Présidentielle russe: esthétique électorale

C’était avant le dépouillement, avant l’annonce de la victoire de Poutine, avant ses larmes sur la place du Manège. Il était minuit à Paris et huit heures du matin dans l’Extrême-Orient russe. Les bureaux de vote ouvraient, équipés pour la première fois de webcams, jusque dans les coins les plus reculés du pays. 91.000 caméras en tout.

C’était avant le dépouillement, avant l’annonce de la victoire de Poutine, avant ses larmes sur la place du Manège. Il était minuit à Paris et huit heures du matin dans l’Extrême-Orient russe. Les bureaux de vote ouvraient, équipés pour la première fois de webcams, jusque dans les coins les plus reculés du pays. 91.000 caméras en tout.

Les images étaient toutes redirigées sur un site et, en cliquant sur la carte, n’importe qui pouvait voir de ses propres yeux ce qui se passait dans les bureaux. Clic ! L’Oural. Clic ! Vladivostok. Clic ! Le district Yamalo-Nenets. Clic ! Le Caucase.

 

Cela avait quelque chose de magique, un drôle de voyage à travers la Russie des halls d’entrée des écoles, salles de gym, bureaux administratifs, maisons particulières. La webcam, vissée au mur, ne voyait que ce qu’on lui demandait de regarder. D’une certaine manière, c’était reposant, ces plans fixes où l’on se laissait aller à l’attente d’un mouvement, d’un passage humain et parfois de rien du tout. J’y ai passé une partie de la nuit.

Un peu floues et patinées, les images transmises par les webcams étaient à leur manière magnifiques, des ambiances et des couleurs proches de la Russie saisie par Lise Sarfati dont voici un aperçu:

l_image_23063_20089_7402.jpg

Merci, cher Poutine, pour ce voyage virtuel à travers la Russie dont le prix s’élève à près d’un milliard d’euros.

Ca n’aura pas  évité les fraudes – à quelques exceptions près, dont je vous parlerai prochainement –, mais ça m’aura permis de me constituer un joli album photo personnel.

* * *

Bureau de vote à Irkoutsk. Pas un électeur en vue, mais tous les symboles électoraux sont là: urne, isoloir, présence policière. La présence policière a des talons aiguilles et de jolies jambes...

ea2871f4dbbb.jpg

* * *

Bureau de vote rural dans l'Extrême-Orient. Les observateurs observent. Le chauffage n'est pas allumé.

77642910d71b.jpg

 

* * *

 Des robes et des écharpes en tricot sont à vendre au fond du bureau de vote

6288ddbf47ea.jpg

 

* * *

Il y a souvent un petit effort de mise en valeur de l'urne...

21f7d089d8db.jpg

 

* * *

L'une de mes préférées. L'installateur de cette webcam est un génie de la mise en scène.

585315360215.jpg

 

* * *

Une autre sur la solitude.

df76a8faa2f7.jpg

 

* * *

République des Komis. Est-ce une école de musique? Une salle du conservatoire local?

4b46ead70e75.jpg

 

* * *

On vote aussi dans les hôpitaux (les centres de réhabilitation?)

3f73c5c991bd.jpg

 

* * *

Dans la république du Birobidjan, la commission électorale attend. Le visage des femmes, comme le décor, en disent long...

48d93f6e7497.jpg

 

* * *

Changement d'ambiance. Nous voici en Tchétchénie, dans le village natal du despote local, le jeune Ramzan Kadyrov. Son grand portrait est visible à droite de l'image.

fb23f1a96569.jpg

 

* * *

Tchétchénie encore. Dans une république dévastée par les guerres, on vote en masse et en musique (les webcams étaient équipées de micros).

53dd5d84490d.jpg

 

Et si vous voulez voir le président tchétchène danser au bureau de vote devant l'oeil de la webcam, surtout ne vous en privez pas. Pour ma part, je préfère en rester à ces instants suspendus ou le vote russe n'était pour moi qu'une émotion esthétique.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.