Anne Mongodin
Enseignante au lycée Rosa Parks (85)
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mai 2021

Non à des examens sous pandémie!

Dans l'intérêt des élèves, nous demandons l'annulation des examens pour cette fin d'année scolaire. Notre protestation s’inspire directement de celles lancées par le collectif Lettres vives et par l’AFEF (Association Française pour l'Enseignement du Français). Le collectif Les citrons pressés rassemble des enseignantes et enseignants de français des lycées publics et privés en Vendée.

Anne Mongodin
Enseignante au lycée Rosa Parks (85)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

NON A DES EXAMENS SOUS PANDEMIE!

Pour bloquer Blanquer, les Citrons pressés font le mur! © Marlène Pineau

 Photo du collectif Les citrons pressés, printemps 2019  -  "Qu'un système produise un effet de découragement ne veut pas dire que tout le monde soit découragé"    (Jacques Rancière)

Pour le bien des élèves et des personnels, la suppression des examens de fin d'année est une nécessité!

 Angoisses sanitaires et pédagogiques : tel est l’étau dans lequel l’École est prise depuis plus d’un an, entre volonté de protéger élèves, familles et personnels et souci de ne pas éloigner les jeunes des apprentissages scolaires.

   Nous traversons une crise sanitaire majeure, nous la traversons avec nos élèves, tou·tes victimes de la confusion des injonctions ministérielles : ce sont treize millions de personnes concernées – sans compter les familles –, soit 20% de la population française. Comment, dans de telles conditions, exiger que l’année scolaire se termine comme d’habitude, c’est-à-dire par des examens, comme si de rien n’était?

   Absences chroniques d’élèves, infecté·es ou cas contacts. Arrêt maladie des enseignant·es, non remplacé·es en raison de la politique de recrutement déplorable du gouvernement. Classes fermées. Hybridation de l’enseignement dans certains lycées depuis novembre mais pas dans d’autres. Inégalités d’un travail à distance dues à des outils numériques indigents et à l’hétérogénéité de l’accès informatique pour les élèves…

   Toute l’année, le virus a mis à mal le travail pédagogique. Toute l’année, les apprentissages ont été émaillés par l’incertitude et l’angoisse. Et malgré cela, nous devrions coûte que coûte gérer la préparation au brevet, à l’EAF, au Grand oral, au BTS? Dans des conditions qui dépassent imagination et entendement?

   D’une part pour les épreuves écrites :

  • en français, les élèves de première sont interrogés sur un programme. Dans les conditions des derniers mois, comment apprendre à disserter ? Comment disserter sur une œuvre que les enseignants n’ont pas eu le temps de faire étudier ? Comment justifier que les aménagements annoncés le 5 mai au soir, une fois de plus prioritairement dans les médias, soient actés si tardivement ? Et quand transmettre encore le plaisir de lire, dans des conditions si dégradées?
  • en philosophie, les élèves de terminale passeront finalement leur épreuve écrite, mais pourront finalement conserver leur note de contrôle continu, si cette note est meilleure. Comment justifier une telle disparité entre les disciplines ? Et comment préserver maintenant les conditions de concentration, de motivation et  de sérieux en principe nécessaires lors d’un examen ?

D’autre part pour les épreuves orales :

  • En français toujours, pour les séries générales et technologiques, il est totalement impossible d’assurer l’étude du nombre de textes requis. Que penser face à la perspective de n’avoir plus que six ou huit heures en classe pour finir le programme et préparer les élèves de Première à l’Épreuve anticipée de français? Six ou huit heures pour calmer les appréhensions des élèves et préparer toutes les questions pratiques. Bien sûr, à côté il y a ces heures en « distanciel », mais l'enseignement à distance n'a rien à voir avec la force du cours, de l'échange direct, de la coprésence des corps dans une salle dédiée!
  • Pour le grand oral, le cadre dans lequel il va se dérouler prêterait à sourire s’il ne fallait, encore une fois, faire face à l’inquiétude des élèves et de leurs familles. Il est invraisemblable même d’envisager d’évaluer des prestations orales où les élèves porteront un masque! Comment évaluer leurs compétences en «communication, élocution, force de conviction»? Dans un exposé réduit à 5 minutes, on doit s’accorder sur le fait qu’on ne peut pas apporter beaucoup de connaissances. Doit-on accepter qu’un exercice annoncé comme un élément phare de la réforme  fasse aussi peu de cas des contenus et prétende encore préparer les élèves à l’enseignement supérieur?

   Le ministre a expliqué que les examens seraient maintenus et que nous saurions faire preuve de la plus grande bienveillance. Mais que signifie ce terme de "bienveillance" lorsque les œuvres au programme n'ont pas pu être travaillées, lues et étudiées en classe, collectivement, et avec l'étayage d'un·e enseignant·e? 

   Nous, enseignant·es de Lettres, refusons d’être cantonné·es au seul rôle d’examinatrices et d’examinateurs. Nous voulons rester des pédagogues auprès des jeunes, pour les accompagner au mieux dans leur parcours scolaire et leur acquisition réfléchie de savoirs émancipateurs.

   Nous refusons le psittacisme et le bachotage. Nous souhaitons une véritable appropriation des textes et des œuvres.

   Nous voulons que les élèves aient du plaisir à lire, à écrire, à exprimer leur avis, à partager leurs découvertes littéraires.

   Nous revendiquons des programmes faisables, avec des espaces de liberté retrouvés afin de nous adapter au mieux aux besoins des élèves.

   En conscience, nous ne pouvons pas faire passer des examens dans ces conditions, c'est pourquoi nous demandons que les épreuves de fin d’année soient annulées, pour cette seconde année de pandémie.

Suspendre les épreuves dès aujourd’hui permettrait justement aux élèves d’achever leur scolarité en français avec des lectures et des écrits qui les nourrissent, les émancipent et leurs ouvrent de nouveaux horizons. L’année scolaire retrouverait alors, pour les élèves et les enseignant.e.s, enfin un peu de sens.

 Pour aller plus loin et pour étendre notre protestation, des liens d'utilité publique: Collectif Lettres vives   et   AFEF

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal — Amériques
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale