Ce "laïcisme" qui censure un sociologue laïque !

Le sociologue Farhad Khosrokhavar est l'un des premiers à avoir tenté de prendre la mesure, loin des passions, de la question franco-française du "foulard". Son ouvrage co-écrit avec Françoise Gaspard et publié en 1995 "Le Foulard et la République" reste un texte de référence. F Khosrokhavar est aujourd'hui victime d'une censure dont il explique les tenants et aboutissants.

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2020-11-07%2Ba%25CC%2580%2B18.35.42.png

Le 29 octobre 2020, j’ai été contacté par une journaliste de Politico qui m’a demandé de faire un article sur la laïcité et le débat autour d’elle en anglais. Le 30 octobre je le lui ai envoyé, dans la limite des mots qu’elle m’avait assignée. Le 31 octobre elle m’a signalé que l’article avait paru et m’a donné ses coordonnées sur la Toile.

Quelques jours après, des amis m’ont signalé que l’article avait disparu. Peu après, Politico a mis un mot sur son site, sans me prévenir, disant que l’article ne satisfaisait pas à leurs standards et qu’on l’avait donc supprimé. Tout cela dans le mépris total pour l’auteur que l’on n’a pas du tout informé, le mettant ainsi devant un fait accompli d’une manière qui n’est autre qu’une censure pure et simple. J’ai contacté ladite journaliste, mais elle ne m’a pas répondu. Bref, silence de mort.

Le 1er novembre, j’ai reçu le courriel d’un chercheur de l’université de Leyde, m’éclairant, dans un article critique, sur les raisons du retrait de mon article par Politico sous la pression des intellectuels français qui se réclament du droit à la libre expression au sujet du blasphème, notamment par des caricatures. Les mêmes, apparemment lorsqu’il faut interdire la parole aux autres, n’hésitent pas à intervenir, faisant ainsi du « deux poids deux mesures » un standard dans leur appréciation de la liberté.

Lire l'intégralité de l'article

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2020-11-07%2Ba%25CC%2580%2B19.05.00.png

En lecture libre ici

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.