La malhonnêteté intellectuelle de la BCE

Tant que l'inflation est contenue, la Banque Centrale Européenne respecte son mandat, et rien ne peut l'empêcher de continuer sa politique monétaire accommodante à destination de la finance et des multinationales. Mais invoquer une inflation limitée est un argument hypocrite et non recevable.

Pour générer de l'inflation, il ne suffit pas seulement de faire tourner la planche à billets. Il faut aussi que cet argent tombe dans les mains de ceux dont l'utilité de l'euro supérieur est primordiale.

Un euro en plus dans la poche d'un ménage pauvre, a une utilité marginale bien supérieure à celle d'un euro en plus dans la poche de Bernard Arnault.

Un euro en plus ou en moins sur le compte bancaire de Bernard Arnault ne va pas changer sa vie : il ne va pas se mettre soudainement à consommer en plus parce qu'il est un peu plus riche.

Le pauvre va s'empresser de dépenser cet euro supplémentaire, Bernard Arnault va l'empiler sur ses milliards déjà accumulés, dont une partie est bien au chaud dans des paradis fiscaux.

La politique monétaire de la BCE consiste à créer des milliers de milliards à destination de la finance et des milliardaires. La seule utilité de cette manne publique ne sert qu'à enrichir les plus riches, et à accroître les inégalités de richesse.

La seule inflation que cette injection monétaire crée, c'est l'inflation des marchés financiers et du marché de l'immobilier dans les grandes villes. Et cette inflation n'est pas prise en compte dans les indicateurs officiels de l'inflation.

Qui va avoir le courage politique d'arrêter cette mascarade ? D'autant plus que cette politique monétaire de la BCE a été mise en place suite à la crise de 2008, dont les responsables sont ceux-là mêmes qui bénéficient aujourd'hui de cette politique monétaire inéquitable !

Le seul mandat de la BCE devrait être de protéger les intérêts du peuple européen, et non celui d'une élite financière dont ses dirigeants sont issus.

 

Anice Lajnef, Septembre 2019

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.