Un lutteur andalou, maire de Marinaleda, apporte son appui à la Catalogne en lutte !

"Depuis l'Andalousie, cela me fait extraordinairement mal que l'on cherche à utiliser ce qui est andalou pour en faire l'avant-garde de l'espagnolisme rance. Assez de manipulations de l'Andalousie ! Catalans qui luttez, vous êtes un exemple pour tous les peuples ! Et depuis l'Andalousie nous vous disons mille fois merci !" Vidéo en espagnol.

Au meeeting de clôture de la CUP aux élections du 21 décembre dernier © CUP PAÏSOS CATALANS

 "Ils nous disent que le nationalisme est bourgeois, que le nationalisme ne respecte pas la classe ouvrière, que le nationalisme mène à la guerre et à la violence,  alors que c'est l'impérialisme qui détruit la liberté et la souveraineté des peuples. Où est la souveraineté du peuple libyen, où est la souveraineté du peuple palestinien...?"

"La question nationale, la question identitaire, et la lutte des classes, c'est une seule et même lutte ! Quand est-ce que la gauche, qui n'est ni de gauche, ni rien, s'en rendra-t-elle compte une putain de fois pour toutes? Il faut être ici avec les peuples qui revendiquent leur souveraineté ! "

Sur Manuel Sánchez Gordillo : Andalousie (Espagne). En lutte contre l'austérité de la droite gouvernementale, opposé au pacte d'austérité de son parti (IU) avec les socialistes régionaux, Juan Manuel Sánchez Gordillo...

 Autre vidéo (en catalan) : L'ancien dirigeant de Podem/Podemos intervient au meeting de la CUP aux dernières élections. "Pablo: Aquí hay un pueblo digno, carajo!" ("Pablo Iglesias. Il y a ici un peuple digne, merde !")

Albano Dante Fachín, débarqué de la direction de Podem par Pablo Iglesias, en soutien à la CUP à l'élection du 21 décembre. © Albano Dante Fachin

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.