Anon
Accompagnement spirituel
Abonné·e de Mediapart

562 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 août 2017

Un objet singulier

Mais qui c'est celui-là ?

Anon
Accompagnement spirituel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Longtemps j'ai été de ceux qui sont agacés quand on parle du linceul de Turin. Je dois reconnaître qu'il entrait dans mes sentiments une grande part de mépris pour la piété populaire en général. Même si cet objet était authentique, me disais-je, il n'en resterait pas moins n'être qu'un témoin du passé, et c'est aujourd'hui que nous vivons, pas il y a deux mille ans. Je concevais en fait ma foi comme quelque chose pouvant se passer de la réalité historique dans laquelle elle était censée se fonder : les dogmes me semblaient suffisants, de par leur beauté intrinsèque, abstraite. Ma foi était une idéologie...

Lorsque je suis tombé pour la première fois sur un site internet qui expliquait de la manière la plus objective possible quelles étaient toutes les questions, sans réponses, que pose ce morceau de tissu, j'avais commencé depuis quelques temps déjà à m'intéresser aux recherches historico-critiques sur les évangiles ; c'était donc une période de remise en cause encore plus radicale des racines historiques du christianisme, puisque ces recherches tendent à ne laisser de ces récits qu'une base très restreinte de faits seulement vraisemblablement réels. C'est dire si la compréhension, qui s'est alors imposée à moi — que le linceul de Turin est bien le linge qui a enveloppé le corps de Jésus après sa mort, ne serait-ce que parce qu'il témoigne sans aucun doute que ce corps y a subi une transformation absolument extraordinaire, celle qui a été appelée résurrection —, m'embarrassait au plus haut point.

Et puis, paradoxalement, peu à peu, au fur et à mesure que j'acceptais que réellement le corps de Jésus se soit, après sa mort, transformé en énergie pure, celui-ci m'apparaissait alors comme de plus en plus humain, vraiment homme. Un homme exceptionnel, bien sûr, pour avoir réussi à réintégrer ainsi entièrement l'origine purement ondulatoire, de sa manifestation dans cette forme que nous partageons tous, mais donc un homme, dont on peut dire, si on tient à traduire ainsi ce qui lui est arrivé, qu'il est devenu Dieu ou quelque chose d'approchant ; mais pas qu'il était d'abord Dieu, venu ensuite sur Terre prendre forme humaine, en tout cas pas plus que pour vous et pour moi.

On sait qu'il y a quelques décades le Vatican fit procéder à des analyses au carbone 14 du linceul de Turin, et que les résultats concordants des laboratoires qui travaillèrent en parallèle donnèrent comme période de datation le moyen-âge. Ce qu'on sait moins, parce que ceux qui avaient participé à cette mascarade, dont les médias, n'aiment pas reconnaître s'être fait rouler dans la farine, et/ou pour des raisons idéologiques, c'est que c'est le Vatican qui avait prélevé lui-même les échantillons à analyser, et qu'il l'avait fait dans une zone de rapiéçage effectué ...au moyen-âge ! On peut se demander pourquoi le Vatican avait essayé de fausser ce test du carbone 14 dans ce sens, qui était donc censé permettre de conclure définitivement, à tort, que le linceul était un faux. Certains diront que c'est par peur que la conclusion, à partir d'échantillons pertinents, ne soit aussi la même, mais cette fois à raison : un faux ; dans cette hypothèse, prélever des échantillons sciemment biaisés était un moyen de reculer un peu plus l'échéance en révélant ultérieurement la supercherie.

Mais l'hypothèse inverse me semble plus probable : permettre d'établir définitivement que le tissu date bien du début de l'ère chrétienne, ce serait relancer massivement un regain d'intérêt pour le linceul, lequel regain pourrait bien plutôt produire les mêmes effets que pour moi, car c'est sur le flou d'une résurrection d'un seul censée bénéficier à tous par des voies proprement miraculeuses que le christianisme a fondé son fond de commerce, alors que si on en arrive à conclure à un homme qui était arrivé à un tel degré de réalisation spirituelle personnelle qu'il a pu transmuer tout son corps en énergie, alors la seule perspective qui se propose à nous est d'essayer, ou pas, ne serait-ce que de tendre vers, le même résultat par nos propres moyens, ce qui est bien sûr une toute autre paire de manches ! et qui en tout cas n'est pas le programme actuel des églises.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz