RADIO FRANCE SERVICE PUBLIC PARTISAN ?

L'article précédent a été retravaillé afin d'être plus clair et précis Faire de la pub pour souscrire à l'introduction en bourse de la Française Des Jeux (FDJ) ne paraît pas choquer la direction de Radio France, nous, collectif RIP ADP974, en sommes navrés.

Faire de la pub pour souscrire à l'introduction en bourse de la Française Des Jeux (FDJ) ne paraît pas choquer la direction de Radio France, nous, collectif RIP ADP974, en sommes navrés. D’abord,  pour des raisons économiques, laisser des groupes privés s’emparer d’une telle manne financière, FDJ est très rentable et procure des rentrées fiscales importantes, pourquoi s’en priver ? Ensuite, pour des raisons de régulation de l'addiction aux jeux, notamment pour les mineurs, nous faisons peu confiance aux financiers pour s’en préoccuper, leur seule ligne d’horizon est le profit… Cette privatisation est amorale. France Inter, radio du service public, relaie chaque jour les spots publicitaires qui mettent l’accent sur la « bonne affaire » que le petit porteur pourrait réaliser, quel cynisme ! Pourquoi acheter une entreprise qui nous appartient, certes collectivement, mais qui est un bien commun ? C’est également, passer sous silence qu’en bourse, seuls les gros investisseurs, les gros zozos (zinzins), contrôlent les cours, peuvent créer un mouvement de panique, et contraindre les petits porteurs à vendre à perte…Les cas sont nombreux, France Télécom, Air France…La crise financière de 2008, provoquée par la spéculation effrénée des banques, a été au final payée par les peuples, le peuple grec y a laissé sa peau pour sauver les banques européennes…

 Radio France met son véto sur des spots contre la privatisation de la société « Aéroport De Paris » (ADP) au prétexte qu’ils pourraient choquer ses auditeurs. Cela relève d’une véritable escroquerie intellectuelle !  La société « ADP » assure un véritable service public, économiquement très rentable, 183 millions de recettes pour l’Etat, en 2018, dotée d’un domaine foncier de 6700 hectares  dont 1300 constructibles miam miam pour les investisseurs privés. La vente d’infrastructures financées par nos impôts méritent un débat contradictoire, et de surcroît, prévu par l'article 11 de la Constitution...Le RIP ( Référendum d’Initiative Partagée) serait-t-il choquant pour Radio France ? Ou plutôt gênant pour nos gouvernants ?

Le parti pris du service public nous choque pour le coup, la direction a-t-elle   reçu des consignes de l'Elysée ou s’aligne-t-elle sur les médias privés détenus par des milliardaires ou surtout est-il clairement sous tutelle du gouvernement dans son expression ? Quelle que soit la réponse, elle est irrecevable et nous contestons cet argument fallacieux. Le terme de radio publique est bafouée. France inter démontre la partialité de son attention, ce gouvernement souhaite à terme tout privatiser, y compris Radio France. Pourquoi ? Pour  faire bénéficier à des grands groupes privés un temps de propagande plus important encore… A ce moment-là, la dénonciation de cette privatisation aura peu d'écoute tant votre complicité aura été grande pour sabrer les biens et services publics.

La censure par Radio France de diffuser des spots appelant à soutenir la mise en place d’un référendum, permettant aux citoyens de se prononcer sur l’avenir d’ADP, illustre une prise de position partisane contraire à la mission de service public. Quant à vos auditeurs, les derniers qui vous font confiance dans l’impartialité informationnelle, vont comprendre que vous n’êtes que le porte-voix du pouvoir.

Collectif ADP Rèunion

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.