Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

991 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 mars 2020

Implacable "couronavirus" espagnol...

Il est un virus spécifique qui, dans une Espagne terriblement touchée, elle aussi, par le coronavirus, se révèle un révélateur de premier ordre ... du désordre des choses, en l'occurrence politiques. Dans l'instant où les masques médicaux s'imposent, d'autres masques tombent : cela concerne, chacun à sa façon, les membres du gouvernement "progressiste" confrontés au virus de la corruption royale !

Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Etat espagnol. PSOE, PP, Ciudadanos, Vox, tous unis pour l'immunité (impunité) royale !

Sans surprise, et tant pis pour l'image d'un "gouvernement progressiste" que l'on cherche à vendre au bon peuple, les "socialistes" du PSOE, le parti du chef du Gouvernement, ont, comme d'habitude, fait front commun avec la droite (PP et Ciudadanos) et, innovation remarquable, avec l'extrême droite néofranquiste (Vox), pour bloquer la création d'une commission d'enquête parlementaire sur les 100 millions de dollars supposément cachés en Suisse, selon le procureur de ce pays, par l'ex Roi Juan Carlos !

Remarquable aussi est le fait que la demande de création de cette commission d'enquête ait été déposée par le partenaire de gouvernement du PSOE, les anciens indignés de Unidas Podemos. Histoire de montrer qu'ils existent dans un gouvernement sous hégémonie socialiste ? Le résultat est là : lesdits socialistes ont, sans état d'âme et en un tournemain, stérilisé cette démarche. Cela s'appelle "envoyer sur les roses" les trublions oublieux que le parti "qui fut celui de la rose et du poing" est, depuis les années 70, un parti irrévocablement prorégime. Traduit en clair : un parti de la monarchie verrouillant, malgré les éclats de voix politiciens entre eux, avec ses alliés structurels PP et Ciudadanos et, mais si, mais si, Vox, l'intouchabilité de la Maison Royale.

Quand il faut sauver le soldat Juan Carlos et sa bande familiale parasite et corrompue, le front unique constitutionnaliste se reconstitue à toute allure. Et Unidas Podemos ressort bredouille de sa quichottade et rentre penaud dans le rang ! Bon Dieu, on ne quitte pas pour si peu un gouvernement progressiste !

Remarquable aussi est l'attitude des indépendantistes républicains de gauche d'ERC, initiateurs, avec Unidas Podemos, de la demande de la commission d'enquête en question. Aussi penauds que les camarades d'Iglesias, ils pensent que la rebuffade infligée par les socialistes ne mérite pas que l'on mette en danger les négociations engagées sur la "question catalane" avec ceux-ci (en rien engagés, eux, sur l'incontournable droit de la Catalogne à son référendum d'autodétermination). Et tant pis si la défense socialiste de la monarchie ait été menée avec les pires ennemis du processus démocratique indépendantiste, par ailleurs dans le souvenir réactivé du méchant discours prononcé en octobre 2017 par le rejeton de Juan Carlos pour appeler à plus de répression policière contre les "séparatistes" !

Il sera dit une nouvelle fois que le rapport à la monarchie est la pierre de touche permettant de mettre au clair qui sont, ou plutôt qui ne sont pas, les progressistes et démocrates...par-delà les moulinets, poses et autres enfumages.

A propos du dessin reproduit ici et mis en ligne ce jeudi sur le site de eldiario.es (voir ici) : les trois mousquetaires, de gauche à droite, Pedro Sánchez (PSOE), Pablo Casado (PP) et Santiago Abascal (Vox) (oublié Ciudadanos aujourd'hui réduit à la figuration), célèbrent leur union, épées au vent et arborant fièrement sur leurs tuniques le référent emblématique du patriotisme espagnoliste, le "toro ibérico", au cri célèbre, significativement détourné, du "Tout (sic) pour un (Juan Carlos !), un (le même) pour tous" tandis que ledit Juan Carlos célèbre le doux moment, bras levé. Tout en s'adressant à son royal fils : "Superfans, mon fils, ils sont superfans de la Constitution (1) ! Il ne faut pas chercher à comprendre !".

(1) La Constitution assure l'inviolabilité du Roi. Sauf qu'elle est reconnue efficiente dans l'exercice de la fonction royale. Or les 100 millions incriminés auraient été "placés" chez les Hélvètes après l'abdication du bonhomme. Eldiario.es a sorti un document exclusif le prouvant ! Gageons que la justice espagnole, implacable avec les indépendantistes, saura remédier au problème !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Chez Lidl, la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause. Premier volet d’une enquête en deux parties. 
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
« Les intérimaires construisent le Grand Paris et on leur marche dessus »
Des intérimaires qui bâtissent les tunnels du Grand Paris pour le compte de l’entreprise de béton Bonna Sabla mènent une grève inédite. Ils réclament une égalité de traitement avec les salariés embauchés alors qu’un énième plan de sauvegarde de l'emploi a été annoncé pour la fin de l’année. 
par Khedidja Zerouali
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
En Biélorussie, certains repartent, d’autres rêvent toujours d’Europe
Le régime d’Alexandre Loukachenko, à nouveau sanctionné par l’UE et les États-Unis jeudi, semble mettre fin à sa perverse instrumentalisation d’êtres humains. Parmi les nombreux exilés encore en errance en Biélorussie, certains se préparent à rentrer la mort dans l’âme, d’autres ne veulent pas faire machine arrière.
par Julian Colling

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat