Macron s’attaque à la loi laïque de 1905. Comment ajuster la riposte ?

Le « renvoi du religieux à la sphère privée » est un poncif et une pièce clé de l’offensive anti-loi de 1905 que mènent les « laïques antilaïques » faisant converger une partie de la gauche, la droite et l’extrême droite dans une démarche de criminalisation des musulman-es.

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2018-12-01%2Ba%25CC%2580%2B22.48.59.png

Nous sommes évidemment d’accord pour nous opposer à la volonté de Macron d’établir une modification de la loi laïque de 1905 qui signerait, si elle était suivie d’effet, une intervention de l’Etat dans ce que ladite loi pose comme étant exclu de son champ de compétences : à savoir le fonctionnement et le financement des associations ou regroupements dont les personnes qui le désirent se dotent sur la base de ce qui fait accord entre elles. En l’occurrence, retrouvant par là des présupposés de la tradition gallicane de contrôle de l’Eglise par le pouvoir en place, reprise par certains laïques qui ont été battus en 1905 sur le vote qui a fait prévaloir l’actuelle loi, Macron vise un culte en particulier, le culte musulman. Nous souscrivons donc au diagnostic posé par les pétitionnaires sur la nature du danger que nous devons combattre.

En revanche nous sommes étonnés de l’inconséquence que manifeste cette pétition en défendant la liberté de conscience qui est bien l’étendard de la loi de 1905 tout en affirmant, dans la même phrase, que les « questions religieuses et philosophiques doivent demeurer dans la sphère privée ».

Lire la suite ici

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.