Anon
Accompagnement spirituel
Abonné·e de Mediapart

562 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 mai 2014

Ils ont dit... (2)

Anon
Accompagnement spirituel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

son ami Pierre, pêcheur de Galilée

Voilà, il est mort. Cette fois c'est fini, c'est bien fini. Il n'y a plus rien en nous. Il n'est plus là, il ne nous donnera plus jamais l'espoir, d'un geste, d'un regard, d'un mot. Il nous a tués ! Nous n'étions peut-être pas grand chose, pas bien riches, pas bien forts, pas bien malins, mais il nous aimait quand même, comme ça, comme nous étions. Et cet amour nous avait réveillés, nous avait donné des envies de vivre que nous ne nous connaissions pas. C'était comme une belle journée qui se lève sans qu'on s'y attende, et qu'on se croit revenus en enfance, avec que des amis, et de grandes parties de rire et de jeux. C'était comme un repas de fête, avec les musiciens qui nous habillent le cœur de légèreté, et le vin qui nous enivre de liberté, et toujours que des amis. Nous l'adorions.

Il nous impressionnait, aussi. Il n'avait peur de personne ! Ni des savants, ni des puissants. Les savants, il les stupéfiait d'abord, par ses paroles. Et ensuite, il les rendait pleins de confusion, ils n'y comprenaient plus rien, ils en perdaient leur hébreux ! En général, ils n'aimaient pas trop ça, mais nous ça nous faisait rire. Nous n'aurions pas été capables de trouver ces mots qu'il leur disait, mais nous sentions bien à quel point il avait raison, c'était tellement simple, évident, lumineux. Et les autres qui s'y emberlificotaient, c'était trop simple pour eux, sans doute. Reconnaître que tout ce qu'ils avaient appris, tout le temps qu'ils passaient à étudier, leurs lignées de maîtres dont ils se gargarisaient, tout cela n'avait servi à rien, ne servait à rien, c'était trop difficile pour eux. Il n'y en a pas eu beaucoup, en tout cas, pour se mettre de son côté.

Mais pour les puissants... Là nous ne riions plus, nous jubilions ! Ils avaient peur, eux. C'était eux qui avaient peur, de lui, de nous. Vous pouvez imaginer ça ? Nous, les bouseux, les maudits, les damnés, les moins que rien, nous faisions peur à tous ces salauds de riches qui se foutent complètement qu'on soit en train de crever de faim à leur porte. Et ces fumiers de prêtres qui s'engraissent sur nos offrandes, ils en chiaient de trouille dans leurs beaux habits de célébration. Et vrai, ils avaient de quoi. C'est qu'il nous avait gonflés à bloc, avec les temps nouveaux où il n'y aurait plus de place pour les riches, plus de lieux de culte, plus de rites obligatoires, et où nous, les derniers, nous serions les premiers. Et toutes ces guérisons qui se produisaient, tous ces gens qui se levaient, qui sortaient de leurs prisons, de leur mort. Oui, de leur prison et de leur mort. Quand chaque matin au réveil on ne sait pas si on va trouver du travail pour la journée, si on va pêcher assez de poisson, si la terre donnera assez de blé, pour qu'on puisse manger, juste de quoi survivre, pour qu'on ne se retrouve pas vendus comme esclave, on est en prison et déjà comme morts. On était des milliers, on était tous prêts à y aller, nous débarrasser une bonne fois pour toutes de tous ces parasites.

Et puis on n'a pas compris. On ne sait pas pourquoi, il a tout arrêté. Ce n'était pas ça, qu'on ne compte pas sur lui pour un truc de ce genre. Beaucoup ont pensé qu'il se dégonflait, ils sont partis. Nous, on a continué, on ne sait pas trop pourquoi non plus. Certains ont soutenu que c'était une tactique, qu'on était trop nombreux, on attirait l'attention, mais qu'il avait un plan. Et puis on l'avait suivi jusque là, qu'est-ce que ça nous coûtait de continuer, pour voir ? Et puis on n'avait pas vraiment d'autre solution, non plus, pas d'autres idées, de projets. Retourner à notre vie d'avant, ça ne nous bottait vraiment pas, ça ne voulait rien dire. Et puis, il faut bien le dire, eh bien, on l'aimait, quoi. Mais cette fois, on y est. C'est terminé. Il est venu se jeter dans la gueule du loup, et il n'y avait pas de plan, non. Ou alors il a foiré, mais ça revient au même. C'est fini. Il est mort, et tout ça n'a servi à rien. Rien ! Merde ! Je n'ai qu'envie de chialer, d'aller crever dans un coin, tout seul, me saouler à mort, tout oublier. Oui, c'est ça, tout oublier. Laisse béton ! Foutu Jésus, va...

Source : dieu qui se cache (3) : Ils ont dit...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart