Anon
Accompagnement spirituel
Abonné·e de Mediapart

562 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 mai 2014

L'histoire (14)

Anon
Accompagnement spirituel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De retour à la maison du disciple, Shimôn officialise ce que les femmes avaient constaté : le corps a bien été enlevé, on ne sait pas où il a pu passer ni qui a pu faire ça. C'est comme ça, il faudra faire avec. De toutes façons, dans leur situation, ils ne peuvent pas se permettre de mener une enquête, ni d'aller se plaindre auprès des autorités, qui, en plus, sont peut-être à l'origine de cette subtilisation... Puis, quelques jours encore plus tard, comme il ne semble pas qu'ils fassent l'objet de recherches actives, ils se risquent à sortir, et rentrent chez eux, en Galilée. Et chacun s'efforce de se retrouver une place dans la vie. Du côté des galiléens, il faut négocier le retour dans une famille qu'on a quittée depuis des mois, avec en même temps la honte de s'être trompé, d'avoir cru à ce qui s'est révélé n'être qu'un mirage. Devant les leurs, ils reconnaissent tout ce qu'on veut, qu'ils ont été naïfs, bêtes, lâches aussi pour avoir abandonné sans remords leurs responsabilités, mais en eux-mêmes, ce n'est pas si simple. Eux aussi tournent et retournent dans leurs têtes des idées obsessionnelles. Ça, c'est sûr que Yeshoua n'était pas le Messie, mais pourquoi il y a eu tous les signes, alors ? et puis même, sans ça, c'était quand même un mec super, et ils l'aimaient, vraiment. Ils découvrent ça : que ce n'était pas seulement qu'il les subjuguait, qu'il les faisait rêver, qu'ils l'ont pris pour la solution miracle à tous leurs problèmes, mais aussi, simplement, qu'ils l'aimaient. Mais c'est trop tard, il n'est plus là. Ils sont donc dans un travail de deuil, pas tellement d'ailleurs de deuil du vrai Yeshoua, mais bien de deuil de tous leurs fantasmes sur le Royaume, et le Messie, et tout ça, quoi...

Du côté judéen, le disciple ne peut rester longtemps sans s'ouvrir de ses interrogations devant les autres, Elazar, Martha, Maryam, Nakdimon, Yossef. Ils n'y trouvent pas d'explication satisfaisante, mais tous sont convaincus qu'il s'est passé quelque chose de hors du commun. Ils aimaient Yeshoua pour ce qu'il était, comme il était, eux. Ils n'avaient jamais bien courru derrière cette histoire de Messie qui chasserait les romains, non, ils avaient trop conscience de l'improbabilité d'un tel événement. Et guère plus cru à la possibilité de s'en prendre au sanhédrin... Non, ce qu'ils aimaient chez Yeshoua, c'était la finesse de sa pensée, son originalité, aussi. Ils étaient bien convaincus qu'il était en avance sur son temps, qu'il ouvrait un chemin d'avenir. Mais là, avec ça, ça devenait tout autre chose. Ce n'était plus seulement à un homme, qu'ils avaient donc eu affaire. Ils n'avaient pas connu la période des signes, eux, ou si peu, de loin. Là, maintenant, ils touchent de près au mystère. Ils se rendent compte qu'il y a bien plus que ce qu'ils avaient imaginé, que le ciel, ce n'est pas seulement des idées, qu'il peut avoir une réalité bien concrète qui vient bousculer notre ordre terrestre ordinaire.

Et peu à peu, en Galilée, quand ils arrivent au bout du processus de renoncement à leurs anciens rêves, à leurs anciennes conceptions, alors vient progressivement en eux la compréhension de ce que Yeshoua s'était efforcé en vain de leur faire découvrir. Oh ! ils ne le comprennent pas tous de la même façon, au même degré. Ils ne découvrent pas tous la présence en eux, et pour ceux qui le font, ce n'est pas forcément de la même façon que Yeshoua. Mais il se passe vraiment quelque chose, et pour plusieurs d'entre eux, à leur tour, les signes se mettent même à se produire, et ceux-là vont aussi se laisser prendre au même piège que leur rabbi. En Judée, on a compris, maintenant, qu'on avait peut-être jugé un peu vite de la naïveté des galiléens. Une chose est d'avoir entendu parler d'événements surnaturels, une autre chose d'en être témoins. Le disciple entreprend alors le voyage en province, pour retrouver ceux qu'il considère dorénavant pleinement comme ses frères spirituels. Les deux branches héritières se découvrent. Elles ont chacune fini par atteindre une réalité qu'elles n'avaient jamais soupçonnée de Yeshoua. Non, il n'est pas mort, c'est au contraire maintenant qu'il est le plus vivant dans leurs cœurs à tous.

Source : dieu qui se cache (2) : L'histoire

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La redevance sabordée, l’information en danger
Emmanuel Macron l’a décidé presque seul : l’audiovisuel public sera privé dès cette année des 3,2 milliards d’euros que lui rapporte cette ressource prélevée depuis 1948. Au nom du « pouvoir d’achat », le gouvernement s’apprête à faire peser de lourdes menaces sur les médias publics.
par Dan Israel
Journal
Outre-Manche, la BBC dans le collimateur du gouvernement
L’exécutif britannique veut changer le mode de financement du groupe audiovisuel public pour des raisons économiques et électoralistes. En janvier dernier, la ministre de la culture, Nadine Dorries, a expliqué vouloir mettre fin à la redevance, un système de financement qu’elle juge « obsolète ».
par Marie Billon
Journal — Gauche(s)
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal
Yaël Braun-Pivet, première femme au perchoir
La députée des Yvelines succède à Richard Ferrand au terme de deux tours de scrutin. Un poste qu’elle convoitait depuis de nombreux mois. 
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra