Grève à l'oral du bac de français!

«C'est un jour exceptionnel pour une action exceptionnelle : nous n'avions encore jamais été contraintes à faire grève un jour d'oral de bac. C'est une décision difficile, car nous aimons notre travail ; cette fois, la grève était nécessaire pour exprimer hautement notre opposition à cette réforme.»

Bonjour,

Un piquet de grève lundi 1er juillet au matin devant le lycée Mendès-France à la Roche-sur-Yon. Les grévistes sont peu nombreuses mais résolues : il leur fallait saisir le moment de cette journée d'oral du bac  pour porter un peu plus haut la voix de la protestation.
 

Bande son: Clarika/ Florent Marchet : "A la lisière"et "Même pas peur", album A la lisière, printemps 2019. 

Voici quelques paroles recueillies ce matin-là devant les banderoles : 

Non à la réforme Blanquer © Christelle Poitevineau Non à la réforme Blanquer © Christelle Poitevineau
                                     

"C'est un jour exceptionnel pour une action exceptionnelle : nous n'avions encore jamais été contraintes à faire grève un jour d'oral de bac. C'est une décision difficile, car nous aimons notre travail ; cette fois, la grève était nécessaire pour exprimer hautement notre opposition à cette réforme."

"Depuis plusieurs mois, nous avons essayé de dialoguer avec notre hiérarchie ; nous avons exposé nos motifs d'inquiétude et d'opposition à ce qui nous attend et ce qui attend les élèves à la rentrée prochaine. Aucun des points évoqués n'a fait l'objet d'une réponse positive."

"Dès la rentrée prochaine, des élèves n'auront pas de place dans le lycée de leur choix, n'obtiendront pas les spécialités de leur choix. Le nouveau programme du français tel qu'il sera imposé aux enseignants et aux élèves, avec des oeuvres classiques renouvelées chaque année, va accroître la charge de travail et mettre en péril le sens même de cet enseignement." 

"Notre grève aujourd'hui témoigne d'une mobilisation toujours présente et qui gagne en clarté et en évidence à mesure que nos actes nous engagent.

Toutes les protestations qui se déroulent en ce moment en France témoignent d'un refus massif impossible à ignorer : les enseignants ne veulent pas de cette réforme.

Alors on grève © Marilou Jordano Alors on grève © Marilou Jordano

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.