Anne-Sarah Kertudo
Directrice de l'association Droit Pluriel
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 déc. 2021

Anne-Sarah Kertudo
Directrice de l'association Droit Pluriel
Abonné·e de Mediapart

Handicap, 4 clés pour que ça change !

Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !

Anne-Sarah Kertudo
Directrice de l'association Droit Pluriel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !

J’ai fondé Droit Pluriel, association mobilisée pour l’égalité des droits de toutes et tous. Engagée depuis vingt ans sur ces questions, je constate comme chacun que les choses avancent très peu.

Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer au même titre que la lutte contre le racisme ou l’égalité femmes/hommes.

Voici donc quelques pratiques nouvelles à adopter au quotidien.

  • Penser le « nous » inclusif.

Formatrice, je démarre toutes mes interventions par : « Avez-vous des besoins en termes d’accessibilité ? »

Quand on sait que 12 millions de personnes en France, une sur six, sont en situation de handicap, on ne peut présupposer que tout le monde entend, s’exprime, voit, se déplace sans difficulté… La surdité, la malvoyance, les troubles psychiques ou du spectre autistique ne se devinent pas : 80% des situations de handicap sont invisibles. Mais l’image du handicap est si dévalorisante que la personne concernée choisira souvent de se taire et de dissimuler ses difficultés.

En mention sur les formulaires de contact, les sites internet ou affichée dans les salles d’attente, cette simple phrase : « Merci d’indiquer vos besoins en termes d’accessibilité » autorise l’autre à demander ces petits gestes, cette attention supplémentaire ou cet aménagement sans crainte de se voir opposer un refus.

Pour affirmer votre prise en compte effective du handicap et votre volonté inclusive, il suffit de poser comme normale l’accessibilité

  • Parler d’accessibilité et non de handicap.

Dans les dictionnaires, en 2021, le handicap a encore pour synonyme l’infériorité. Tous les mots du handicap sont dégradants : je suis « déficiente », « invalide » comme un ticket qu’on jette à la poubelle, j’ai un taux de 80 % d’incapacité... Ce lexique ne fait que me condamner, car il n’apporte à mon interlocuteur aucun élément concernant les moyens de s’adapter à cette situation. Sourde, aveugle, en fauteuil roulant : oui, mais handicapée, à quoi bon ?

Par ailleurs, ce qui importe n’est pas mon dossier médical, mais seulement les solutions d’accessibilité qui permettront de ne pas être entravés dans la relation. Ce qui compte n’est pas de savoir si je suis aveugle ou malvoyante, mais le moyen de me communiquer une information : par écrit, oral, par voie numérique… Interrogez votre interlocuteur sur ce que vous pouvez faire plutôt que sur ce qu’il ne peut pas faire. 

  • Remplacer la bienveillance par le droit.

Le handicap est la première cause de saisine du Défenseur des droits. Les personnes en situation de handicap, confrontées à un environnement conçu comme si elles n’existaient pas, se heurtent quotidiennement à la discrimination.

Dans cet espace qui leur rappelle sans cesse qu’elles sont des anomalies humaines, elles ont développé la pratique de la débrouille. Elles espèrent toujours se trouver face à la personne sympathique qui ne leur refermera pas la porte au nez.

À cette dépendance quotidienne s’ajoute le fait que, depuis toujours, les personnes en situation de handicap sont prises en charge : c’est-à-dire que d’autres agissent pour elles. Elles sont tellement dépossédées de leur autonomie que se défendre, se révolter devant l’inaccessibilité, l’inégalité ou même la violence n’a rien de naturel. 4 femmes sur 5 en situation de handicap sont victimes de violences. Mais comment porter plainte ? Au commissariat, on leur dira de revenir lorsqu’il y aura un interprète en langue des signes...

Pour que l’égalité soit effective, il est urgent de mettre le droit au cœur de la vie de tous : ouvrons des ateliers d’initiation au droit et des permanences juridiques dans les écoles, les institutions fermées, les établissements médico-sociaux…

  • Se former : maitriser des réponses pratiques.

Les campagnes autour du thème « Changeons de regard sur le handicap ! » ont fait leur temps.

Comment renverser ses préjugés sans les informations qui permettent d’envisager autrement une situation ? Pour comprendre qu’il est possible d’être paralysé, porteur de trisomie 21 ou aveugle et en même temps, autonome, parent et électeur, il faut connaître ces situations, leur compensation individuelle et les solutions d’accessibilité.

Ces pistes sont des clés pratiques et simples que chacun doit s’approprier afin que l’an prochain, lors de la 30e année internationale du handicap, on puisse se dire enfin que les choses commencent à changer.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin
Journal — France
Sélection à l’université : « Quand réfléchit-on au droit à la réussite ? »
Des écarts scolaires qui se creusent avant le bac, un financement inégalitaire dans le supérieur et un régime de plus en plus sélectif symbolisé par Parcoursup : la « démocratisation des savoirs » prend l’eau, s’inquiètent les sociologues Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec, dans leur livre « L’université qui vient ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan