Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

991 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 oct. 2021

Sommet France Afrique de Montpellier, sommet de l'esbrouffe et de l'indécence

« Montpellier l’Africaine », « Delafosse l’Africain », la presse locale n’est pas avare de boursouflures pompeuses à la veille de la tenue du Sommet France Afrique dans la capitale héraultaise, en présence vendredi d’Emmanuel Macron. Ces emballements médiatiques doivent cependant être douchés par un minimum de sens critique.

Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Montpellier l’Africaine », « Delafosse l’Africain », la presse locale n’est pas avare de boursouflures pompeuses à la veille de la tenue du Sommet France Afrique dans la capitale héraultaise, en présence vendredi d’Emmanuel Macron. Ces emballements médiatiques doivent cependant être douchés par un minimum de sens critique. Et cela en rappelant que l’événement montpelliérain, non seulement n’a pas de sens en soi, isolé de la réalité que connaissent les peuples d’Afrique, mais aussi et surtout parce qu’il tire sa pleine signification d’un autre événement, parisien celui-là, qui est en fait son double obscur : la rencontre en mai dernier, sous l’égide comme il se doit, en bonne tradition « africaine » de la France, du Président de la République. Emmanuel Macron avait réuni alors un très grand nombre de présidents et chefs de gouvernement africains ainsi que des représentants de l’UE et quelques personnalités : au menu, ce que d’aucuns appellent les affaires ou le business et que d’autres, dont nous sommes, considèrent exemplaire des sempiternels paramètres de la dépendance des uns couplés à l’exercice de la domination par les autres.

Illustration : nouvellesvagues.blog

Les peuples africains, victimes des exactions de leurs dirigeants locaux corrompus, souffrent de ce qui a été discrètement discuté à Paris et que l’on peut résumer à ce qu’un économiste, dans les années soixante déjà, désignait comme les mécanismes du « développement du sous-développement ». Par là-même, la débauche d’exaltation à Montpellier autour de l’amitié entre la France et l’Afrique sur fond d’hommages à la créativité culturelle de celle-ci, au dynamisme …entrepreneurial de sa jeunesse, dans l’oubli des guerres, du pillage des richesses naturelles, de la misère exponentielle des populations que la France promeut dans ce qui reste son pré carré colonial, version néocoloniale, est d’une indécence sans bornes. Comme est indécente l’attitude du maire de la ville, Michael Delafosse qui, en connivence avec l’Elysée, participe de cette gigantesque mystification : les paillettes d’ici, à Montpellier, ne sauraient faire oublier les désastres structurellement produits par la Françafrique.

Aussi l’organisation d’un Contre Sommet comme la mobilisation pour l’annulation même de tout sommet de cette nature, sont d’autant plus bienvenues qu’elles permettent de poser des contre-feux au dégâts causés par un racisme qui, autre face, des plus grimaçantes, de l’instrumentalisation des réalités africaines, prétend casser les clés de compréhension de ce que signifie l’arrivée en France de migrant.e.s, en particulier, en provenance de l’autre rive de la Méditerranée.      

Il importe d'appuyer en présentiel ou en distanciel, comme il est de saison de dire, la manifestation de samedi en soutien au Contre Sommet comme à l’appel à l’annulation de l’idée même de Sommet Afrique France. Aucun sommet concernant l’Afrique n’a sa place, pour les raisons mentionnées plus haut, dans un pays comme la France : il revient aux Africain.e.s de décider des sommets qui s’inscrivent dans l’exercice de leur pleine souveraineté et de l’affirmation autonome de leur riche et belle culture !

Info du jour (7 octobre) : migrants en gare de Montpellier pour le Contre Sommet, direction le commissariat et puis...

Sommet France Afrique de Montpellier...un  sommet contre les peuples !

Voilà un début en fanfare pour cette grande opération de poudre aux yeux qu'est ce Sommet : 10 sans papiers venant participer aux mobilisations contre ledit Sommet ont été arrêtés à leur descente de la gare de Montpellier. Tout a beau être en règle par déclaration au Ministère de l'Intérieur comme aux préfectures de Paris et de l'Hérault, les réflexes antipopulaires des organisateurs de cet imbuvable raout se sont activés : preuve éclatante que ne sont toléré.e.s en cette occasion que ceux et celles qui acceptent de se plier à la mystification qu'il s'agit de célébrer l'amitié des peuples. La réalité que le Sommet cherche à occulter est là toute crue, à la descente d'un train, direction le commissariat :  haro sur les migrants, leur présence détonne, de fait au double sens du mot ; elle déroge à l'asepsie politique à laquelle Macron mais aussi le maire socialiste de Montpellier voudraient soumettre l'événement; cette présence fait ainsi exploser le voile mystificateur de l'idée d'amitié entre les peuples qui présiderait à l'organisation du sommet. 

Des migrants embastillés, voilà que s'exhibe la nature de cette République invoquée fille des Lumières. C'est l'obscurité des cachots qui donne le la républicain de Macron et de son compère socialiste : les migrants il est vrai, par leur présence mais aussi leur combativité, nous rappellent que la France institutionnelle, celle qui impose la logique mortifère de la Françafrique là-bas, de l'autre côté de la Méditerranée, est régie, ici même, en France, à "Montpellier capitale africaine" comme vient de titrer une gazette locale, par la loi d'airain du capital.

Trêve d'esbrouffe : obtenir la libération des emprisonnés doit devenir la bannière de la mobilisation contre l'insultante supercherie de ce Sommet, pour l'annulation de l'idée même d'un sommet aux connotations clairement néocoloniales. C'est réaffirmer notre solidarité inconditionnelle avec les peuples d'Afrique. Cela dans le double rejet de l'Etat impérialiste français et de leurs marionnettes placées à la tête de la plupart des Etats africains. Le tout débouchant sur l'engagement aux côtés des migrant.e. pour la satisfaction de leurs revendications (droit d'accueil digne, d'installation, de circulation, d'études, de vote, etc.). L'amitié avec l'Afrique, avec ses peuples passe par là, seulement par là, loin des paillettes et de la com' officielles. Manifestons pour le crier dans les rues de Montpellier !   

Info dernière minute : sur les 7 arrêtés, 5 ont été relâchés avec Ordre de Quitter le Territoire Français (OQTF) et 2 ont été placés en Centre de Rétention Administrative (CRA)... Plus beau le Sommet France Afrique !

Antoine

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné par le tribunal correctionnel de Paris, à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. L’exécutif lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi