Anon
Accompagnement spirituel
Abonné·e de Mediapart

562 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 mai 2014

Ils ont dit... (5)

Anon
Accompagnement spirituel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

son maître, Jean

Était-il le Messie ? J'ai pensé, un temps, que ce pourrait être lui. En tout cas, il m'avait marqué, je le sentais tellement semblable à moi, tellement fort en lui-même, exigeant, droit, assoiffé, que j'avais dit aux autres que, si jamais il m'arrivait un malheur — je savais bien qu'à force de dire leurs quatre vérités à ceux qui prétendent nous diriger, ils voudraient me faire taire, — eh ! bien, en ce cas, ce serait lui qui reprendrait le flambeau, qu'ils devraient le suivre. Je le considérais comme mon fils adoptif, mon héritier. Et peut-être même celui qui doit venir, celui qui nous ouvrira la porte du Royaume. Oui, c'était possible, surtout en pensant à ce qui s'était passé quand je l'avais baptisé. Mais après, j'ai eu des doutes, il avait tellement changé, je ne le reconnaissais presque plus, ce n'était plus lui, ce n'était plus moi. Et finalement, quand mon temps a touché à son terme, je ne savais toujours pas. Peut-être était-ce vrai, peut-être était-ce moi qui étais empêché de comprendre ce qu'il faisait. Je crois que j'ai rempli ma mission, et après tout, c'est tout ce qui m'était demandé.

Au début, il n'était qu'un pénitent parmi tant d'autres. Je l'avais remarqué, quand même, à cause de son vœu de naziréat, avec ses cheveux longs. Nous ne sommes pas si nombreux. Mais c'est tout. Il ne s'est pas fait baptiser cette fois-là, il était venu seulement pour voir, se rendre compte de ce qui se passait là. C'est normal, on entend parler de quelque chose, on s'intéresse, on veut se faire sa propre idée, par soi-même. C'était le cas de la plupart de ceux qui venaient. Il a dû regarder les baptêmes, discuter avec les uns et les autres, peut-être même avec quelques uns de ceux qui demeurent ici en permanence, mes disciples comme ils se nomment, et puis repartir, sans plus.

Il s'est passé plusieurs mois avant qu'il ne se montre de nouveau. Je mis un moment à me rappeler l'avoir déjà vu. Il ne semblait guère mieux décidé, pourtant je le découvris, à un moment, en face de moi, me posant des questions. Je lui répondis comme je le faisais d'habitude, rien de très particulier, la venue proche du Royaume, l'urgence de se convertir, de choisir son camp. L'illusion des sacrifices offerts au Temple, des rites superficiels par lesquels on croit pouvoir se marchander les grâces de Dieu, de tout ce qui est extérieur, mécanique, automatique. La seule offrande qui soit susceptible de Lui agréer, une vie droite, honnête, un cœur sincère, qui ne cherche pas à nuire à son prochain, un esprit clair, qui ne se complait pas dans les jouissances et le profit, mais qui recherche en permanence quel est le meilleur moyen de répondre à Ses attentes, bref, la justice. Et le baptême qui remet les compteurs à zéro pour ceux qui renoncent définitivement à leurs errements pour se préparer sincèrement à l'avènement du Messie. Il m'a écouté attentivement, j'ai senti qu'il adhérait au message. Il ne franchit pas encore le pas cette fois-là, mais j'étais convaincu qu'il y viendrait, et sans tarder.

J'avais raison sur un point : il est revenu rapidement. Je m'étais trompé sur un autre : il ne s'est pas encore fait baptiser à ce moment-là. La situation était un peu bizarre. J'avais rarement senti quelqu'un aussi proche de ma mission, dont l'esprit soit aussi accordé à mon enseignement, aussi, ce report de son engagement, toujours différé, m'interrogeait. C'était comme s'il voulait m'éprouver, ou s'éprouver lui-même. J'ai beaucoup prié pour lui, au cours de cette période de plusieurs mois, où il a fini par demeurer en permanence avec nous. La connivence n'a cessé de croître entre nous, il nous arrivait de nous comprendre d'un seul échange de regards, au sujet de certains pénitents, partageant les mêmes émotions, les mêmes hésitations, ou les mêmes admirations. Là-dessus, pour ma part, je n'ai jamais eu de doutes, il avait lui aussi une vocation. Avec mes autres disciples, aussi, il a su parfaitement s'intégrer, et conquérir les cœurs de plus d'un.

