La primaire du parti socialiste en mal d’audience sur le web et les réseaux sociaux

Les candidats à la primaire du parti socialiste disposent de moins de trois semaines de campagne avant les votes les 22 et 29 janvier 2017. L’audience de leurs sites et leur présence sur les réseaux sociaux montrent que la mobilisation des internautes est faible. L’activité de communication numérique des candidats est cependant également plutôt timide ce qui est assez étonnant.

Graphique : Classement de l’audience des sites de B. Hamon, A. Montebourg, V. Peillon et Manuel Valls depuis le 28-12-2016

Source des données : Alexa 2016-17 et BarowebAB Source des données : Alexa 2016-17 et BarowebAB

Le graphique présente l’évolution du classement de l’audience des sites pour les candidats actuellement classés par Alexa en France, du 28 décembre au 2 janvier. Sur le web, l’audience des sites de candidats à la primaire socialiste reste très modeste. Parmi les candidats seul le site de Benoît Hamon suscite un certain intérêt. Le site de Manuel Valls est apparu dans le classement des sites français établi par Alexa depuis le 28 décembre mais son audience reste (pour le moment ?) assez faible comme celle du site de Vincent Peillon.

Le graphique montre que le site de Benoît Hamon obtient l’audience la plus forte, à bonne distance de celle du site d’Arnaud Montebourg. Les sites de JL Benhamias et de F. de Rugy ont une audience trop faible pour apparaître dans le classement Alexa des sites en France. Sylvia Pinel n’a pour le moment sauf erreur pas de site internet.

À titre de comparaison, le site de Jean-Luc Mélenchon se situe aux alentours du 1900è rang en tête des sites des candidats à la présidentielle. Celui d’En marche/Emmanuel Macron occupe le 3800è rang. Autre indication du faible intérêt suscité par cette primaire de la gauche le site de la campagne suscite une faible fréquentation (20000 è rang) alors que le site de la primaire de la droite et du centre se hissait aux environs du 3000è rang à trois semaines du scrutin.

Sur les réseaux sociaux l’audience est pareillement faible. Manuel Valls affirme sa domination sur Facebook et Twitter mais Benoît Hamon continue à montrer un relatif dynamisme alors qu’Arnaud Montebourg reste en retrait. Les données sur les réseaux sociaux continuent à montrer que Benoît Hamon pourrait créer la surprise…

Rappelons que la communication sur les réseaux sociaux (nous nous limitons ici à Facebook Twitter en l’absence de chaîne Youtube pour les candidats socialistes) se mesure de trois façons : l’audience l’activité et l’engagement. L’audience mesure le nombre total de fans de followers d’abonnés acquis ici au 3 janvier. L’activité rend compte du nombre de posts tweets et vidéos au cours des 7 jours écoulés glissants (du 28 décembre au 3 janvier). L’engagement enfin évalue le nombre de « j’aime » de « partage » ou « retweets » et de commentaires constaté également au cours des 7 derniers jours.

Tableau 1. Audience Activité et Engagement des candidats à la primaire de la gauche sur Facebook et Twitter

capture-d-ecran-2017-01-04-12-23-46

Source des données : Semrush 2016-2017 et BarowebAB

Pour l’audience Manuel Valls devance assez nettement les autres candidats mais l’exercice du pouvoir lui a assuré beaucoup d’"amis" et de followers. Arnaud Montebourg dispose également d’un capital de sympathisants assez conséquent, un peu plus que Benoit Hamon.

La communication politique des candidats du 28 décembre au 3 janvier demeure étonnamment modeste (données d’activité), malgré une reprise après le nouvel an. La trêve des fêtes n’explique pas tout. Vincent Peillon témoigne depuis le 2 janvier d’un certain activisme prenant le relais de François de Rugy, très communiquant pendant les fêtes. Les autres candidats sont moins actifs alors que le temps presse. La discrétion relative de Montebourg et de Valls interroge. L’engagement l’indicateur qui mesure le mieux l’impact de la communication des candidats témoigne d’abord de la faiblesse relative des interactions. Benoît Hamon suit Manuel Valls qui a repris le 2 janvier la tête de l’engagement de ses sympathisants parmi les candidats à la primaire. Mais les interactions suscitées par la communication politique numérique des candidats à la primaire socialiste restent à des niveaux très modérés si l’on compare ces données à celles des quatre principaux candidats hors primaire de la gauche (tableau 2).

Tableau 2. Présence sur les réseaux sociaux de François Fillon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon.

capture-d-ecran-2017-01-04-12-26-01

Marine Le Pen Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron font tous nettement mieux que les candidats à la primaire de la gauche.  François Fillon et Emmanuel Macron apparaissent néanmoins en retrait par rapport à leurs niveaux d’engagement avant la trêve de la fin d’année 2016.

L’intérêt montré pour la primaire socialiste augure d’une faible participation au scrutin. Les organisateurs espèrent autour de deux millions de votants. Pour le moment c’est mal parti. Avant même la présidentielle, le parti socialiste s’expose à un revers important.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.