Antoine Laurent
Journaliste vidéaste musicien
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 nov. 2011

Les journalistes protègent-ils bien leurs sources?

Antoine Laurent
Journaliste vidéaste musicien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

whistle blowers", ou lanceurs d'alertes, qui font fuiter auprès de journalistes des documents ou informations compromettants. Pour un journaliste, un bon whistle blower peut signifier une carrière exceptionnelle. Mais pour une "source", un journaliste peu précautionneux peut signifier la fin de toute carrière.
(actuellement à l'arrêt, suite à une chute des dons, due à un blocage de la part d'organismes financiers) offre une interface sécurisée pour la transmission d'information; dans son sillage, de nombreux médias se sont dotés de systèmes similaires (comme le ou ).


Mais comme le suggère une question venue du public, la technologie peut aussi être utilisée par les autorités pour contrôler ou identifier les sources de fuites d'information. Pour garantir la liberté d'expression, des encadrent ces pratiques, et tentent de garantir le secret des sources des médias.
Question: lorsque qu'une source de fuites est identifiée, "grillée", et virée de son institution pour cette raison, quelle est la responsabilité du journaliste, s'il n'a pas pris toutes les précautions possibles?
Cette question résonne d'autant plus à la lumière d'une affaire qui agite les médias français, et reçoit un écho international: l'espionnage d'un journaliste du Monde, Gérard Davet, par les services secrets français, avec comme conséquence l'éviction de David Sénat du cabinet de Michèle Alliot-Marie, ministre de la justice à l'époque. L'attention médiatique se porte essentiellement sur le scandale que constitue l'espionnage d'un journaliste: le journal Le Monde a porté contre X pour violation du secret des sources, ce qui a récemment provoqué la mise en examen de Bernard Squarcini, le chef de la Direction centrale du renseignement intérieur.
S'il s'avère que l'espionnage de Gérard Davet a été effectué en dehors de tout cadre légal, il s'agit effectivement d'une violation du secret des sources, ce qui est intolérable. Mais comment ne pas se poser de question sur la protection des sources assurée par les journalistes? Dans le cas présent, on ne sait pas si David Sénat est une source d'information (), mais on sait que Gérard Davet, journaliste au Monde, a appelé David Sénat à l'aide de son téléphone portable. Et à l'époque, nous sommes en pleine "affaire Bettencourt", affaire d'Etat qui monopolise l'attention de la presse et du pouvoir.
Lors d'un sur le site de L'Express le 2 septembre 2011, Gérard Davet et son confrère Fabrice Lhomme se voient poser une question très pertinente par un internaute:

Sans doute. Le problème est qu'il n'y a pas de parade miracle. Si des gens puissants disposant de moyens importants le veulent, ils parviendront toujours à espionner les journalistes qui dérangent.


Et effectivement, lorsque l'on considère certaines méthodes utilisées pour intimider ou espionner des journalistes, comme le cambriolage des rédactions ou de leurs appartements, ou la filature par les services secrets, difficile d'imaginer comment se protéger.
Mais concernant l'utilisation du téléphone mobile, comme dans le cas qui nous occupe dans ce post, les journalistes ne pourraient-ils, ou ne devraient-ils pas faire preuve d'un minimum de précautions lorsqu'ils traitent avec leurs sources, qu'elles soient sensibles ou non? Il ne s'agit pas ici de stigmatiser la pratique de Gérard Davet, mais plutôt de s'interroger sur les pratiques d'investigation journalistique en général. Il est en effet maintenant communément admis que les téléphones portables modernes, truffés d'applications téléchargées en ligne, parfois même de trahissant la localisation du téléphone, sont loin d'être des modèles en matière de sécurisation des données personnelles.
La sécurisation des données transportées sur les téléphones est une problématique très présente dans le monde de l'entreprise, où les services informatiques se sont parfois laissés dépasser par les flottes de smartphones professionnels, et la multiplication des applications échangeant des données sensibles. L'ANSSI a d'ailleurs publié en 2010 ses aux employés en voyage/mission pour la sécurisation de leur mobile.
Au niveau des journalistes, on note quelques initiatives de sensibilisation, comme celle de , qui publie des conseils pour sécuriser son utilisation du téléphone, essentiellement à destination des journalistes de pays dans lesquels la liberté de la presse n'est pas assurée.
Cela n'est pas le cas de la France, évidemment, mais au vu d'affaires comme la mésaventure de Gérard Davet, quelques précautions de la part des journalistes ne seraient peut-être pas superflues.
La question a déjà été traitée à fond par sur son blog il y a plus d'un an maintenant. Mais depuis, plus rien, la protection des sources est toujours envisagée du côté de la loi, et pas du journaliste lui-même, alors qu'elle figure dans les devoirs du journaliste détaillés par le .

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart