Onfray, une dérive à droite qui vire glissade irréversible...

C'est l'histoire d'un philosophe libertaire qui, happé par le succès médiatique, intègre toujours plus à fond les logiques systémiques de stigmatisation des populations racisées. Le retour sur le champ politique du chiffon bleu-blanc-rouge de l'ensauvagement de la société met en évidence que le personnage est devenu une caisse de résonance des pires éructations des bas-fonds idéologiques.

 Le billet de Julien Suaudeau paru sur Slate permet de cerner au plus près cette dégringolade vers l'extrême droite d'un discours libertaire devenu ventriloque de l'extrême opposé.

Antoine

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2020-09-11%2Ba%25CC%2580%2B10.48.31.png

"Comme tout un chacun, [Michel Onfray] a parfaitement le droit de penser que l'insécurité grandit en France et que la société est de plus en plus violente. Il peut gloser sur les causes du mal, avertir sur ses conséquences, poser un diagnostic, clamer qu'il détient le remède.

Ce qui est désolant, c'est de le faire à travers le seul prisme d'une désignation qui, pour le coup, réduit l'esprit français à la sordide sauvagerie des civilisateurs armés de leurs nobles intentions."

Lire le billet

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.