Estonie : un impôt sur les pets de vache

Les éleveurs estoniens ont reçu récemment un étrange avis d’imposition leur demandant de s’acquitter d’une taxe... sur les pets de vache, ou plus précisément sur le méthane contenu dans les gaz intestinaux de leurs bestiaux. Cet impôt original, sans équivalent en Europe,
Les éleveurs estoniens ont reçu récemment un étrange avis d’imposition leur demandant de s’acquitter d’une taxe... sur les pets de vache, ou plus précisément sur le méthane contenu dans les gaz intestinaux de leurs bestiaux. Cet impôt original, sans équivalent en Europe, a été créé en vertu d’une interprétation particulièrement scrupuleuse de la loi relative aux taxes environnementales, qui prévoit d'imposer les émissions de composés organiques volatils (COV). Le méthane est certes un COV, mais il n’est habituellement pas taxé comme un polluant, car il est présent naturellement dans l’atmosphère. Selon les estimations du ministère de l’Environnement, les 58 000 têtes de bétail estoniennes devaient rapporter cette année 5,5 millions de couronnes (351 000 euros). En tenant compte du fait que chaque bête produit en un an cent kilos de méthane, le quotidien Päevaleht a calculé que les pets d’une vache coûtent chaque jour à son propriétaire environ trente centimes de couronnes. Cet impôt dans le vent a toutefois fait du bruit : face aux protestations des éleveurs, le gouvernement a déposé le 28 avril un amendement visant à le supprimer avec effet rétroactif au 1er janvier 2008, afin de permettre le remboursement des sommes déjà versées.

Sources: Eesti Päevaleht, Eesti Postimees, Riigi Teataja

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.