Il y eut enfin ce jour où le le trouvai face à moi, dans l'eau. Ce n'est pas que je ne l'attendais plus, mais j'eus bien un moment de surprise. Mon regard ne pouvait plus quitter le sien, c'est là que je compris à quel point il me dépassait. Un tel homme n'avait pas besoin d'être baptisé, du moins pas par moi. C'est ce que je me suis dit, dans un premier temps. Puis j'ai compris, alors, qu'en fait le baptême ne m'appartenait pas. Je n'étais que celui qui appelait, mais le baptême, lui, ne tenait son efficacité que de celui qui s'y soumet, et de Celui qui m'a envoyé appeler, bien sûr. Et, tout en le baptisant, m'apparût toute la justesse de ce long temps de préparation qu'il s'était imposé, et comme il révélait la profondeur de sa soif de Dieu, tellement au-delà de ce que j'avais pu pressentir jusque là, que je l'enviais presque d'être à ce point aimé de Celui qu'il cherchait. Ce fut un moment de très grande émotion, puis de très grande paix, pour moi.

Ensuite, c'est là que j'ai décroché. Il a disparu le soir même — certains, depuis, ont dit que c'était dans le désert, — mais je n'en savais rien, et, à moi, il ne me l'a pas dit par la suite. D'ailleurs, il ne m'a rien dit du tout. On ne l'a plus vu, c'est tout. Pendant quarante jours ? Peut-être ! Bien assez longtemps, en tout cas, pour que le simple étonnement, devenu d'abord rapidement inquiétude de ce qu'il lui soit arrivé un malheur, puis crainte de n'avoir pas été à la hauteur, laisse finalement le doute s'insinuer : peut-être avait-il flanché, était-il en train de se défiler, ou même m'étais-je complètement trompé sur son compte, m'étais-je moi-même illusionné. Qui n'a jamais connu de tels doutes, où la raison vacille au bord de la folie, où les faits que nous rapportent nos sens sont mis en cause par notre intelligence, ne sait pas encore ce que c'est que d'être humain. Ce qui m'a sauvé dans cette épreuve, ce sont tous ces gens qui continuaient de venir, et qui m'obligeaient à continuer de faire ce que je savais faire, mon job, quoi. Et pareil quand il a reparu dans les parages, et qu'il s'est mis à son tour à baptiser, un peu plus loin que moi, comme ça, mine de rien, et que mes disciples me lâchaient les uns après les autres pour aller vers lui.

Je n'ai pas osé aller le voir pour l'interroger. Ma fierté, sans doute. Oui, c'était ridicule, sûrement, mais cela aurait vraiment été au-dessus de mes forces. Et puis, en fait, ça n'a pas duré. Rapidement, il est reparti dans sa Galilée, et j'ai appris la suite comme tout un chacun, par le téléphone arabe. Et tout ce que j'entendais dire me laissait insatisfait. Pendant que moi je continuais de m'user à convertir Israël à une morale irréprochable, allant jusqu'à critiquer publiquement celui qui prétend être de nos rois, ce misérable Hérode Antipas, qui fornique avec sa belle-sœur, pendant ce temps, lui, s'adonnait aux plaisirs de la table, au point d'être surnommé le glouton et l'ivrogne ! Ce n'était plus mon Jésus ! Quel exemple donnait-il ainsi ? Il faisait croire aux gens que ça pouvait leur tomber tout cuit dans le bec, qu'ils n'avaient pas besoin de mériter leur paradis, comme si Dieu pouvait le leur donner, comme ça, gratuitement. Non, nous ne parlions plus du même Royaume, lui et moi. Mais d'un autre côté, il y avait tous ces signes qui se produisaient avec lui, tous ces gens guéris de leurs maladies, tous ces esprits impurs chassés, toute cette libération des corps et des cœurs, oui, comme si c'était Dieu lui-même qui lui donnait raison. J'avais l'impression d'avoir été le dindon de la farce...

Source : dieu qui se cache (3) : Ils ont dit...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — International
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut