virus, contre les cancers, contre les maladies en tout genre. 

Nous ne stressons pas nos corps seulement, mais nos esprits aussi. Tout va trop vite, et certains n'arrivent plus à suivre : la consommation d'anxiolytiques et des drogues explose, les désordres psychologiques aussi, les overdoses, les crimes, tout va trop vite !

Cette accélération du temps stresse aussi notre planète, avec un dérèglement climatique que certains arrivent à nier, malgré un consensus scientifique. Tout s'accélère, la consommation de CO2 comme le réchauffement climatique, tout va trop vite.

Toutes les courbes sont de nature exponentielle, comme la mère de toutes ces courbes, celle de la logique exponentielle de la dette avec intérêts. L'usure est par nature exponentielle, comme la reproduction des cellules cancéreuse. L'usure est un cancer.

Tout est accéléré. Le système financier a su profiter au maximum de notre manque de patience, qui est de fait sa matière première, pour nous vendre du temps, et voler une partie de notre existence. 

À cause de ce pacte que nous avons accepté avec l'usure, notre rythme biologique et écologique est déréglé. La cadence est trop dense, nous ne vivons plus à un rythme naturel, mais au rythme que l'usure nous impose. (1)

Même nos mœurs changent trop vite. L'immobilier étant de plus en plus cher du fait du crédit, il n'est pas rare de voir des jeunes en colocation ou chez papa et maman jusqu'à la trentaine. C'est la "génération friends", la "génération tanguy". 

En accélérant le temps de la reconstruction qui a suivi la WWII, nous avons dû faire appel à une main-d'œuvre en provenance des anciennes colonies. Ironie du sort, une main-d'œuvre prête à quitter leurs pays qui furent colonisés pour la plupart par l'arme de la dette.

L'immigration est une richesse quand le temps est pris d'intégrer les nouvelles populations, mais il peut être vécu comme un changement brutal pour une frange des Français. L'histoire s'accélère, un peu trop vite, et certains le ressentent légitimement comme un changement brutal. 

Pourtant, cette population étrangère est nécessaire à une économie qui repose sur la dette avec intérêts. Tout doit croître : la production et la consommation. 

Face à une population vieillissante, le système a besoin de sang nouveau, de force de travail à bon marché, peu importe s'il faut pour cela dérégler l'équilibre sociétal ! 

Les flux migratoires risquent en plus de s'accélérer à cause des dérèglements climatiques liés à notre économie usuraire. C'est un tsunami migratoire que nous annoncent les experts. 

Le business de la xénophobie va continuer d'être alimenter par la misère humaine qu'engendre notre économie fondée sur l'usure. 

On pourrait continuer, encore et encore. On comprend mieux ainsi la montée des populismes à la fin des cycles usuraires. La cadence va trop vite, les corps et les esprits lâchent, les frustrations sociales sont à leur paroxysme. 

Dans les années 30, l'immigration italienne et polonaise étaient pointées du doigt, aujourd'hui ce sont ceux venus d'Afrique. 

C'est tellement facile de trouver un bouc-émissaire à tous nos problèmes, alors que c'est bien plus compliqué de comprendre le monde complexe dans lequel nous vivons. 

Nous sommes en guerre. Contre un système qui profite de notre complaisance, qui nous offre un confort matériel provisoire. Un système qui profite de notre couardise surtout, celle de ne pas nous lever contre la logique usuraire qui nous détruit, et détruit notre planète. 

Est-ce qu'il est trop tard ? Allons-nous suivre nos prédécesseurs qui ont préféré la facilité du nationalisme et de la guerre ? Au lieu de remettre en question leur système économique fondé sur l'usure ? 

Nous sommes en guerre, et quoiqu'il arrive nous n'arriverons pas à suivre le rythme de l'usure. 

Reste à savoir si nous avons la capacité de nous remettre en question et d'inventer un système plus soutenable, ou est-ce que comme jadis nous allons subir un ralentissement forcé par notre bêtise, par les épidémies, ou par les guerres ?

Il ne tient qu'à nous de réinventer un monde libéré de la dette, pour vivre à un rythme naturel qui sied à l'homme comme à notre planète !

Anice Lajnef, Octobre 2021

(1) usure : terme ancien qui désigne la finance d'aujourd'hui

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod