Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

1005 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 mai 2020

Nicaragua, double peine: le Covid 19 et la dictature Ortega-Murillo

Tous les pays de la région se mobilisent et tentent, avec leurs moyens, de s’aligner sur les consignes internationales. Tous, sauf un : le Nicaragua. Aucune disposition spécifique n’a été prise et (...) les autorités dispensent un discours délirant, présentant le Covid-19 comme une punition du ciel, ciblant les riches et les Etats Unis, et dont se rient les pauvres …

Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nouveau massacre en prévision au Nicaragua?

Le 18 avril, les Nicaraguayens ont commémoré tristement le deuxième anniversaire du soulèvement civique. Il y a deux ans, le régime d'Ortega-Murillo commençait à assassiner de sang-froid plus de 330 étudiants et autres citoyens lors de manifestations citoyennes pacifiques. Aujourd'hui, suite à l’expulsion de la Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme (CIDH) et à la fermeture obligée des principales institutions des Droits de l’Homme du pays, il devient de plus en plus difficile de suivre et de confirmer les assassinats ciblés et les arrestations arbitraires qui continuent à se produire et qui sont signalés dans les quelques médias qui n'ont pas été censurés, asphyxiés ou confisqués, ou doivent opérer depuis le Costa Rica ou les Etats-Unis. Tous ces abus, comme les précédents, ont été effectués en toute impunité, en particulier dans les campagnes. Le rapport du Groupe Interdisciplinaire d’Experts Indépendants (GIEI) de 2018, mandaté par la Commission interaméricaine des Droits de l’homme, confirme que l'État du Nicaragua a commis des CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ.

 En pleine crise mondiale due au Covid-19, le président Daniel Ortega a été absent pendant 34 jours. Où donc alors était le pouvoir, qui est sorti du silence le 15 avril ? Dans un monologue absurde, irréel, négationniste et irresponsable, il n’a donné aucune réponse, directive et ni même information spécifique sur l’état réel de la pandémie au Nicaragua. Ortega a prêché pour la paix mondiale, a dénoncé la responsabilité de l’impérialisme américain dans le changement climatique, la crise du coronavirus, les migrations dans le monde… alors que la répression de son gouvernement a provoqué l’exode de plus de 100 000 Nicaraguayens en deux ans.

Pour le Covid-19, l’Amérique centrale n’est pas, ou n’est pas encore…, un foyer principal d’infection. Le Système d’Intégration Centraméricain a enregistré à ce jour 6 799 cas confirmés pour les sept pays de la région, du Guatemala jusqu’au Panama. Quelques 220 personnes auraient péri, dont plus de la moitié pour le seul Panama.

Tandis qu'ils se masquent, nous sourions.

Covid-19, une maladie de riches et de bourgeois !

JUSTICE DIVINE,

des peuples opprimés et des pauvres !

Tous les pays de la région se mobilisent et tentent, avec leurs moyens, de s’aligner sur les consignes internationales. Tous, sauf un : le Nicaragua. Aucune disposition spécifique n’a été prise et la politique publique se limite à des visites systématiques, relayées par les « organisations de masse » du régime, pour détecter les malades et formuler des recommandations de comportement, comme le lavage des mains. Mais en parallèle, les autorités dispensent un discours délirant, présentant le Covid-19 comme une punition du ciel, ciblant les riches et les Etats Unis, et dont se rient les pauvres … comme le montre cette affiche largement diffusée

Pire encore, le gouvernement promeut manifestations en rangs serrés et fêtes populaires et les rencontres de championnat de baseball n’ont pas été suspendues.

En parallèle des gesticulations absurdes du gouvernement et dans la logique de l’insurrection d’avril 2018, la population tente de recourir à des informations et directives fiables. Ainsi, un comité scientifique indépendant s’est mis en place, animé par des épidémiologistes, médecins, universitaires et qui diffuse à travers les réseaux sociaux des recommandations de bon sens, conduisant à l’auto confinement. (réseau social #QuedateEnCasa [#ResteChezToi] ). Ce comité est d’ailleurs la cible des autorités, qui viennent de suspendre de son poste le professeur Miguel Angel Orozco, directeur du Centro de Investigaciones y Estudios de la Salud [Centre de Recherches et d'Etudes de la Santé] (CIES) de l’Université Nationale et co-animateur de ce comité.

Le Nicaragua est un pays pauvre et on pourrait comprendre que le gouvernement mène une politique qui cherche à éviter une mise à l’arrêt mortel de l’économie, déjà fortement impactée depuis 2 ans. Espère-t-il créer une situation de crise sanitaire telle qu’elle finirait par débloquer des appuis financiers d’organismes internationaux qui lui manquent cruellement aujourd’hui ? En attendant de comprendre, l’absurdité du discours général laisse plutôt penser qu’on navigue dans des eaux troubles voire cyniques, visant avant tout son maintien au pouvoir.

Ainsi le régime meurtrier mène un nouveau massacre, mais cette fois-ci, il le fait sans avoir à tirer sur la foule. Il veut dissimuler son échec, même si le prix à payer est la vie des Nicaraguayens. Le régime Ortega-Murillo ne se contente pas d'amener la situation à un point de non-retour faute de mesures adaptées : il semble déguiser les chiffres des décès dus au COVID-19, ne fait preuve d’aucune transparence dans l'utilisation des tests reçus en dons.

En avril 2018, la population a démontré que, spontanément, elle pouvait devenir volcanique. En 2018, elle portait déjà des masques pour se protéger d'une menace meurtrière. En ce mois d'avril, elle poursuit la « désobéissance civile » vis-à-vis du gouvernement en place en restant chez elle, en continuant la lutte civique en se lavant constamment les mains et en propageant le « virus de la solidarité » pour continuer à résister. Le peuple sauve le peuple, dans le même esprit “autoconvocado” [d'automobilisation] de 2018. En ce mois d'avril, la population veut rester en vie pour continuer à réclamer la justice et à obtenir sa liberté.

"Ça fait mal de respirer", sont les derniers mots d'Alvaro Conrado -15 ans-, lorsqu’il a été atteint au cou par une balle alors qu’il apportait de l’eau aux étudiants réfugiés dans une église.

Aujourd’hui, le peuple nicaraguayen veut que plus jamais cela ne lui fasse mal de respirer.

Le régime ne tremblera pas de fortes fièvres, mais de voir que le peuple n'a pas fait un seul pas en arrière dans la recherche de la justice qui l’anime, peu importe où il soit dans le monde. Nous n’oublierons pas…

SOS Nicaragua France

https://sosnicaraguaeuropa.eu/fr/accueil

Comité Nicaragua Occitanie

https://www.helloasso.com/associations/comite-nicaragua-occitanie

Et aussi

https://www.facebook.com/SolidaritePeupleNicaragua/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Politique économique
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin
Journal
Variole du singe : « J’ai un ami qui l’a attrapée, ça m’a convaincu de me faire vacciner »
Selon les derniers chiffres, 25 000 personnes ont été vaccinées en France contre le Monkeypox. Une campagne jugée insuffisante par certaines associations. Le gouvernement s’en explique par les difficultés logistiques liées au stockage des doses. Reportage au Checkpoint, à Paris, qui a déjà vacciné un millier de personnes.
par Christophe Gueugneau

La sélection du Club

Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan