Le nouveau défi de Tsunami Democràtic inquiète le Gouvernement

Le gouvernement, après avoir fanfaronné sur les poursuites engagées contre la plateforme de mobilisation citoyenne, montre des signes de nervosité face à la prochaine action de Tsunami Democràtic. Intox préparant l'opinion publique à un nouveau cycle de répression contre l'indépendantisme catalan ? Tsunami Democràtic la joue serein et maintient son appel à mobilisation la veille des élections !

A l'approche des élections législatives au niveau de l'Etat espagnol, la nervosité gagnerait-elle le gouvernement et les médias espagnolistes ? La question mérite d'être posée mais avec beaucoup de points d'interrogation à partir de ce que l'on peut lire ici ou là.

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2019-11-02%2Ba%25CC%2580%2B19.31.23.png

"Nous sommes très inquiets" (d'après Reuters selon des sources gouvernementales).

Ainsi Reuters nous informe, comme nous le rapporte le site catalaniste El Nacional (lire ici) que, confidences obtenues des milieux proches du Gouvernement espagnol, "ils" sont en souci, très inquiets ! La raison : eh bien ce que Tsunami Democràtic a annoncé être en train de préparer pour la veille de l'élection générale du 10 novembre. La loi dit que les partis politiques ne peuvent pas faire campagne ce jour-là, le Tribunal Suprême a élargi l'interdiction à toute action politique suivant ce que les "autorités" pourraient en apprécier (bravo l'épée de Damoclès de la démocratie espagnole : la loi c'est à l'appréciation des juges !). Or Tsunami Democràtic prétend faire de cette journée une occasion de mobiliser de façon festive, culturelle, apparemment non ouvertement politique mais la volonté affichée est politique (lire ici) : faire réfléchir la Junte Electorale inféodée au Gouvernement sur ses décisions antidémocratiques et promouvoir le droit à l'autodétermination et l'exigence de libération des prisonniers politiques ! Mais on ne la fait pas aux fins limiers du régime et le site El Confidencial, qui se targue d'être toujours mieux informé que les autres (ce qui est parfois vrai), mais est farouchement anti-indépendantiste, sait de quoi il va retourner : foin de mobilisation pacifique. Cela s'annonce en effet totalement apocalyptique : 15 000 activistes, avec large implication des CDR, seraient déjà l'arme au pied, prêts à agir au signal de cette plateforme, pour se retrouver à faire la fête dans ce qui était prévu être des bureaux de vote... d'où ils ne sortiraient plus ni le 9 ni surtout le 10 (lire ici)

En langage espagnoliste, c'est à un véritable sabotage du déroulement des élections que nous assisterions, qui bloquerait pas moins de 300 bureaux de vote avec rapt d'urnes et kidnapping de bulletins. Ces gens, de l'intérieur de ces bureaux de votes mais aussi avec ceux qui se regrouperaient autour pour les défendre, chercheraient à susciter des violences policières comme celles que l'on a vues lors du référendum de 2017. Histoire d'envoyer au monde entier l'image que l'Etat espagnol récidivait et prouvait ainsi qu'il est rien de moins qu'un imprésentable Etat policier !

Ce récit sent l'affabulation justement typique complotiste-policière ayant pour but de préparer les esprits pour légitimer toute action répressive contre des mobilisations pacifiques qui, rappelons-le, sont le leitmotiv de Tsunami Democràtic ! C'est ce qu'on appelle une volonté de diaboliser l'ennemi pour s'afficher en sainteté démocratique s'autorisant, car c'est la faute de ceux d'en face, à faire s'abattre l'enfer sur des "terroristes", en clair des démocrates pratiquant la non-violence et la désobéissance active (lire ici) !

Notons aussi que ledit récit apocalyptique a une fonction électoraliste : faire des indépendantistes l'épouvantail idéal pour amener les abstentionnistes qui s'annoncent nombreux à revenir au bercail des urnes car c'est ni plus ni moins la démocratie que ces salauds de Catalans seraient prêts à saborder. Nous avons tous les indices d'une grossière tentative de créer un climat de panique, rappelant les temps des manipulations antiterroristes antiETA-antibasques, pour retrouver l'eldorado perdu, depuis 2008, du consensus autour des partis piliers du régime le PSOE et le PP.

Enfin, il y a probablement aussi l'idée de vouloir enfoncer un coin dans l'espace indépendantiste entre 1/ les "institutionnels" (ERC, Junts per Cat, Communs) qui subordonnent tout au grappillage des voix qu'autorise le système afin d'avoir la couverture démocratique pour n'en faire qu'à sa tête, matraques et condamnations au vent, quels que soient les résultats électoraux et 2/ les non-institutionnels Tsunami Democràtic ou CDR qui cependant n'ont jamais envisagé le moindre boycott électoral ! Le but serait cependant de créer la zizanie dans la dynamique de mobilisation actuelle en Catalogne qui voit coexister, en complémentarité (malgré quelques frictions sur le rôle répressif des Mossos), voire en interaction implicite, les deux tendances, institutionnelles et non-institutionnelles.

A propos des Mossos, on peut se demander s'ils ne se sont pas autonomisés du Govern dans l'idée de donner les gages suffisants à Madrid pour permettre à leur ancien chef (le major Trapero) de défendre au mieux à son prochain procès qu'il a toujours été opposé au "procès" (processus) indépendantiste, y compris le 1er octobre 2017, comme il l'avait déjà déclaré en tant que témoin devant le Tribunal Suprême qui jugeait les dirigeants indépndantistes. Le Govern, pris en tenaille, chercherait à ménager le chou indépendantiste et la chèvre répressive qu'il ne contrôle plus et prêterait ainsi le flanc à cette manoeuvre d'intox : pousser les Mossos à basculer ouvertement sur ce qu'ils avaient évité de faire lors du référendum de 2017, matraquer sans faire de quartier aux côtés de la police espagnole et de la Garde Civile, les manifestants pacifiques du 9 novembre. Il y a quelques jours on les a vus à l'oeuvre contre les opposants aux condamnations ! Le fin mot de l'histoire serait, par ce récit conspirationniste, de faire exploser une unité déjà bien précaire du Govern mais aussi du Parlament (catalan à majorité indépendantiste) en obligeant chacun à s'aligner soit sur la répression espagnoliste, soit en restant en soutien des "résistants" indépendantistes ou autodéterministes !

Reste que le fond serait qu'en bonne logique d'une "prophétie autoréalisatrice", cette intox est  le moyen de justifier, par anticipation, une sévère répression le 9 novembre contre toute mobilisation pacifique obligeant les pacifiques à s'autodéfendre comme lors de la semaine où ont été connues les condamnations. Autodéfense qui serait interprétée en code policier-judiciaire mais aussi politique régimiesque comme plan terroriste prémédité perturbant le bon déroulement électoral. Soyons conscients que ce régime et ce gouvernement sont capables de tout, surtout du pire, contre la démocratie et ceux qui la défendent.

Dernière remarque : ce plan d'intox qui se mettrait en place fait d'emblée involontairement un aveu de taille : la forfanterie de mise au Gouvernement contre Tsunami Democràtic ("on finira par les avoir !") n'a pas l'air de déboucher sur du consistant, seulement de l'inquiétude face à une organisation qui déjoue, pour le moment, toutes les tentatives de bloquer ses réseaux (n'y a-t-il pas là un encouragement, totalement involontaire, à la rejoindre pour provoquer l'échec de la répression qui s'annonce ?). Cela n'enlèverait rien, au demeurant, au fait que l'enquête menée contre Tsunami Democràtic, avec tous les coups tordus qui s'annoncent contre son supposé responsable, à part Carles Puigdemont momentanément à l'abri en Belgique, le cupaire David Fernandez, soit seulement mise en sourdine, le temps de mener à bien l'opération anti 9 novembre.

A suivre...

Pied de nez démocratique

Tsunami Democràtic : "nous proposons, pour le 9 novembre, des actions festives et civiques pour réfléchir... L'Etat propose la police. D'accord"

 

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2019-11-02%2Ba%25CC%2580%2B21.36.19.png

Quelques heures à peine après que l'Etat espagnol a pu bloquer l'application qui lui permet de mobiliser, Tsunami Democràtic en a diffusé la nouvelle version qui est, disent-ils, améliorée et plus opérationnelle que l'ancienne. A l'heure qu'il est le Gouvernement n'a pas pu la bloquer !

Cliquer ici

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.