mot de passe oublié
Soutien

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert

ABONNEZ-VOUS
Le Club de Mediapart lun. 8 févr. 2016 8/2/2016 Édition du matin

« La magie noire et ses secrets révélés »

 Ce que je vous offre aujourd’hui, c’est cinq minutes de magie suivies d’un quart d’heure de malaise.Les cinq minutes de magie sont dans la vidéo. Prenez le temps de la regarder, montez le son sur votre ordinateur. Au bout de la première minute, je parie que vous n’arriverez plus à en détacher les yeux. Après, on en discute.Ceux qui veulent la magie sans le malaise ne devraient pas lire la suite.
Нереально классный флешмоб 26.02.12 на Воробьевых горах © Саня Сим
Нереально классный флешмоб 26.02.12 на Воробьевых горах © Саня Сим

 

Ce que je vous offre aujourd’hui, c’est cinq minutes de magie suivies d’un quart d’heure de malaise.

Les cinq minutes de magie sont dans la vidéo. Prenez le temps de la regarder, montez le son sur votre ordinateur. Au bout de la première minute, je parie que vous n’arriverez plus à en détacher les yeux. Après, on en discute.

Ceux qui veulent la magie sans le malaise ne devraient pas lire la suite.

---

Nous sommes donc à Moscou, il y a un an. Une journée grise et glaciale du mois de février. Un ciel de plomb, un sol gelé, un vent perçant. La Colline des Moineaux (anciennement Monts Lénine), un lieu populaire de promenade à deux pas de l’Université d’Etat de Moscou. Grands espaces, architecture monumentale. Des promeneurs. Depuis quelque temps, un lieu de réunion pour danseurs en tout genre. A la belle saison, on y croise des groupes de salsa, de danse du ventre, de tango, mais là il fait froid, les promeneurs serrent les cols de leurs doudounes.

Et voilà que tout d’un coup, le lieu s’anime. Un poste de radio, une musique entraînante – un remix de Puttin’ on the Ritz de Irving Berlin - , un danseur de hip hop solitaire, puis des jeunes gens et jeunes filles qui rejoignent, les uns après les autres, le groupe de danseurs. Ils ont de l’énergie à revendre et des sourires jusqu’aux oreilles, ils ont le même look que tous les ados européens. On a envie de danser avec eux.

« Je connaîs ça, s’exclame mon lecteur fictif. C’est une flashmob ! » Donc, « un rassemblement dans un lieu public où les personnes exécutent des actions convenues d’avance avant de se disperser ».  C’est jeune, c’est rigolo, c’est souvent assez anticonformiste.

Les flashmobs sont à la mode, en Russie aussi.

Continuons. La « flashmob » de la Colline aux Moineaux semble très bien mise en scène.

Trop bien mise en scène ?

Voilà que débarquent dans le groupe de danseurs des balayeurs « au physique non-slave », comme aiment à dire les moscovites, avec leurs balais. Et oh, des militaires, pas tout à fait en uniforme réglementaire, mais bon...  Puis un couple de jeunes mariés qui sort d’une limousine pour danser avec la foule.

On se dit que tout ça a l’air d’être très bien préparé et plus du tout spontané. Une réalisation au cordeau, des danseurs qui connaissent leurs pas assez complexes et les mariés qui les connaissent aussi, c’est curieux. Et puis tout cet équipement professionnel : des sonos, au moins quatre caméras dont deux montées sur des grues et un drone. J’ose à peine imaginer la somme que les organisateurs ont dû débourser en pots de vin pour être autorisés à installer tout ce matériel.

On s’éloigne de la flashmob pour glisser doucement vers un spectacle de rue commandé et payé. Par qui ? Par le marié, pourrait-on imaginer...  « Chérie, la ville entière, balayeurs compris, dansera pour toi. » Les mariés qui ont l’air un peu déplacés et neuneus sont en décalage avec cette foule jeune et énergique.

Mais tout ça méritait-il un billet sur Médiapart ? Certainement pas, s’il n’y avait eu ces quelques secondes entre 5:10 et 5:20... La mariée, après avoir poussé des petits cris de goret tout au long de la vidéo, regarde avec bonheur la caméra et chante non plus « Puttin’ on the Ritz », mais « Poutin molodets », soit « Poutine est un chic type ». Deux fois de suite.

Attendez, attendez. Nous sommes en février 2012. Les élections législatives dont les fraudes avaient vu naître un mouvement massif de protestation en Russie avaient eu lieu deux mois auparavant.  A partir du mois de décembre 2011, des meetings avaient fait sortir un nombre inattendu de Russes dans les rues de Moscou.

Le 26 février 2012 - jour où la vidéo a été tournée - une autre flashmob a fait la une des médias. « Le grand cercle blanc », des milliers de citoyens se donnant la main sur le boulevard circulaire de Moscou pour former un cercle, en exigeant des élections justes et transparentes. Nous sommes une dizaine de jours avant les élections présidentielles qui allaient remettre Poutine sur le trône.

Une Russie jeune, énergique, souriante.

Tout d’un coup, la nausée me vient.

---

Post-scriptum.

Mikhaïl Boulgakov, Le Maître et Marguerite, chapitre XII, « La magie noire et ses secrets révélés »

 « – Dis-moi, ami Fagot, s’enquit Woland auprès du bouffon à carreaux, qui portait donc apparemment, outre « Koroviev », un autre nom, dis-moi, d’après toi, la population moscovite n’a-t-elle pas changé considérablement ?
Le magicien regarda le public muet de saisissement à la vue de ce fauteuil qui était apparu dans les airs.
– Considérablement, messire, répondit doucement Fagot-Koroviev.
– Tu as raison. Ces citadins ont beaucoup changé… extérieurement, je veux dire… comme la ville elle-même, d’ailleurs… Les costumes, inutile d’en parler, mais on peut voir maintenant ces… comment donc, tramways, automobiles…
– Autobus, suggéra respectueusement Fagot.
(...)
– Mais ce qui m’intéresse, naturellement, ce ne sont pas tant ces autobus, téléphones, et autres…
– Machines, suggéra Fagot.
– Précisément, je te remercie, dit lentement le magicien de sa profonde voix de basse, que cette question beaucoup plus importante : ces citadins ont-ils changé intérieurement ?
– Question de la plus haute importance, en effet, monsieur. »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

 boulgakov.jpg

 

Mikhaïl Boulgakov

LE MAÎTRE ET MARGUERITE

(1928-1940)

en exergue du livre :

– Qui es-tu donc, à la fin ?

– Je suis une partie de cette force qui, éternellement, veut le mal, et qui, éternellement, accomplit le bien.

GOETHE, Faust.

 

Je garde un souvenir ébloui de ce livre....