Anon
Accompagnement spirituel
Abonné·e de Mediapart

562 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 mai 2014

Autorisation de service

Anon
Accompagnement spirituel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Billet original : Autorisation de service

« Amen, amen, je vous dis : le serviteur n'est pas plus grand que son seigneur, ni l'envoyé plus grand que celui qui lui donne mission. Si vous savez cela, heureux êtes-vous, si vous le faites ! 

« Ce n'est pas de vous tous que je parle : moi, je sais ceux que j'ai élus, mais c'est pour que l'Écrit s'accomplisse : Celui qui mange mon pain a levé contre moi son talon. Dès à présent je vous dis avant que la chose arrive pour que vous croyiez, quand cela arrivera, que Je suis. 

« Amen, amen, je vous dis : qui reçoit celui à qui j'ai donné mission me reçoit et qui me reçoit reçoit celui qui m'a donné mission. »

Jean 13, 16-20

Le découpage liturgique rend ce passage quelque peu incompréhensible. Nous devons d'abord le situer dans son contexte. Nous sommes juste après le lavement des pieds, à la suite duquel Jésus vient d'expliquer aux disciples que si, lui, le maître, leur a lavé les pieds à eux, les disciples, à plus forte raison doivent-ils, eux, les disciples, se laver les pieds les uns des autres, c'est-à-dire se mettre en position de serviteurs. C'est cette idée que reprend une nouvelle fois notre premier paragraphe du jour, c'est ce que signifie ce "si vous le faites" (ou "si vous le mettez en pratique", selon les traductions) : heureux êtes-vous si vous savez que vous n'êtes pas plus grands que moi, et si, en conséquence, vous agissez en serviteurs les uns des autres.

Puis vient une allusion à Judas. Jean est l'évangéliste qui a le plus préparé le terrain à l'avance, par ces annonces qui parsèment tout son évangile qu'un des douze trahira Jésus. Il en est presque malhabile, ici. Prétendre que Jésus n'inviterait pas Judas à entrer lui aussi dans la démarche du serviteur, c'est sous-entendre que Judas était condamné à l'avance à accomplir son geste, qu'il n'aurait eu aucune possibilité d'échapper à son destin, et par conséquent qu'il était indifférent, à cet égard, qu'il fasse ou non des efforts pour avoir une vie droite par ailleurs ! Jean nous rappelle donc d'abord son leit-motiv du Jésus qui maîtrise et domine tout : c'est lui qui a choisi les disciples, il sait ce qu'ils valent, et s'il a pris parmi eux Judas, c'est en parfaite connaissance de cause, et c'est parce qu'il le fallait "pour que l'Écrit s'accomplisse". Cette histoire d'accomplissement des Écritures peut nous faire doucement rigoler, car on pourrait trouver dans l'ensemble de la Bible des milliers d'autres citations qui auraient pu justifier des milliers d'autres scénarios que celui qui a finalement été retenu... La réalité est que Judas a été choisi comme bouc émissaire. Il valait mieux en sacrifier un seul dans le rôle de celui qui a 'merdé', que d'avouer qu'ils avaient tous plus ou moins trempé dans cette lamentable affaire qui a abouti à l'arrestation de Jésus. Ce sont peu ou prou les douze qui "ont mangé son pain et levé contre lui leur talon" (voir par exemple dieu qui se cache : L'histoire pour plus de précisions). Ce qui n'empêche évidemment pas Jean de réitérer de suite encore son thème du Jésus qui sait tout, en présentant cette annonce anticipée comme une preuve qui leur permettra après coup de le croire... ici, on atteint les sommets !

Et puis arrive ce dernier paragraphe, qui introduit une idée nouvelle, sans que rien ne nous y ait préparé, idée qu'on ne retrouvera pas non plus par la suite. Nous connaissions déjà les deux étages grâce auxquels Jean est venu intercaler Jésus entre le Père et nous. Puisque Jésus est la copie conforme du Père, nous n'avons plus à nous tourner vers lui, nous devrions au contraire, selon l'auteur, ne nous tourner désormais que vers Jésus seul. Et voici la suite 'logique' : nous n'aurons à l'avenir même plus à nous tourner vers Jésus, nous pourrons nous contenter de ses fidèles lieutenants, les disciples. La voie est ouverte pour un pape quasi-dieu sur terre... ou pour Marie, la voie par excellence pour accéder à Jésus, lequel à son tour nous permet d'accéder au Père... tous ces raisonnements par lesquels une institution essaie de se rendre indispensable, au lieu de se rappeler justement que son seul rôle devrait être celui du serviteur. Ce paragraphe pose en fait question. Les commentateurs avisés qui veulent bien le reconnaître parlent de "bloc erratique" : on ne comprend pas ce qu'il vient faire ici, il introduit une notion qu'on ne retrouve nulle part ailleurs dans l'évangile, et produit une rupture dans le déroulement du récit.

Alors, ceux qui tiennent absolument aux évangiles comme "parole d'évangile" cherchent un parallèle dans les synoptiques, et croient le trouver dans ce passage de Matthieu : "Qui vous accueille, m'accueille. Et qui m'accueille, accueille qui m'a envoyé." (Matthieu 10, 40) Effectivement, c'est la même idée. Sauf qu'en fait, on ne fait ainsi que repousser encore un peu plus loin la même question. Car ce passage, Matthieu l'a d'abord copié chez Marc, mais en le déformant : "Qui accueille un de ces petits enfants en mon nom, c'est moi qu'il accueille. Et qui m'accueille accueille celui qui m'a envoyé" (Marc 9, 37). On voit que la formule est très proche dans sa forme, mais complètement différente dans son sens puisqu'il s'agit ici d'accueillir tous les petits, les pauvres, les laissés pour compte de la vie, et non les représentants auto-proclamés de Dieu sur terre... et à nouveau se pose la question : d'où Matthieu a-t-il tiré son idée de modifier ainsi le sens de sa source, d'autant que chez lui non plus le thème ne sera repris nulle part ailleurs, et que Luc (9, 48), pour sa part, a conservé les mêmes termes que Marc, ce qui confirme que c'est là la version originelle. Nous n'avons donc en tout, dans l'ensemble des évangiles, que deux passages qui expriment cette idée des disciples comme copie conforme de Jésus, et pouvons en conclure avec certitude qu'ils ne faisaient pas partie de son enseignement. Il s'agit bien de 'scories' insérées pour asseoir l'autorité des débuts d'une conception hiérarchique des institutions ecclésiales.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart