Réflexions suite au dossier de Martine Orange sur les concessions d'autoroutes

Appauvrissement de l'Etat organisé au bénéfice des grands groupes

Macron appauvrit l’État au profit des E du CAC 40, appauvrir me semble un euphémisme après la lecture du dossier Autoroutes, nous avons affaire à de vrais prédateurs qui nous dépouillent de nos actifs publics vendus à vils prix afin que les boîtes privées fassent des profits très confortables en les redistribuant aux actionnaires, 57,2 milliards de dividendes en 2018, triste record, laissant au peuple seul, le passif du patrimoine public à savoir la dette publique dont nous ne sommes pas responsables, ce sont les créanciers d'aujourd'hui qui furent les débiteurs de 2008, qui exigent le remboursement de cette dette illégitime et sert d'arguments pour réduire nos services publics, nous serions trop endettées, pour continuer à investir dans le secteur de la santé, de l'éducation, des transports.

François Fillon lors de la campagne des primaires avait eu le culot de dire que les Français vivaient au dessus de leurs moyens, et que par conséquent, il fallait réduire les dépenses, donc les services publics. Discours bien huilé chez les libéraux pour culpabiliser et rendre crédible leurs propos..

Les masques tombent, la facture de la crise financière de 2008 n'a pas été payée par les banques, seules responsables de cette tragédie, facture à la charge des citoyens, multipliant par 2 le montant de notre dette publique, les mêmes prédateurs, une deuxième fois, par un tour de passe-passe se sont servi et se servent encore, avec la complicité des hauts fonctionnaires, en liquidant des actifs publics pour diminuer soit disant l’endettement, et enfin envisagent grâce aux futures réformes de se servir une troisième fois en privatisant la Santé, le régime des retraites, l’École, le ferroviaire… STOP Macron, la colère est là, les gilets jaunes en sont une belle illustration, et bien d’autres en devenir.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.