Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

1010 Billets

1 Éditions

Billet de blog 6 nov. 2017

Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

Catalunya. Les Comités de Défense de la République en ordre de lutte !

Mettons le pays à l'arrêt, de façon imminente. Nous lançons un appel à participer aux diverses mobilisations décentralisées qui se mettront en place dès ce lundi aux premières heures de la matinée.

Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

4e communiqué des Comités de Défense de la République

Le peuple commande, le Gouvernement obéit !
(CDR de Vallcarca)

Nous, Comités de Défense de la République [initialement Comités de Défense du Référendum], réunis à Manlleu en Assemblée Plénière aujourd'hui samedi 4 novembre, face à l'offensive autoritaire et antidémocratique sans précédent de l'Etat espagnol, informons que:

1. Dans cette 4e Rencontre, nous considérons établie notre structure organisationnelle et opérationnelle, suite à un processus de consolidation que nous avons voulu rapide mais efficace. A travers ce réseau, auquel participent plus de 172 CDR de tout notre pays [la Catalogne], nous sommes en contact avec des organisations qui luttent pour notre souveraineté nationale et participent du  syndicalisme engagé.

2. Nous exigeons la libération immédiate des personnes qui ont été emprisonnées pour leurs idées. Nous apportons tout notre appui aux prisonniers politiques et à leurs familles. Ils auront tout le soutien de notre peuple dès que nécessaire et pour ce qu'il faudra.

3. Avec la consolidation du réseau des habitant-es des quartiers qui ont rendu possible la tenue du référendum du 1er octobre, nous sommes préparé-es pour défendre la République de façon pacifique mais radicale. Voilà pourquoi nous appelons la population à participer de façon active aux Comités de Défense de la République de leur municipalité.

4. Face au coup d'Etat que nous vivons, aujourd'hui plus que jamais, il nous faut rompre avec la fausse normalité qu'il impose : mettons le pays à l'arrêt, de façon imminente. Nous lançons un appel à participer aux diverses mobilisations décentralisées qui se mettront en place dès ce lundi aux premières heures de la matinée. Faisons, à partir de mercredi (lire ci-dessous : Le 8 c'est grève générale !), un pas en avant, afin que l'Union Européenne nous entende; bloquons l'économie, même si l'Etat Espagnol cherche à nous empêcher d'exercer notre droit de grève.

Manlleu, 4 novembre 2017.

COMUNICAT DELS COMITÈS DE DEFENSA DE LA REPÚBLICA

Els Comitès de Defensa de la República, reunits a anlleu en Assemblea Plenària avui dissabte 4 de novembre, davant de l’ofensiva autoritària i antidemocràtica sense precedents de l’Estat Espanyol, informem que:

1. En aquesta 4a Trobada donem per tancada la nostra estructura organitzativa i operativa després d’un procés de consolidació que hem volgut que sigui ràpid però eficaç. A través d’aquesta xarxa, on hi participen més de 172 CDR d’arreu del país, estem en contacte amb entitats del món sobiranista i del sindicalisme compromès.

2. Exigim l’alliberament immediat dels que han estat empresonats per les seves idees. Tanmateix, traslladem tot el nostre caliu als presos polítics i a les seves famílies. Tindran tot el suport del nostre poble quan calgui, pel que calgui.

3. Amb la consolidació de la xarxa de veïns i veïnes que van fer possible la celebració del referèndum de 1.1 d'octubre, estem preparats i preparades per defensar la República de forma pacífica però contundent. Per tot això emplacem a la població a participar de forma activa als Comitès de Defensa de la República del seu municipi.

4. Davant del cop d’estat que estem vivint, ara més que mai, necessitem trencar amb aquesta falsa normalitat: aturem el país, de forma imminent. Fem una crida a participar a les diverses mobilitzacions descentralitzades des del proper dilluns a primera hora del matí. A partir de dimecres fem un pas endavant, que la Unió Europea ens escolti; bloquegem l’economia, encara que l’Estat Espanyol ens intenti impedir l’exercici del nostre dret a vaga.


Manlleu, 4 novembre de 2017

 Cliquer ici

 Vidéo (en catalan). Les CDR, c'est quoi ?

 Cliquer ici

 Le 8 c'est grève générale !

Rappel : le syndicat, minoritaire, Intersindical-CSC (5e force syndicale de Catalogne, elle se revendique indépendantiste et de classe) appelle à la grève générale pour le mercredi 8 novembre (avec possible reconduction le lendemain) pour protester contre la "régression des droits sociaux" et la précarité au travail en Catalogne. Sans mention explicite de la répression judiciaire qui s'abat sur la Généralité, histoire de contrecarrer l'action de la principale organisation patronale catalane Foment del Treball qui a saisi les tribunaux pour que soit déclarée illégale cette grève car elle obéirait à des motivations politiques et non syndicales.

Le syndicat USTEC-STEs, majoritaire parmi les enseignant-es catalan-es et de tradition "assembléiste", a décidé de se joindre à cette grève. Ce syndicat et Intersindical-CSC avaient participé, sous l'égide de l'Intersyndicale Alternative de Catalogne (IAC), à la grève générale du 3 octobre pour dénoncer la répression policière le jour du référendum, le 1er octobre.

La grève du 8 novembre est également soutenue par  les syndicats minoritaires COS (indépendantiste avec une forte présence dans les Transports métropolitains et à l'université de Barcelone ainsi que chez les pompiers de la Généralité) et la section Education de la CGT (libertaire) (eldiario.es).

Et trois jours après...

Le samedi 11 novembre, grande journée de mobilisation pour la libération des prisonniers politiques, la liberté et la démocratie de la Catalogne.


Appel de l'ANC (Assemblée Nationale Catalane)  et d'Omnium

Liberté pour les prisonniers politiques !

Nous sommes une république !

Manifestation le 11 novembre à Barcelone !

Ce 11-N [11 novembre] est conçu sur le modèle des « 11-S », les Diadas [manifestations le jour de la fête nationale catalane, le 11 septembre], qui a réuni dans le passé un million de participant-es dans les rues de Barcelone. Ce samedi de mobilisation sera le point culminant d'une Semaine de la Liberté qui verra diverses manifestations et rassemblements locaux se tenir dans tout le pays, ponctués tous les soirs par des casserolades, avec une « aturada » (arrêt du pays) le mercredi 8 novembre, le même jour que la Vaga General [grève générale] lancée par l'Intersindical-CSC sur les revendications ouvrières et les libertés.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019. L’élue dénonce un  « règlement de comptes » d’anciens du RN.
par Marine Turchi
Journal
L’animateur de CNews Jean-Marc Morandini condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineurs
Jugé pour corruption de mineurs sur deux jeunes de 15 ans et un autre de 16 ans, l’animateur de CNews a été condamné lundi à un an de prison avec sursis.  
par David Perrotin
Journal — France
L’indécente rémunération versée à la ministre des sports par la Fédération française de tennis
Dans sa déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, Amélie Oudéa-Castéra révèle qu’elle percevait plus de 35 000 euros nets par mois du temps où elle était directrice générale de la FFT. Un salaire digne du CAC 40 qui est révélateur du basculement de cette fédération dans le tennis business.
par Laurent Mauduit
Journal — Justice
Barbouzes du PSG : la police sur la piste d’une tentative de chantage à 100 millions d’euros
Le lobbyiste Tayeb Benabderrahmane, détenu à Doha en 2020 après avoir obtenu des documents confidentiels appartenant au patron du Paris Saint-Germain, aurait souhaité par la suite réclamer 100 millions d’euros à l’émirat du Qatar, propriétaire du club, selon un document confidentiel. Il dément formellement.
par Yann Philippin

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant