Anne Mongodin
Enseignante au lycée Rosa Parks (85)
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juil. 2019

Anne Mongodin
Enseignante au lycée Rosa Parks (85)
Abonné·e de Mediapart

Grève à l'oral du bac de français!

«C'est un jour exceptionnel pour une action exceptionnelle : nous n'avions encore jamais été contraintes à faire grève un jour d'oral de bac. C'est une décision difficile, car nous aimons notre travail ; cette fois, la grève était nécessaire pour exprimer hautement notre opposition à cette réforme.»

Anne Mongodin
Enseignante au lycée Rosa Parks (85)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bonjour,

Un piquet de grève lundi 1er juillet au matin devant le lycée Mendès-France à la Roche-sur-Yon. Les grévistes sont peu nombreuses mais résolues : il leur fallait saisir le moment de cette journée d'oral du bac  pour porter un peu plus haut la voix de la protestation.
 

Bande son: Clarika/ Florent Marchet : "A la lisière"et "Même pas peur", album A la lisière, printemps 2019. 

Voici quelques paroles recueillies ce matin-là devant les banderoles : 

Non à la réforme Blanquer © Christelle Poitevineau
                                     

"C'est un jour exceptionnel pour une action exceptionnelle : nous n'avions encore jamais été contraintes à faire grève un jour d'oral de bac. C'est une décision difficile, car nous aimons notre travail ; cette fois, la grève était nécessaire pour exprimer hautement notre opposition à cette réforme."

"Depuis plusieurs mois, nous avons essayé de dialoguer avec notre hiérarchie ; nous avons exposé nos motifs d'inquiétude et d'opposition à ce qui nous attend et ce qui attend les élèves à la rentrée prochaine. Aucun des points évoqués n'a fait l'objet d'une réponse positive."

"Dès la rentrée prochaine, des élèves n'auront pas de place dans le lycée de leur choix, n'obtiendront pas les spécialités de leur choix. Le nouveau programme du français tel qu'il sera imposé aux enseignants et aux élèves, avec des oeuvres classiques renouvelées chaque année, va accroître la charge de travail et mettre en péril le sens même de cet enseignement." 

"Notre grève aujourd'hui témoigne d'une mobilisation toujours présente et qui gagne en clarté et en évidence à mesure que nos actes nous engagent.

Toutes les protestations qui se déroulent en ce moment en France témoignent d'un refus massif impossible à ignorer : les enseignants ne veulent pas de cette réforme.

Alors on grève © Marilou Jordano

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier