Anon
Accompagnement spirituel
Abonné·e de Mediapart

562 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 nov. 2018

Théories

Pendant un an, avant que je ne revive l'histoire de cette femme turque du dix-neuvième siècle, j'étais comme possédé d'une compulsion suicidaire :

Anon
Accompagnement spirituel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il s'imposait continûment à moi que je n'allais pas avoir d'autre issue que de me suicider. En même temps, je sentais aussi que c'était comme quelque chose qui m'était étranger ; c'était en moi, je ne pouvais pas empêcher l'idée de sans cesse revenir, mais je savais aussi que ce n'était pas pour autant mon désir le plus profond.

Je dois constater que, une fois venue au jour l'histoire de cette femme qui s'était suicidée, la compulsion a quasiment disparu. Une première façon d'interpréter ce fait est de dire que la compulsion suicidaire était comme la partie émergée de l'iceberg qui se manifestait à ma conscience, je ne percevais dans un premier temps que la décision finale, sans avoir accès à ce qui l'avait motivée ni à qui elle s'était imposée dans le passé, d'où l'impression d'une idée compulsive, obsessionnelle, mais sans vrai fondement, comme erratique.

Une autre interprétation est possible, cependant : la compulsion s'est imposée à la manière d'un virus psychique, venant peu importe d'où, de quoi, ou de qui, mais de l'extérieur, et l'histoire de cette femme est le remède que j'ai dû trouver pour guérir du virus. Quand je dis "trouver", ce n'est bien sûr pas dans le sens d'inventer de toutes pièces ce qui n'aurait jamais existé, mais de déterrer, d'exhumer, mettre au jour, ce qui avait été recouvert et enfoui, ou du moins qui ne m'était pas immédiatement accessible.

Et puis, indépendamment de cette question ou sans trop de rapports, une autre se pose aussi : qui ou quoi exactement a vécu la vie de cette femme, à laquelle j'ai eu accès ? Spontanément j'ai tendance à penser que c'est moi, un moi bien sûr plus persistant dans le temps que ma personnalité actuelle, comme une entité qui passerait de vie en vie, s'enrichissant successivement de chacune de ces expériences. Bref, l'idée classique qu'on peut se faire de la réincarnation, je crois.

Récemment, j'ai trouvé exprimée sur internet, dans les commentaires à propos d'une vidéo, cette idée :

"Pourrait-on imaginer l'humanité comme un être unique, indivisible, dont nous serions chacun une cellule ; un être qui possèderait un corps émotionnel immortel, lié à celui de la planète, et dans lequel seraient inscrits certains souvenirs importants, des promesses non tenues, des blessures non guéries, des émotions non résolues, des évènements non assimilés ? Les souvenirs de "vies antérieures" n'appartiendraient pas forcément à ceux qui les reçoivent, mais seraient pour eux des occasions de participer à la guérison de l'humanité en la libérant d'un traumatisme, en intégrant celui-ci à la conscience collective ? Celui qui est ici aujourd'hui n'est pas celui dont il perçoit le souvenir, c'était une autre personne, un autre "Je", même s'il existe une résonance vibratoire à travers le temps ; c'est une forme d'empathie. L'humanité est éternelle tant que la planète est vivante et, comme dans nos corps, les cellules neuves prennent la forme et les souvenirs de celles qu'elles remplacent."

L'auteur semble penser que le seul principe persistant au travers du temps serait quelque chose comme un esprit de l'humanité. Cela me semble excessif, mais je peux me tromper, et en tout cas cela indique bien en même temps la difficulté qu'il peut y avoir à concevoir à quel point ce qui s'incarne de vie en vie est très difficilement déductible du seul moi auquel nous ayons accès, de notre seule personnalité de cette vie-ci actuelle.

Peut-être conviendrait-il alors de pousser un peu plus loin l'image, en remarquant qu'une cellule neuve d'un corps ne devient normalement pas cellule de n'importe quel organe, mais a sa place préétablie, le plus souvent très précise, à tenir. Ainsi pourrait se concevoir une certaine continuité, un certain héritage, de vie en vie. Et qui n'empêche pas non plus que ces lignées de cellules s'inscrivent en même temps dans une perspective plus vaste d'un organisme plus complexe, notre humanité terrestre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)

La sélection du Club

Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale