Anna Colin Lebedev
Oscillant entre sociologue et blogueuse...
Abonné·e de Mediapart

53 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 janv. 2013

Cher Monsieur Depardieu

Cher Monsieur Depardieu,Je vous remercie de tout coeur d’avoir demandé et accepté la citoyenneté russe.

Anna Colin Lebedev
Oscillant entre sociologue et blogueuse...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cher Monsieur Depardieu,

Je vous remercie de tout coeur d’avoir demandé et accepté la citoyenneté russe. Un grand geste dans un moment où – c’est curieux – tant de Russes cherchent à s’installer ailleurs et à prendre la nationalité d’un autre pays. Une histoire de pression fiscale, j’imagine.

La Russie a besoin d’hommes comme vous qui l’aiment et croient à son avenir. Des hommes qui iront s’installer au bord des forêts de bouleaux, dans des cabanes prêtées par Gosfilmofond1. Comme je vous vois déjà, Monsieur Depardieu, retroussant les manches, tel un bûcheron, dur à la tâche au service de son nouveau pays. Bouleaux et vignobles, même combat.

J'avoue: comme beaucoup j'avais d'abord pensé que des raisons bassement matérielles vous poussaient à prendre la nationalité russe. Depuis que je sais que seuls les résidents du territoire russe (six mois plus un jour de séjour effectif par an) étaient imposés aux conditions locales, j'ai compris que vous alliez planter solidement vos racines entre les bouleaux. Que vous aimiez la Russie sincèrement ou fiscalement, il va vous falloir y passer un peu de temps.

Autant qu'on vous mette un peu au courant du climat local.

Je vous soupçonne, cher Monsieur Depardieu, d'avoir suivi de loin l'actualité récente de votre nouvelle patrie. Et pourtant, quelle perspicacité!

Il n'y a que des grands sentiments en Russie, écrivez-vous. Comme c'est vrai. En ce moment, par exemple, ceux qui tiennent le haut du pavé sont la haine féroce et l'indifférence glaciale. Du beau, du théâtral, du sur mesure pour vous. L'objet? Mais l'objet vous importe-t-il?

Il porte pourtant un joli nom: «La loi cannibale». Je n'entre pas dans le détail, vous aurez bien l'occasion d'entendre parler de ça, une fois installé dans votre cabane. En gros, ça consiste à laisser mourir quelques milliers d'enfants handicapés dans les orphelinats russes pour montrer aux Etats-Unis que la Russie est une grande puissance. Vous ne voyez pas le lien logique? C'est normal, on est au pays des grands sentiments, pas chez les minables cartésiens.

Il y a quelques mois, une petite comptine circulait sur le web russe:

«Sans façons, au petit déjeuner

Poutine croque des bébés

Mais un seul, un peu tordu,

Par Chulpan sera secouru.»2

Aujourd'hui, au revoir Chulpan; le bébé tordu ira lui aussi dans la bouche de l'ogre.

Je dois vous dire mon cher Monsieur Depardieu que vous arrivez au bon moment. Jamais je n'ai entendu les intellectuels, artistes, penseurs, simples citoyens ouvrir autant les vannes et crier aussi fort dans tous les médias où c'est possible: «Soyez maudits! Toi Poutine et vous ses zombies parlementaires, que le sort de chacun de ces enfants soit mis dans la balance quand vous passerez devant le Juge suprême. Que vos enfants restent sans descendance, que vos femmes meurent seules, que vos maisons brûlent...» On est pourtant assez retenus chez les Russes, «beaucoup de pudeur» comme vous avez si joliment écrit. Mais pas dans ce cas-là: argumenter et militer n'est pas d'actualité. Car de l'autre côté, le froid est glacial et tout argument se heurte à une indifférence indestructible.

C'est pas cinématographique, ça, mon cher Monsieur Depardieu? Je suis sûre que vous allez aimer.

Oh, juste un petit conseil avant votre installation. Essayez de ne pas venir avec des proches et évitez surtout d'amener avec vous femmes et enfants. Car la Russie, on sait quand on arrive, mais on ne sait pas quand on repartira. Votre papa écoutait des radios soviétiques, il a dû vous parler des communistes français, anglais, espagnols etc. qui ont choisi de participer à la construction de l'Union soviétique et se sont installés dans ce pays. Je ne voudrais pas vous inquiéter, mais une grande partie d'entre eux ont fini fusillés ou condamnés à des années de camp. Quand on est comme vous un homme de conviction, ça va – «dans un pays aussi grand on n'est jamais seul », même dans un camp - mais c'est un peu embêtant pour les familles. Tenez, puisqu'on parlait d'enfants handicapés, lisez donc le petit livre «Blanc sur Noir» de Ruben Gonzalez Gallego. Un écrivain russe, si si, tout comme vous serez un acteur russe d'ici peu.

Cher Monsieur Depardieu, de grandes aventures vous attendent.

« Spasibo ! (Merci !)».

---

1 Organisme cinématographique étatique russe cité dans votre lettre, cher Monsieur Depardieu

2 "Утром Путин без затей скушал четырех детей. А пятого, помятого, спасла Чулпан Хаматова"

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Écologie : encore tout à prouver
Le remaniement ministériel voit l’arrivée du novice en écologie Christophe Béchu au ministère de la transition écologique et le retour de ministres délégués aux transports et au logement. Après un premier raté sur la politique agricole la semaine dernière, le gouvernement de la « planification écologique » est mis au défi de tenir ses promesses.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Histoire
De Gaulle et la guerre d’Algérie : dans les nouvelles archives de la raison d’État
Pendant plusieurs semaines, Mediapart s’est plongé dans les archives de la République sur la guerre d’Algérie (1954-1962), dont certaines ont été déclassifiées seulement fin 2021. Tortures, détentions illégales, exécutions extrajudiciaires : les documents montrent comment se fabrique la raison d’État, alors que l’Algérie célèbre les 60 ans de son indépendance.
par Fabrice Arfi
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier
Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci

La sélection du Club

Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.