Anna Colin Lebedev
Oscillant entre sociologue et blogueuse...
Abonné·e de Mediapart

53 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 juin 2015

Cher Pôle Emploi

Cher Pôle Emploi,Je te remercie de m’envoyer régulièrement ces offres personnalisées qui montrent l’attention que tu me portes.La dernière en date m’a particulièrement émue.

Anna Colin Lebedev
Oscillant entre sociologue et blogueuse...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cher Pôle Emploi,

Je te remercie de m’envoyer régulièrement ces offres personnalisées qui montrent l’attention que tu me portes.

La dernière en date m’a particulièrement émue.

« Bonjour, Je vous propose de participer à une session de présélection pour un poste de conseiller de vente en duty-free sur l’aéroport Charles De Gaulle, mais aussi des postes basés sur Paris au sein d’une grande enseigne de luxe de renommée mondiale, en contrat à durée indéterminée, temps plein. Prise de poste immédiate. Formation assurée, débutants acceptés. A condition de maitriser couramment l’anglais et le chinois. Plusieurs postes à pourvoir. Bonnes conditions de travail, rémunération honorable. Travail en horaires décalés 4 jours par semaine, du lundi au dimanche. »

Un moment déjà que tu ne m’envoies que ça : des postes de vendeuse au Duty Free à Charles de Gaulle et des postes de réceptionniste à l’hôtel du même aéroport. Je n’ose même pas te demander la raison pour laquelle l’aéroport manque si cruellement de personnel : es-tu sûr, cher Pôle Emploi, de m’envoyer dans un endroit sûr ?

Mais la question de fond que je voudrais te poser est autre: pourquoi penses-tu que je serais faite pour ce genre de boulot ?

Bien sûr, il y a mon physique de mannequin, mais j’ose à peine croire que cet argument puisse être pris en compte par les recruteurs. Il y a aussi mes insomnies qui te font peut-être penser que les horaires décalés me conviendraient.

Je ne sais pas si mon doctorat en science politique te donne l’impression que je serais apte à régler les questions internationales délicates qui émergent entre deux flacons de parfum ou devant la caisse. Tu as peut-être noté que j’ai travaillé dans la diplomatie et en as conclu que je savais passer la pommade ? Est-ce plutôt, de manière générale, mon profil international, ou peut-être mes dix années d’expatriation qui font le poids ? Mon blog de Mediapart qui te ferait dire que j’ai de la tchatche ? Mon expérience d’enseignante qui te fait penser que je mènerai les clients à la baguette ? Ou peut-être as-tu lu mes publications et tu y as constaté une envolée qui convenait tellement à un aéroport ?

Enfin, je te fais confiance, cher Pôle Emploi. Si tu m’envoies cette offre, c’est qu’elle est pour moi. Tu as sans doute tes raisons de penser qu’un enseignant-chercheur à profil international serait une excellente vitrine pour la France, et que le Duty Free de l’aéroport serait le meilleur endroit pour l’afficher.

Juste une question. « Bonnes conditions de travail », je comprends, c’est joli les Duty Free et l’uniforme est d’un chic. Mais « rémunération honorable », ça ne sentirait pas le smic, ça ? Enfin bon, quelle importance. Vu ce qu’on gagne dans mon métier en France, ça ne fera pas une grande différence.

A tout à l’heure, cher Pôle Emploi. Je me maquille, je défais mon chignon de prof et j’arrive.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal — Climat
Face à la sécheresse, organiser collectivement la solidarité
La sécheresse est en train de dévaster l’Inde et le Pakistan. Ce type d’épisode, de plus en plus fréquent, ne se limite plus aux pays en voie de développement. En France, une vingtaine de départements font déjà l’objet de mesures de restriction d’eau.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Asie
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public