Anice Lajnef
Citoyen libre.
Abonné·e de Mediapart

125 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 août 2019

Comment changer notre modèle économique pour sauver la planète

Le crédit et les intérêts bancaires posent des problèmes intimement liés aux dérèglements écologiques. Quelle alternative peut sauver notre planète de ce système financier destructeur ?

Anice Lajnef
Citoyen libre.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Notre économie repose sur la finance dont le fondement est le crédit avec intérêts. À tel point que sans crédit, la monnaie n'existerait quasiment plus, et notre économie s'effondrerait.

Le crédit permet de consommer aujourd'hui ce qui aurait dû être consommé demain. Il produit ainsi un effet accélérateur de la consommation, créant ainsi non seulement une dette financière, mais surtout une dette écologique transmise aux générations futures.

Les intérêts bancaires, quand à eux, créent un effet encore plus pervers: dans un monde sans intérêt, à chaque fois qu'une somme est remboursée, la banque se retrouve en capacité de financer à nouveau l'économie réelle. Rien n'empêche le volume total des crédits d'être stable.

Mais dans un monde avec des intérêts, le système bancaire est dans l'obligation d'augmenter le volume des crédits, seul moyen pour lui de s'accaparer techniquement les intérêts bancaires.

Sans croissance des crédits, les intérêts bancaires ne pourraient être payés, et le système bancaire ferait faillite.

Cette croissance des crédits se traduit naturellement par une croissance de l'activité économique. On comprend donc pourquoi notre système financier est accroc à la croissance !

Ce sont les intérêts bancaires qui obligent notre économie à croître sans cesse. Sans croissance, notre système bancaire s'effondrerait, et notre économie avec.

Notre monnaie qui repose sur la dette avec intérêts est donc dangereuse pour notre planète à deux niveaux : le crédit est un accélérateur de la consommation, et les intérêts obligent notre économie à croître sans cesse.

Il est incontestable que pour sauver notre planète il faut purger notre économie de sa composante financière.

Pour cela, il faut interdire la création monétaire par le crédit, et surtout interdire les intérêts bancaires.

La monnaie ne doit pas être créée par les banques commerciales au moment de l'octroi d'un crédit, mais la monnaie doit être à 100% émise par la banque centrale.

La banque centrale doit relever de l'Etat qui lui impose une création monétaire correspondant à une croissance économique soutenable. 

Dans un monde sans intérêts bancaires, pour éviter la thésaurisation de l'argent qui paralyse l'économie, il faut inciter les possédants à investir. Pour cela, il faut mettre en place des taux négatifs de l'ordre de 2,5%, dont les bénéfices retourneraient aux plus démunis.

Ainsi, dans ce nouveau modèle économique, la monnaie est au service du bien commun. Elle n'est plus considérée comme un privilège qui doit être accumulé par une minorité, mais comme une responsabilité où chacun joue un rôle en fonction de ses capacités.

La transition entre le modèle économique actuel et celui proposé ici est possible techniquement. Il faut pour cela que les individus en soient informés, et une volonté politique ferme, prête au bras de fer avec les forces de l'argent.

Anice Lajnef, Août 2019.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte