antigone974
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 déc. 2016

Le candidat Fillon en guerre contre le monde des travailleurs

antigone974
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le candidat Fillon en guerre contre le monde des travailleurs

Le candidat Fillon, celui qui n'a jamais travaillé, attaché parlementaire dés l'âge de 23 ans, ministre à plusieurs reprises, et, premier ministre de Nicolas Sarkozy de 2007 à 2012, se réclamant aujourd'hui, en 2016, de l'anti- système, veut infliger à 26 ,3 millions de salariés une claque monumentale.

Claque qui affecterait, s'il était élu, nos vies par des conditions de travail dégradées, notre santé, et notre pouvoir d'achat, en travaillant plus pour gagner moins. Quel scénario hallucinant pour ceux qui, depuis la crise financière de 2008, vivent de plus en plus mal : Licenciements, SMIC et salaires non revalorisés, heures supplémentaires non payées ou mal payées, pouvoir d’achat en perte de vitesse ; Le salaire médian en France n’est pourtant que de 1.552 Euros net par mois. Observatoire des inégalités octobre 2016 (1).

Le candidat Fillon veut supprimer les 35H, et, à minima, comme durée légale de travail, imposer 48H de travail par semaine, norme européenne en vigueur, un décret dans notre pays datant de 1919,  instaurait une telle durée, nous étions au début du XXème siècle.

Et le candidat Fillon d'oser dire qu’un décret de 1919 est une mesure extrêmement moderne…

 Parce qu'il n'a jamais pointé à l'usine, travaillé dans un bureau 8H de rang ou sur une plateforme de centre d'appels, ou encore, dans un fournil à 4H du matin pour pétrir le pain, ou se retrouver sur un chantier à 38 degrés à l'ombre, ou bien ramasser nos poubelles par tous les temps, comme le font vaillamment les éboueurs, ou l’enseignant devant 35 élèves démotivés, tenu pour seul responsable de l'échec scolaire, ou encore, nos infirmières en sous effectif chronique dans les hôpitaux frisant le burn-out en dispensant des soins à toujours plus de patients. Tous ces salariés anonymes et souvent mal payés grâce auxquels la France maintient  sa place de 5eme puissance mondiale, c'est à cette France là qui bosse et dont la productivité est supérieure à celle de nos voisins allemands, c'est à cette France là que le candidat Fillon veut s'attaquer… Quelle humiliation pour tous les salariés de s’entendre dire qu'ils coûtent alors qu'ils sont productifs.

 Tous les salariés, y compris ceux des 3 fonctions publiques (Etat, collectivités et hospitalière), pour lesquels le candidat Fillon  promet le plus vaste plan social de tous les temps, leur imposant de passer de 35H à 39H, éventuellement  payées 37H. Là aussi travailler plus pour gagner moins, pour la bonne raison que leur employeur l’Etat est endetté. Il va falloir alléger le fardeau de la dette publique en supprimant 500.000 postes de fonctionnaires, lesquels ? L’infirmier, le pompier, l’enseignant, le policier ??  

L'Etat, sous le gouvernement de M. Fillon premier ministre, a fait exploser la dette publique, laquelle est passée de 63,8 % du PIB en 2007 à 68,1% en 2008 pour soutenir le système financier après le scandale des subprimes : Un exemple, la banque Dexia a été refinancée à hauteur de 5 milliards d'euros en l'espace d'un week-end (30/09/2008) alors que M. Fillon déclarait le 5/09/2008 que la France était en faillite…

C’est, avant tout, le sauvetage des banques qui a fait flamber le déficit et la dette publique, alors pourquoi cet acharnement sur les fonctionnaires ? Le candidat Fillon, les désigne comme boucs émissaires d'une mauvaise gestion de l'Etat, les qualifiant de privilégiés, de tire-au-flanc, d'emplois à vie insupportables quand , dans le secteur privé, c’est toujours le moins disant social, moins disant social difficile à expliquer alors que les aides aux entreprises n'ont jamais été aussi importantes, et que le candidat Fillon veut encore les augmenter, ces transferts massifs de plusieurs milliards d'euros au détriment de nos budgets publics et sociaux, n’ont pas rempli leurs objectifs, M.Gattaz avait promis la création d’ un million d’emplois, aujourd’hui, le coût  pour les contribuables des quelques milliers d’emplois crées est chiffré à 100.000 euros par emploi, coût exorbitant et inefficace économiquement parlant.

Quel gâchis financier. De surcroît, les aides financières publiques sont siphonnées à hauteur de 70% par les grands groupes, 35% restant aux PME qui représentent 90% des entreprises !

Seuls les carnets de commandes dans une entreprise sont garants d'une reprise de l'activité économique, si le candidat Fillon était un vrai pragmatique, il saurait qu’en valorisant les salariés, il permettrait la relance de la demande offrant ainsi aux PME, principaux acteurs du monde économique, d'assurer des débouchés à leur production,  les amenant à embaucher.

Le candidat Fillon, lui, promet la casse sociale à l’encontre des 26,3 millions de salariés, avec pour corollaire une chute de la consommation mettant en difficulté nombre de petites et moyennes entreprises au profit  des plus grands groupes du Cac 40 et des contribuables les plus fortunés.

De qui l’idéologue candidat Fillon est-t-il le représentant ?

                                                                                   Antigone 074

(1) salaire médian signifie que 50% des salariés perçoivent moins de 1.552 nets / mois source observatoire des inégalités octobre 2016

.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch