Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

991 Billets

1 Éditions

Billet de blog 9 déc. 2011

Il faut politiser l'"affaire DSK" !

Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a plusieurs façon d'aborder l'"affaire DSK", comme la désignent avec une délectation plus ou moins assumée les médias les plus, mais aussi les moins, pipoles. Laissons de côté le point de vue moralisateur ("quelle honte de se laisser aller à ça!") et - pardon pour la redondance - le point de vue ...voyeur ("cela ne nous concerne pas mais..."). Chacune de ces visions, à sa façon, oublie ou cherche à faire oublier la question proprement politique sous-jacente à "l'affaire" et, si l'on se penche sur celle-ci, on peut éviter l'autre piège tentant, celui de l' instrumentalisation politicienne, en vérifiant, au détour d'un article du Monde mis en ligne ce jour, ce qui est mis en évidence de la chambre du Sofitel US aux tables du Fouquet's parisien et que le système de domination refoule, à l'exception de quelques articles comme celui-ci du Monde : les passerelles entre la "gauche" (je ne mettrai plus par la suite les guillemets qui disent l'inadéquation du terme pour désigner le Parti Socialiste) et la droite UMP (qui mériterait, elle, les guillemets au vu de ses complaisances envers les poubelles idéologiques du FN). Des passerelles donc qui s'apparentent à des connivences travaillant dans le souterrain des relations personnelles entre les responsables au plus haut niveau de ces deux partis mais qui ont surtout des correspondances avec ce qui se déploie à l'air libre des positionnements strictement politiques.

Que nous révèle/confirme l'article d'Ariane Chemin ? Le plus simple est de lui laisser la parole à travers les extraits suivants (on se reportera à l'ensemble de l'article via le lien mis à la fin des citations), je surligne seulement ce qui étaye mon propos :

  • "C'est un déjeuner de copains, deux semaines avant le scandale du Sofitel. Bernard Squarcini, le patron du renseignement intérieur, retrouve autour d'une table Jullien Dray, le député socialiste de l'Essonne, et Max Torossian, le nouveau chef d'état-major de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI)."
  • "Ce "flic de gauche" est aussi un "pote" de Julien Dray depuis que, dans les années 1980, aux Renseignements généraux de la Préfecture de police de Paris, il avait été chargé de "suivre" SOS-Racisme."
  • "On ne fera pas une campagne sale. Les services vont la jouer loyale." La phrase est prononcée l'air de rien, mais résonne presque comme un pacte entre droite et gauche, une offre de paix armée, à la veille de la présidentielle, pour éviter d'ouvrir la boîte de Pandore."
  • "C'est l'avantage – ou l'inconvénient – de partager ses réseaux : entre la Sarkozie et feu la Strauss-Kahnie, infos et intox circulent à vive allure. Mêmes amis, mêmes restaurants, mêmes villégiatures…"
  • "En mars, Dominique Strauss-Kahn a donné rendez-vous au Pavillon de la Reine, place des Vosges à Paris, à Alain Bauer. Il est un intime de trente ans de Stéphane Fouks, le patron d'Euro RSCG [chargé de la com' de DSK]."
  • "Alain Bauer est aussi devenu le "Monsieur Sécurité" très écouté du président de la République. "
  • "Consultations privées, apartés, mélange des genres, en politique, les amitiés recèlent parfois des mystères."
  • "Il ne faut pas se méprendre sur le coup de pouce donné par l'Elysée, à l'été 2007, à la candidature de "Dominique" à la présidence du FMI [sous entendu : le neutraliser comme potentiel candidat à la présidence de la République en l'attachant à la prestigieuse tâche de présider le FMI : "Lui [Sarlozy] préfère jouer au "meilleur DRH de la gauche" et s'offre le plaisir de le pousser à la tête du FMI."]"
  • "Les deux hommes [DSK et Sarkozy] – ex-députés, avocats d'affaires, venus à la politique sans passer par l'ENA – s'apprécient. Ils se fréquentaient de temps à autre, avec leurs épouses. En 1993, au début de la cohabitation, un premier dîner a eu lieu au Fouquet's : Anne Sinclair présente le ministre du budget à son mari, qui vient de perdre les législatives. Ils se retrouvent sur l'île de la Jatte, chez Cécilia et Nicolas, ou chez le couple Strauss-Kahn-Sinclair, avenue du Général- Maunoury, dans le 16e arrondissement, ou encore chez Jacques Attali pour une pendaison de crémaillère. Entre eux, une forme d'estime et de connivence sociale."
  • "Et à l'intéressé, les yeux dans les yeux, un jour que le patron du FMI a fait le voyage de Washington jusqu'à la rue du Faubourg-Saint-Honoré [Sarkozy déclare] : "Dominique, toi et moi, on ne nous aime pas, on est pareils, on est des métèques, on aime le fric et les femmes""

Tiré de Ce que Sarkozy savait de DSK (site du Monde ce 9 décembre)

On retiendra de ces citations la confirmation, mais avec quand même des données précises liées à l'"affaire", de tout ce qui rattache personnellement des membres essentiels de la direction du Parti Socialiste avec ce que la droite sarkozyenne représente de plus antipopulaire, si l'on veut bien laisser de côté le pseudopopulisme ou "populisme"-antipeuple d'une Marine le Pen. Ces liens personnels n'empêchent aucunement, on le voit bien, les mauvais coups sur fond de rivalités pour occuper le pouvoir politique avec le paradoxe d'un Sarkozy promouvant un homme de gauche (j'ai bien dit que je ne mettais plus les guillemets) à une des plus hautes instances du capitalisme mondialisé. Mais est-ce bien un paradoxe ? Et surtout il est bien clair que ces rivalités se situent dans le même camp : DSK, comme l'essentiel de la sphère dirigeante du PS, quelles que soient les velléités plus ou moins sincères de sa dérisoire gauche (sans guillemets à la réflexion) montebourgienne ou pas, joue avec la droite, dans le même espace, celui du libéralisme restructurateur des formes d'exploitation économique et de domination politique du travail au profit du capital. Dans ce jeu fermé les différences ne sont plus que des nuances : Hollande est contre l'instauration de la règle d'or de Sarkozy ...avant les élections mais il partage, comme l'ensemble de la direction de son parti, la volonté d'une rigueur budgétaire calée sur le non dépassement des 3% de déficits publics qui interdit de fait toute politique d'alternative !

Ce qu'il me semble donc nécessaire de souligner c'est qu'à eux seuls les liens personnels que met en lumière l'"affaire" DSK ne suffisent pas à décoder politiquement celle-ci : c'est rapportées à l'histoire de la social-libéralisation du socialisme français depuis les années Mitterrand, c'est au vu des pratiques passées et présentes de ce qui constitue la galaxie européenne du socialisme dans laquelle sont inscrits les Hollande, Aubry, Royal, etc. aux côtés des sabreurs des droits sociaux que sont, dans l'actuel contexte de crise de la bourgeoisie européenne, Zapatero ou Papandréou, c'est en tenant compte du programme social-libéral du PS pour la présidentielle dont les "hollandais" n'ont de cesse pourtant de se démarquer pour le droitiser encore plus, c'est donc en croisant ces données proprement politiques que les accointances personnelles de "nos" socialistes et des sarkozyens, elles-mêmes fondées sur la lourde sociologie de ce qu'il faut bien appeler une commune appartenance de classe, s'éclairent autrement qu'anecdotiquement. Même s'il en coûte de le reconnaître, se fait jour, contre toutes les procédures d'obscurcissement à l'oeuvre, que le Parti Socialiste et la droite c'est...du pareil au même. Je sais que cela fait grincer bien des dents à gauche, surtout chez ceux qui tiennent au caractère exceptionnel, au sens bien plat qu'il serait une exception, du PS français par rapport aux socialistes espagnols, grecs auxquels on pourrait ajouter les blairistes britanniques ou les shroederiens allemands...

Et là, je reconnais que ma démonstration atteint sa limite car, prenant appui sur le présent et le passé des expériences socialistes, elle bute sur la "chance" du PS d'être dans l'opposition au moment même où ses corréligionnaires européens sont appelés à appliquer moutonnièrement l'orthodoxie capitaliste en vogue. Mais, bien entendu, cette chance n'aura qu'un temps dans l'heureuse hypothèse d'une victoire en 2012. Car cette victoire pourrait bien (on remarquera ma prudence conditionnelle) consacrer le début de la fin, telle que nous l'avons "supportée", maintes fois, sous Mitterrand et sous Jospin. A la différence près, et elle est de taille, que nous sommes aujourd'hui dans l'heure de vérité d'une offensive hyperbolique du capital qui n'autorise plus les entre-deux précédents du type "je suis socialiste mais je me dois à la rigueur austère et privatisatrice pour que les lendemains sociaux chantent" : aujourd'hui en Europe, en mars 2012 pour la France, l'alternative, au sens plein du terme, se pose(ra) en "pour ou contre le capital". Zapatero et Papandréou ont choisi le pour, ils ont eu contre eux leur peuple. Hollande, bénéficiant au départ du luxe relatif que constitue le ras le bol du sarkozysme, est déjà en train de se corseter lui-même par la nécessité, pour lui, d'obtenir le label de crédibilité de l'Union Européenne, du FMI, des agences de notation mais aussi directement du patronat européen .. sans perdre l'appui électoral nécessaire à son accession aux "affaires" comme on dit aussi pour la gestion loyale du capitalisme. Tout un jeu d'équilibriste proprement politicien.

Alors, de DSK à Hollande, la question qui doit nous intéresser à gauche, celle qui est (devrait être ?) irréductible aux guillemets, est celle-ci : comment peut-on contrecarrer les pesanteurs inscrites structurellement dans le social-libéralisme, réactualisées par les avatars éroticopolitiques strausskahniens, en promouvant, malgré des critiques virulentes au gré des ouvertures hollandaises vers Bayrou, l'idée que c'est la gauche tout entière qui pourra en finir non seulement avec l'épiphénomène sarkozyen mais avec le Léviathan capitaliste ?

La question est adressée, cela va de soi, avant tout au PCF et au PG, à tous ceux qui suivent le Front de Gauche sur la voie du "grand rassemblement (front)-populaire pour battre Sarkozy et le capitalisme" ! Car, il ne sert à rien de ruser sur ce qu'un rapport de force pourrait imposer au PS qui a, pour lui, outre ses ancrages institutionnels à tous les niveaux de l'Europe et des Régions et départements, outre l'appui du FMI, de l'OCDE et de toutes les officines mondiales du capital, ces proximités avec Sarkozy lui-même ou les Bauer, Attali, Squarcini, Fouks, Paszkowski, voire Minc, sans oublier l'ami "socialo-sarkozyen" Jouyet, l'homme clé du dispositif de Hollande, qui vont et viennent entre les commissions sarkozyennes "pour la libération de la croissance" ou pour le développement du sécuritaire. Avec à la clé des agapes à L'Aventure (!) ou au Fouquet's. "Mêmes amis, mêmes restaurants, mêmes villégiatures…".Ce qui, sans faire une politique, plombe, tout de même, celle que l'on met en oeuvre !

Dans d'autres temps, moins défavorables, le PCF s'est laissé instrumentaliser par l'idée du "grand rassemblement de la gauche" et a contribué à démobiliser les velléités de résistance en les détournant de la seule voie qui vaille même si elle est escarpée et semée d'embûches: celle de la construction d'une gauche claire sur elle, sur son objectif et surtout sur ses moyens de l' atteindre. Or c'est bien là que le bât blesse puisque, par son utopie grise de vouloir aujourd'hui redresser le cours social-libéral du PS, le Front de Gauche reproduit l'erreur dramatique du PCF des années passées et hypothèque ainsi les chances de reconstruire les liens avec le salariat agressé et les couches populaires toujours plus tout" faire pour battre la droite au second tour de la présidentielle et aux législatives, y compris en votant Hollande...avec le seul rapport de force qui vaille : celui d'une campagne des présidentielles fondée en indépendance programmatique et d'alliance totale envers ledit Hollande et son parti et sur l'affirmation que le développement des luttes est ce qui donne sens à cette logique d'alternative au capitalisme ! Gageons que le NPA et quelques autres répondraient présents pour une telle orientation ! Alors, est-il trop tard pour tirer les leçons politiques du Sofitel new-yorkais et du Carlton lillois au profit des "gens" de La Courneuve, de Grandange et des ailleurs populaires désertés par la "gauche" (retour des guillemets pour boucler le billet) ?

......................

Photo : dsk-dominique-strauss-kahn-fmi-economie-inflation-emploi.jpg

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. En parallèle, des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Journal — France
Élie Domota : « L’État a la volonté manifeste de laisser la Guadeloupe dans un marasme »
Le porte-parole du LKP (« Collectif contre l’exploitation ») est en première ligne de la mobilisation sociale qui agite l’île depuis deux semaines. Contrairement à ce qu’affirme l’exécutif, il estime que l’État est bien concerné par toutes les demandes du collectif.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère de la population
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de l’île antillaise, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue la Guadeloupe, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss