Cécile Duflot. Une ministre écolo, hier fan du défilé du 14 juillet, aujourd'hui pourvoyeuse de Légions d'honneur !

 "La ministre du logement et de l'égalité des territoires, Cécile Duflot, a largement récompensé ses camarades écologistes lors de la promotion du 14 juillet de la Légion d'honneur. Sont ainsi élevés au rang de chevaliers l'ancienne ministre de l'environnement et maire de Montreuil, Dominique Voynet, ou Catherine Calmet-Rebérioux, la secrétaire générale du groupe EELV au conseil régional d'Ile-de-France, groupe dans lequel siégeait Cécile Duflot depuis 2010." (Le Monde)

03+08+12+Duflot+et+Hollande.jpg

La polémique (lire ici), lit-on, est partie de la droite. Eh bien tant pis, on ne la fermera pas pour autant sur la bêtise (chacun mettra dans ce mot euphémisant ce qu'il trouvera de plus juste politiquement parlant) de celle qui prétend représenter au gouvernement un choix de société alternatif...Alternatif (comme le courant, sans continuité ?) à quoi d'ailleurs, peut-on s'interroger, en se remémorant ces fumeuses tractations pour faire majorité d'alternance (nuance) avec le PS en vue des dernières élections où nos radicaux-écolo ont pris l'eau et bu la tasse de l'opportunisme devant le refus de Hollande d'esquisser le moindre début de mesures antinucléaires... On savait que la lutte des classes n'était pas leur tasse de thé (vert), mais, pardieu, une telle addiction à la lutte des places nous a vraiment pris au dépourvu...

Il y eut certes la candidature présidentielle de Joly, au demeurant très écolo-libérale sur le fond qui, en maugréant, conservait le cap d'une alliance avec le PS aux législatives, mais décocha au moins cette bonne idée de supprimer le défilé du 14 juillet ! Toute honte bue, Cécile Duflot, nous a rapporté le Canard, "a assisté, dans la tribune officielle, au défilé du 14-Juillet en arborant "un sourire béat d'enfant à Guignol, fascinée par le ballet des avions de combat et par les troupes défilant à ses pieds". Cruel, le Canard rappela bien que "sa copine et candidate à la présidentielle, Eva Joly réclamait la suppression du défilé du 14-Juillet !" avec le commentaire vachard : "Le "changement", c'est fou et ça change tout..."" (Voir notre article Ah ! ces brèves qui en disent si long sur ce qu'il faut combattre d'urgence !) (1)

Et voilà que maintenant la béate et guignolesque ministre du Logement, etc. propose la Légion d'honneur à 30 personnes (2), pardon, personnalités, méritantes ! Nous, à la différence de la droite, nous n'en avons rien à cirer en fait des heureux élus (quoique...pour tout arranger, Cécile D promet de promouvoir la prochaine fois...des gens de droite aussi !!). C'est la décoration (on dit également "distinction" !) en elle-même, avec ses grades militaro-grotesques (chevalier, officier, commandeur, grand officier, grand-croix) et ce qu'elle signifie comme adhésion par le "mérite" au système en place et à "la" Nation, qui nous fait tiquer. 

Pour situer politiquement les choses nous rappellerons rapidement (voir pour plus de détails l'article de Wikipedia d'où nous tirons l'essentiel de nos références) que ladite décoration, la première dans l'ordre protocolaire, a été l'invention du fossoyeur consulaire, à vocation impériale, de la Révolution (Napoléon) qui n'hésita pas à déclarer cyniquement devant la polémique suscitée "Vous les appelez [les distinctions] les hochets, eh bien c’est avec des hochets que l’on mène les hommes." Les jacobins, eux, manifestèrent leur opposition à ce qui pouvait déboucher sur "la restauration d'une nouvelle aristocratie et [constituer] une entorse au principe révolutionnaire d'égalité."

Faisant fi de ces "pesanteurs" politiques des médailles légionnaires, Cécile Duflot, puérilement "fascinée", avec un épouvantable côté "nouveau riche", par les ors de de la République n'a eu, de toute évidence, aucune pensée pour ceux qui refusèrent les hochets. Parmi eux : Sartre, Camus mais aussi les "collaborateurs du Canard enchaîné [qui] [s'étaient donné] depuis toujours comme règle de refuser les décorations, au premier rang desquelles la Légion d’honneur (Pierre Scize, journaliste, fut renvoyé du journal en 1933 pour l’avoir acceptée bien qu'elle lui fut décernée à titre militaire.)". Jacques Prévert, lui, aurait décoché, sous forme d'une boutade à méditer, à Louis Aragon, qui venait de refuser la décoration, un « C’est très bien de la refuser, mais encore faudrait-il ne pas l’avoir méritée. » On citera aussi l'ancien ministre communiste Jack Ralite qui accompagna son refus de lapidaires "Je n'ai pas refusé trois fois la Légion d'Honneur sous la gauche pour l'accepter une fois sous la droite" et "Je ne suis pas un élu qu'on porte à la boutonnière". Enfin, Un chercheur du Cnrs motiva fort professionnellement mais aussi politiquement en 2010 les raisons de son refus

Tout cela pour dire...pour dire quoi au juste... Qu'il y a bien d'autres chats à fouetter (la dette, les résistances en Espagne, en Grèce..., PSA Aulnay, Sanofi mais aussi les massacres en Syrie...) que ces cabrioles de bobos et d'intellos ?  Possible, probable même, mais on se reportera avec profit à tous ces articles de notre blog qui les traquent lesdits chats...Qu'il nous soit donc permis de pointer ici, l'espace de quelques lignes d'humeur, ces signes qui révèlent-confirment la prédisposition de "l'aile gauche" du gouvernement à composer avec les logiques institutionnelles les plus crasses. Et l'on verra bientôt sur les grandes questions sociales et économiques, dont le logement qui relève de sa compétence, que les légions d'honneur de l'écolo-de-service-pour-le-changement-maintenant étaient des avertisseurs, certes anecdotiques, mais des avertisseurs... A propos, elle a dit quoi, Cécile Duflot sur les suppressions d'emplois envisagées à PSA et à Sanofi ? (3)

(1) Dans le genre "changement pour le lâchage des copains", on a pu observer le commentaire risible de la ministre Duflot lors du débarquement de la ministre Bricq pour lèse-Schell : Cécile Duflot pense que la mutation de Nicole Bricq est une "promotion" ( Voir aussi Ecologie. Un remaniement ministériel qui répond aux exigences des pétroliers !, Spécial quadrature du cercle : être écologiste dans un gouvernement productiviste et pronucléaire !et Une écologie gouvernementale de Bricq et de broc pour le grand bonheur des pétroliers). Nicole Bricq n'était pas vraiment une "copine" car elle n'était pas encartée à EELV mais son action sur les forages pétroliers cadrait bien avec une des préoccupations majeures de ce parti...Mais il fut avéré à ce moment-là, un, que la realpolitik duflotienne participait clairement du changement façon hollandaise...et, deux, que le défaut d'anticapitalisme rend l'écologie politique scandaleusement anodine et piètrement ballottée dans les eaux glacées du social-libéralisme et de ses promotions-déplacements de ministres sortant des clous platement gestionnaires du réel  !

(2) Elle aurait pu, conformément "aux pouvoirs qui lui sont conférés", en proposer 60, assène-t-elle pour se défendre!


(3)  Même sur le terrain des questions écologiques (voir la note 1), le Canard, dans l'article précité, ironise sur la portée de la participation verte à ce gouvernement : Le sénateur Vert Jean-Vincent Placé enguirlande Montebourg pour sa position "ouverte" sur les gaz de schiste : "Au lieu de courir après les dernières ressources, il faudrait plutôt préparer l'après-pétrole". Commentaire perfide : "Pour ça, il n'y a pas des ministres écolos au gouvernement ?"


Illustration : cecile‑duflot‑(photo‑afp).jpg

A lire aussi

Nos dossiers Ecologie, A la gauche du PS


......................................

Cécile Duflot. Une ministre écolo, hier fan du défilé du 14 juillet, aujourd'hui pourvoyeuse de Légions d'honneur !

http://npaherault.blogspot.fr/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.