Anne-Sarah Kertudo
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 janv. 2020

Handicap: la construction d’une domination

Nous sommes sourds, aveugles, paraplégiques, trisomiques ou schizophrènes. Nous sommes malentendants, malvoyants, dyslexiques, autistes. On nous appelle «personnes handicapées». Nous représentons une, deux, peut-être trois personnes sur dix. Nous appelons à une révolution culturelle pour que disparaisse la barrière symbolique qui sépare la société en deux : «valides» et «handicapés».

Anne-Sarah Kertudo
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous sommes sourds, aveugles, paraplégiques, trisomiques ou schizophrènes. Nous sommes malentendants, malvoyants, dyslexiques, autistes. On nous appelle « personnes handicapées ». Nous représentons une, deux, peut-être trois personnes sur dix, il n’existe pas de recensement.

Nous adaptons notre quotidien, trouvant des solutions pour le déplacement, la communication ou la réalisation des gestes de tous les jours. Bon nombre de difficultés sont d’ordre pratique et se règlent par des réponses techniques, éventuellement humaines. De son côté, la société peine à s’adapter pour accueillir tous ses membres car elle reste conçue pour un individu standard, modèle purement imaginaire, exempt de toute fragilité. Cet individu de référence est physiquement, psychiquement, émotionnellement adapté à tous les contextes. Il est parfaitement mobile, réceptif à tous les niveaux de langage et il trouve toujours en lui les ressources pour conserver son équilibre. Dès lors, la personne qui manifeste une difficulté, un malaise, une gêne est perçue comme inadaptée et l’environnement n’est pas mis en cause.

Lorsque je ne peux pas accéder à un bâtiment faute d’ascenseur, lorsque je ne peux pas suivre les débats politiques faute de sous-titrage, lorsqu’aucun système de guidage ne me permet de me déplacer dans un tribunal, un hôpital ou une université, le message est clair : la cité n’a pas intégré mon existence. Je n’y ai pas ma place comme tout le monde. Ma présence est simplement tolérée.

Malgré les discours qui se succèdent, les lois qui s’accumulent, les personnes handicapées demeurent assignées à une humanité de seconde classe. Aujourd’hui encore, « handicapé » est une injure dans les cours d’école et l’image du handicap est si dévalorisante que personne ne peut se sentir à égalité sous cette étiquette. Tous les mots du handicap rabaissent et humilient : on est dit incapable, infirme, invalide. Comment être fier et incapable ? Fier et titulaire d’une carte précisant un taux d’incapacité égal à 80% ? Cette stigmatisation tend à enfermer les personnes concernées dans la honte. Pour échapper au jugement disqualifiant, on cache sa surdité, sa malvoyance, on dissimule le fait que l’on est autiste, que l’on a été hospitalisé en psychiatrie. Tout sauf appartenir à cette classe d’individus ni tout à fait humains ni tout à fait exclus de l’humanité.

La condescendance, la pitié et le mépris écrasent les personnes dites handicapées dans un sentiment d’infériorité. Dans les dictionnaires français, « infériorité » apparait d’ailleurs comme synonyme de « handicap ».

L’approche française a pour conséquence que les personnes concernées se perçoivent non seulement moins compétentes, moins capables, mais en outre se sentent redevables. Héritières d’une tradition dans laquelle leur existence ne relevait que de la charité religieuse, elle se sont habituées à ce que leur vie ne dépende que de l’aide, de l’assistance, des « efforts budgétaires » consentis au nom de la solidarité. J’ai pourtant les mêmes droits qu’une personne qui voit, qui entend, qui marche, qui parle... Je dois pouvoir aller dans les mêmes lieux, avoir accès aux mêmes services, me conformer aux mêmes devoirs. L’égalité ne peut reposer sur la bienveillance.

Les défenseurs des droits humains oublient souvent, parmi la liste des populations qu’ils défendent, les personnes handicapées. Or, leur place est là, il ne s’agit de rien d’autre qu’une lutte contre les violences et les discriminations. Les personnes handicapées sont néanmoins vues comme si différentes qu’on peine à leur reconnaître les droits les plus fondamentaux. Elles paraissent relever d’une catégorie à part, pas tout à fait douée de la capacité juridique, pas forcément sujet de droits, éternels enfants confiés au secteur médico-social qui serait seul à savoir gérer leurs singularités.

Une personne handicapée peut être placée dans une institution dans laquelle tout lui sera imposé : activités, horaires, menu... La sexualité lui sera éventuellement interdite. Ceux qui ont réussi à sortir de ces lieux ne décolèrent pas contre la violence de ce traitement qui s’apparente à une incarcération. Une personne handicapée pourra également travailler en ESAT : dans ces structures, où elle procèdera par exemple à du conditionnement, le droit du travail ne s’applique pas. Le SMIC, salaire minimum, n’est pas imposé à l’employeur. La Cour de justice de l'Union européenne a pourtant considéré que les conditions étaient réunies pour que ces femmes et ces hommes soient reconnus comme des travailleurs1. Enfin, les femmes handicapées sont encore plus fragilisées : 4 sur 5 sont victimes de violences selon la délégation aux droits des femmes du Sénat2. Pourtant, aucune politique d’ampleur n’est à ce jour envisagée. Lorsqu’une femme sourde se présente au commissariat, après un viol ou une agression, on lui dit de revenir plus tard : pas un commissariat en France ne propose un accueil en langue des signes.

Nous appelons à une révolution culturelle pour que disparaisse la barrière symbolique qui sépare la société en deux : « valides » et « handicapés ». Toutes les recherches ont montré que le concept de handicap ne correspond à aucune définition autre qu’institutionnelle et administrative. Impossible de fixer des critères biologiques qui identifieraient ainsi une population déterminée. Quand commence le handicap ? Le fait de porter des lunettes suffit- t-il pour me définir comme handicapé ? Le handicap n’est rien d’autre qu’un terme disqualifiant sur lequel se construit la domination des personnes qui se disent valides sur les autres. Cette domination a été rendue possible par la stigmatisation. Au lieu de constater que certaines situations faisaient naître un empêchement, on a dit que la personne elle-même était empêchée. On a ainsi créé une classe d’individus à qui on a refusé l’accès aux mêmes droits que les autres. Ces pratiques de soumission n’ont pas leur place dans une démocratie. Toute règle, tout comportement conduisant à une mise à l’écart, une discrimination, une humiliation doit être repensé et supprimé. La population doit être considérée dans son ensemble. Ses structures, ses services et ses politiques doivent inclure l’intégralité des membres de la collectivité.

La revendication pour l’égalité des droits par des populations dominées soulève toujours des résistances, facilement identifiables à travers la haine ou la brutalité qui les caractérise. La lutte des personnes en situation de handicap est, au contraire, étouffée par des déclarations de bonnes intentions, des propos débordant d’émotion, une condescendance que leurs auteurs ne s’autoriseraient jamais face à une personne qu’ils verraient comme leur semblable. Mais la réflexion progresse et des voix s’élèvent de plus en plus nombreuses pour appeler à une réelle prise de conscience : encourager à rendre visibles nos différences, sortir de la honte et de la peur, déconstruire l’infériorité intériorisée par ceux qui l’imposent autant que par ceux qui la subissent, reconnaître et renverser nos préjugés, exiger enfin l’égalité comme un droit et non une faveur. Nous avons tout à gagner à vivre dans un monde accessible à tous.

Anne-Sarah Kertudo

Directrice de l’association Droit Pluriel

1 CJUE 26 mars 2015, Gérard Fenoll c/ Centre d’aide par le travail « la Jouvene », n° C-316/13

2 http://curia.europa.eu/juris/celex.jsf?celex=62013CJ0316&lang1=fr&type=TXT&ancre=%20 2 https://www.senat.fr/rap/r19-014/r19-0148.html#toc313

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé