Cher Pôle Emploi

Cher Pôle Emploi,Je te remercie de m’envoyer régulièrement ces offres personnalisées qui montrent l’attention que tu me portes.La dernière en date m’a particulièrement émue.

Cher Pôle Emploi,

Je te remercie de m’envoyer régulièrement ces offres personnalisées qui montrent l’attention que tu me portes.

La dernière en date m’a particulièrement émue.

« Bonjour, Je vous propose de participer à une session de présélection pour un poste de conseiller de vente en duty-free sur l’aéroport Charles De Gaulle, mais aussi des postes basés sur Paris au sein d’une grande enseigne de luxe de renommée mondiale, en contrat à durée indéterminée, temps plein. Prise de poste immédiate. Formation assurée, débutants acceptés. A condition de maitriser couramment l’anglais et le chinois. Plusieurs postes à pourvoir. Bonnes conditions de travail, rémunération honorable. Travail en horaires décalés 4 jours par semaine, du lundi au dimanche. »

Un moment déjà que tu ne m’envoies que ça : des postes de vendeuse au Duty Free à Charles de Gaulle et des postes de réceptionniste à l’hôtel du même aéroport. Je n’ose même pas te demander la raison pour laquelle l’aéroport manque si cruellement de personnel : es-tu sûr, cher Pôle Emploi, de m’envoyer dans un endroit sûr ?

Mais la question de fond que je voudrais te poser est autre: pourquoi penses-tu que je serais faite pour ce genre de boulot ?

Bien sûr, il y a mon physique de mannequin, mais j’ose à peine croire que cet argument puisse être pris en compte par les recruteurs. Il y a aussi mes insomnies qui te font peut-être penser que les horaires décalés me conviendraient.

Je ne sais pas si mon doctorat en science politique te donne l’impression que je serais apte à régler les questions internationales délicates qui émergent entre deux flacons de parfum ou devant la caisse. Tu as peut-être noté que j’ai travaillé dans la diplomatie et en as conclu que je savais passer la pommade ? Est-ce plutôt, de manière générale, mon profil international, ou peut-être mes dix années d’expatriation qui font le poids ? Mon blog de Mediapart qui te ferait dire que j’ai de la tchatche ? Mon expérience d’enseignante qui te fait penser que je mènerai les clients à la baguette ? Ou peut-être as-tu lu mes publications et tu y as constaté une envolée qui convenait tellement à un aéroport ?

Enfin, je te fais confiance, cher Pôle Emploi. Si tu m’envoies cette offre, c’est qu’elle est pour moi. Tu as sans doute tes raisons de penser qu’un enseignant-chercheur à profil international serait une excellente vitrine pour la France, et que le Duty Free de l’aéroport serait le meilleur endroit pour l’afficher.

Juste une question. « Bonnes conditions de travail », je comprends, c’est joli les Duty Free et l’uniforme est d’un chic. Mais « rémunération honorable », ça ne sentirait pas le smic, ça ? Enfin bon, quelle importance. Vu ce qu’on gagne dans mon métier en France, ça ne fera pas une grande différence.

A tout à l’heure, cher Pôle Emploi. Je me maquille, je défais mon chignon de prof et j’arrive.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.