Son blog
26 abonnés Le blog de Antoine Bevort
Voir tous
  • Des fake news à la désinformation

    Par
    Le Rapport 2018 sur l’information en ligne du Reuters Institute for Journalism de l’Université d’Oxford reformule le débat sur les « fake news » et montre que cette question n’est pas réductible aux fausses nouvelles inventées ni aux seuls médias sociaux. Partant des données sur la confiance, les auteurs du rapport complexifient la question des fake news et examinent les enjeux de ces questions.
  • Forces et faiblesses des communautés politiques sur Twitter selon le "Politoscope".

    Par
    À partir de Twitter, le Politoscope de l’ISC-PIF, laboratoire CNRS, met en évidence la façon dont se structurent et se mobilisent les communautés politiques dans la campagne présidentielle. Analysant une masse de données depuis août 2016, la plateforme jette une lumière crue sur la façon dont la gauche a perdu des batailles idéologiques et culturelles sur nombre de ses thématiques traditionnelles.
  • Présences et absences des acteurs politiques français sur Facebook, Twitter et le Web

    Par
    L’arène numérique est devenue le lieu privilégié du débat politique. Les candidats à l’élection présidentielle l’ont compris, mais les partis négligent cette nouvelle donne et laissent pour ainsi dire le champ libre à l’extrême droite dans l’arène numérique. C'est un des nombreux signes de la coupure de la gauche avec la population dont 86 % a accès à internet.
  • Le PVV - le parti qui n’a qu’un seul membre : Geert Wilders.

    Par
    Le PVV est un parti néerlandais un peu singulier. Le parti pour la liberté, (Partij voor de Vrijheid) a été créé en 2005 sous le nom « Association Groupe Wilders » par Geert Wilders, un député qui avait quitté le VVD, le parti libéral, un an auparavant. Le PVV ne compte qu'un seul membre : Geert Wilders.
  • Alain de Benoist, Alain Soral, Étienne Chouard : le "bon", la "brute" et le "truand".

    Par
    Le confusionnisme politique désigne une rhétorique d’extrême droite qui emprunte des thèmes appartenant a priori au bord opposé du champ politique pour masquer un projet qui reste fondamentalement d’extrême droite. Le « bon » Alain de Benoist, la « brute » Alain Soral et le « truand » Étienne Chouard peuvent être considérés comme les idéologues centraux de la pensée d’extrême droite confusionniste