Anon
Accompagnement spirituel
Abonné·e de Mediapart

562 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 oct. 2017

Du Je de désir

Métapsychologie doltoïenne

Anon
Accompagnement spirituel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Qu'aurait pu penser l'athée Sigmund Freud de Françoise Dolto avec son concept de sujet, acteur de sa propre conception biologique, présent au monde depuis la nuit des temps ? Voici, par exemple, comment elle développe cette idée dans "L'image inconsciente du corps", dans la 3ème partie "Pathologie des images du corps et clinique analytique", au paragraphe intitulé "D’engendreurs en engendrés : la souffrance d’imaginaire en réalité : les dettes et les héritages" :

« C’est le sujet du désir — en tant non seulement que témoin, mais aussi qu’acteur de son histoire, par l’intermédiaire du corps — qui prend chair dans ce corps au jour de la conception de chacun, et qui reconduit son contrat de vivant, d’inspiration en inspiration, après que, d’expiration en expiration, il ait risqué, en confiance, ce contrat de vivant. On peut dire que c’est de seconde en seconde que le narcissisme d’un sujet reconduit le contrat du sujet désirant avec son corps. C’est cela vivre, pour un être humain.

« Ce contrat qui lie le sujet à son corps est la mystérieuse énigme de chaque être humain. Lorsqu’il parle, chacun parle de lui-même sous le couvert du mot « Moi » distinct de « Toi » et « Eux », mais, en même temps, ce sujet qui parle de lui au nom de « Je » peut ou désavouer le Moi, ou le prendre en charge consciemment (et peut-être ailleurs). Et encore, dans son sommeil, il est, ce sujet, le témoin autre de ce « Moi » immobile, on pourrait dire végétatif ; et, dans le même temps, le travail de ré-assumation de son corps se fait chez le sujet, que le désir, pendant la veille, avait fatigué : c’est donc que le narcissisme de base veille à reconduire quotidiennement, dans le vivant, son contrat, à reconduire cette énigme. Ce « Je » ensommeillé, qui ne pourrait même pas dire le « Je » grammatical d’une phrase, ce « Je » ensommeillé qui veille, on ne sait où, en permettant au corps la réfection de ses forces, ce « Je » est témoin du désir de tous ces désirants qui remontent à la nuit des temps, de s’être engendrés de mère en fille, de père en fils, depuis que le monde est monde.

« Cette énigme, l’enfant humain l’aborde autour de ses trois ans. Il croit, l’innocent, que l’adulte, image de lui achevée, va lui donner réponse à toutes les questions qu’il se pose ; mais l’adulte, lui, attend de ses enfants réponse à l’énigme du sens de sa vie, réponse à l’énigme des échecs du Moi par rapport au désir du Je. Et c’est cette maldonne, cette mal-compréhension où chacun attend de l’autre une réponse que personne ne peut lui donner, qui fait le problème des relations enfants-parents. Ils ne peuvent accepter facilement leur impuissance : l’enfant, celle de ses parents, et les parents, celle de leur enfant (impuissance à leur donner la satisfaction que leur désir imaginaire voudrait trouver dans la réalité). »

Que dire de plus, sinon que le Je ici développé par Françoise Dolto ressemble étrangement à l'atman hindou, au Soi christique, à l'étincelle divine présente en chacun de nous ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Macron pris au piège des symboles
Pendant cinq ans, le chef de l’État a tenté de construire le récit de son mandat par touches symboliques. Mais de l’affaire Benalla aux vacances de Jean-Michel Blanquer à Ibiza, ce sont d’autres marqueurs qui ont parlé au plus grand nombre et dessiné les contours de son exercice du pouvoir.
par Ellen Salvi
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Europe
Boris Johnson et le « partygate » : un scandale qui en cache de plus graves
Le chef du gouvernement britannique se démène pour éviter un vote de défiance contre lui. Au-delà de fêtes clandestines organisées en plein confinement, d’autres affaires ont terni sa réputation depuis deux ans, et montrent l’emprise du secteur privé sur sa politique.
par Ludovic Lamant
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato