Anon
Accompagnement spirituel
Abonné·e de Mediapart

562 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 juin 2014

Points de vue différents

Anon
Accompagnement spirituel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Billet original : Points de vue différents

« Car je vous dis : Si votre justice n'a pas plus de profusion que celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez pas au royaume des cieux. 

« Vous avez entendu qu'il a été dit aux ancêtres : “Tu ne tueras pas ! Qui tuera sera passible de jugement.” Or moi je vous dis : Tout homme en colère contre son frère sera passible de jugement. Qui dira à son frère : ‘racaille !’ sera passible du sanhédrin. Qui lui dira : ‘fou !’ sera passible de la géhenne du feu. 

« Si donc tu offres ton présent à l'autel, et si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton présent, devant l'autel, et va ! d'abord réconcilie-toi avec ton frère ! Et alors, viens, offre ton présent. 

« Mets-toi d'accord avec ton adversaire, vite, tant que tu es avec lui sur le chemin : pour que l'adversaire ne te livre au juge, et le juge au garde, et tu serais jeté en prison. Amen, je te dis : tu ne sortiras de là que tu n'aies rendu le dernier quart de sou.»

Matthieu 5, 20-26

Matthieu entame ici une série de "il a été dit... et moi je vous dis..." qui correspondent assez bien à ce qu'il disait hier : Jésus n'abolit rien, au contraire, il invite à des comportements infiniment plus difficiles que ce que demandent la Loi ou la tradition. C'est certainement dans cet aspect des choses que s'enracine une mauvaise interprétation de ce qui a pu sembler du laxisme de la part de Jésus. Car, lorsqu'il prétend s'affranchir du repos du sabbat, par exemple, c'est sa position qui est en réalité beaucoup plus difficile à observer. Car il ne dit pas qu'on puisse faire n'importe quoi, ce jour-là, et ses 'transgressions' ne consistent pas non plus à faire n'importe quoi. Et il est certainement plus facile de dire : "le jour du sabbat, on ne fait rien", que de dire : "le jour du sabbat, on n'a le droit de faire que du bien". Nous y reviendrons quand nous en serons aux passages sur le sabbat, mais retenons déjà que c'est là une constante des enseignements de Jésus : ce qu'il demande est en réalité toujours plus exigeant que de simplement se référer à des règles extérieures fixes.

Ceci est très clairement le cas dans ce que nous avons aujourd'hui au sujet de "tu ne tueras pas !". Il est évident que la Loi ne se limitait pas à interdire le meurtre, en sous-entendant qu'on pouvait à part ça faire n'importe quoi à n'importe qui sous n'importe quel prétexte, pourvu que la mort ne s'en ensuive pas ! La Loi comprend de nombreuses règles incitant à limiter les atteintes corporelles. Mais ce n'est pas dans ce sens que Jésus veut nous inviter à réfléchir. S'il part de "tu ne tueras pas !", ce n'est pas pour aborder tout le spectre des agressions physiques possibles et imaginables, mais pour nous faire sortir du seul domaine corporel, et remonter en nous aux racines de la violence. Nous sommes invités à passer de l'acte de violence au sentiment de violence, pour nous interroger sur son bien fondé. Et, parallèlement, nous passons aussi d'un tribunal extérieur, symbole de la justice des hommes, tel le sanhédrin, au tribunal intérieur de notre conscience, symbole de la justice de Dieu, évoqué par la géhenne citée dans le dernier exemple.

Il y a une double cohérence dans cette démarche à laquelle Jésus nous convie. Le Dieu qu'il est venu nous révéler est un Dieu qui n'est plus extérieur aux hommes mais proche d'eux, et même en eux. S'ouvrir à ce Dieu implique donc aussi de passer d'une notion de justice toute extérieure, basée sur des règles qui s'imposent publiquement à tous, à une justice intérieure, où nous nous examinons nous-mêmes à la lumière de ce Dieu en nous qui nous y éclaire. Mais parallèlement, aussi, la découverte de Dieu en nous nous amène à comprendre qu'il est forcément en tous, pas seulement en nous, et que le respect de ce même Dieu présent en tous nous force encore à sanctuariser l'autre, à ne jamais oublier qu'en voulant nous en prendre à lui, c'est à Dieu que nous nous en prenons. C'est ce second aspect qui justifie la maxime suivante à propos des offrandes à l'autel. Car ici, la démarche franchit encore une étape. Cette fois, il n'est même plus question que nous ayons du ressentiment contre notre frère, mais que ce soit lui, seul, qui en ait contre nous. Et Jésus dit : si quelqu'un a quelque chose contre vous, même si vous n'y êtes pour rien, vous ne pouvez pas vous présenter ainsi devant Dieu.

De fait, nous nous approchons donc maintenant très près de l'amour des ennemis, qui est, à mon sens, le summum de l'enseignement de Jésus, et que nous verrons bientôt. La dernière sentence nous fait retomber un peu plus bas, en invoquant la crainte de la prison pour nous inciter à faire des efforts pour nous entendre avec les autres : nous sommes très loin des vraies raisons qui peuvent nous mener à aimer jusqu'à ceux qui nous haïssent ! Le seul fondement de l'enseignement de Jésus, c'est le Dieu Père de chacun, c'est sa présence en toute personne, laquelle devient par là-même sacrée. Ce qui ne veut évidemment pas dire que ce soit facile ! Oui, je suis bien convaincu que Dieu est en tous et en chacun(e), mais quand l'un ou l'autre a un comportement agressif à mon égard, j'ai bien sûr comme tout le monde envie de lui rendre "œil pour œil et dent pour dent". Ceci restera vrai tant que la présence de Dieu en nous ne sera pour nous qu'une conviction et non une expérience. C'est bien pour cette raison que la première démarche à faire est de nous tourner vers nous-mêmes, d'apprendre à nous connaître, de 'prier', c'est-à-dire de savoir entrer dans le silence intérieur, condition indispensable pour qu'Il puisse se révéler à nous.

Une dernière précision, pour éviter un contre-sens sur lequel beaucoup trébuchent. Aimer n'est pas approuver n'importe quel comportement. Aimer n'est pas dire au meurtrier que c'est bien qu'il ait commis son meurtre, ni à celui qui m'injurie que je suis content qu'il m'injurie... Mais aimer est vouloir trouver en l'autre Dieu, qui est sa réalité plus profonde que son injure, et aimer est vouloir aider l'autre à le trouver, lui aussi, en lui.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — Politique économique
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan