Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

1008 Billets

1 Éditions

Billet de blog 14 août 2022

Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

Ukraine. Wagner, l'horreur sous la baguette du "chef" Poutine !

Le rôle croissant du groupe paramilitaire fasciste russe Wagner (fondé par un nazi notoire [1]) dans la campagne de... "dénazification", selon le bon mot tragico-loufoque de la propagande poutinienne, de l'Ukraine. Signe ne trompant pas que cette guerre mobilisant un chiffre impressionnant de soldats de l'armée régulière russe bat de l'aile.

Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le groupe de mercenaires russes Wagner sort de l'ombre dans la guerre en Ukraine (traduit de l'espagnol)

Bien qu'il soit officiellement inexistant, les médias officiels du Kremlin ont commencé à citer ce groupe secret qui lance des campagnes de recrutement en dehors de l'armée régulière.

Eldiario.es Pjotr Sauer
12 août 2022 22:47h
Mis à jour le 13/08/2022 05:30h

Dans la ville russe d'Ekaterinbourg, dans l'est de l'Oural, trois panneaux d'affichage font la lumière sur ce qui était autrefois l'une des organisations les plus opaques de Russie, le groupe de sous-traitants militaires privés Wagner.

"Patrie, honneur, sang, bravoure. WAGNER", peut-on lire sur l'un des panneaux d'affichage à la périphérie de la ville, la quatrième plus grande du pays. Un autre panneau d'affichage montre trois hommes en uniforme militaire à côté des mots "Wagner2022.org". Les voisins disent qu'il est apparu pour la première fois au début du mois de juillet.

Les affiches, que l'on peut voir dans plusieurs villes du pays, sont une réponse aux tentatives de Wagner de recruter des combattants dans ses rangs en Ukraine. Ils sont également révélateurs de la transformation que le groupe a subie depuis que Moscou a commencé son invasion il y a plus de cinq mois : d'une organisation mercenaire secrète entourée de mystère, il est devenu une extension de plus en plus publique de l'effort de guerre russe en Ukraine.

"Apparemment, ils ont décidé de ne pas essayer de cacher leur existence ; à présent, tout le monde sait qui ils sont", déclare Denis Korotkov, un ancien journaliste du quotidien Novaya Gazeta qui a longtemps suivi les opérations de Wagner. Le groupe Wagner a été créé en 2014 pour soutenir les séparatistes pro-russes dans l'est de l'Ukraine. Selon les États-Unis et d'autres pays, il est financé par Evgeny Prigozhin, un puissant homme d'affaires soumis à sanctions par l'Occident et ayant des liens étroits avec Vladimir Poutine. Prigozhin nie tout lien avec le groupe.

Depuis lors, Wagner a joué un rôle de premier plan en combattant en Syrie aux côtés de l'armée russe pour soutenir le président Bachar al-Assad. Les mercenaires ont également été repérés dans plusieurs pays africains où la Russie a des intérêts stratégiques et économiques. À de nombreuses reprises, ils ont été accusés de commettre des crimes de guerre et des violations des droits de l'homme.

Malgré ses nombreuses interventions internationales, une grande partie de ses rouages internes sont restés secrets pour le reste du monde. Sur le papier, l’organisation n'apparaît dans aucun registre d'entreprise, aucune déclaration fiscale ni aucun organigramme. Les hauts dirigeants russes, dont Vladimir Poutine, ont nié à plusieurs reprises l'existence d'une quelconque relation entre Wagner et l'État russe.

Les sociétés militaires privées sont officiellement interdites en Russie. Le cadre semi-légal dans lequel Wagner opère a pour conséquence que les familles des mercenaires décédés sont souvent poussées à garder le silence lorsqu'elles cherchent à obtenir des informations sur leurs proches.

Il n’en reste pas moins que Wagner a progressivement mis en place une campagne de relations publiques. Des sociétés liées à Prigozhin ont financé des films de propagande glorifiant les exploits des "instructeurs militaires" en Afrique, mais toute mention du groupe dans la sphère publique reste taboue. Des journalistes tels que Korotkov ont subi de grosses pressions pour avoir enquêté sur Wagner.

Mais la guerre de la Russie en Ukraine fait sortir le groupe de l'ombre. Les services d'espionnage britanniques ont signalé fin mars qu'un millier de mercenaires Wagner avaient pénétré en Ukraine. Depuis lors, l'importance du groupe dans le conflit semble s'être considérablement accrue, avec le déplacement vers l'est de l'effort de guerre russe après l'échec de la prise de Kiev.

Wagner aurait joué un rôle clé dans la prise, ce printemps, de Popasna et Lisichansk, deux villes ukrainiennes d'importance stratégique que la Russie a pratiquement rasées lors de son invasion de la région orientale de Lougansk. Il y a quelques jours, les services de renseignement britanniques ont signalé que Wagner avait participé à la prise de contrôle de la gigantesque centrale électrique de Vuhlehirsk, dans l'est de l'Ukraine.

"L'orchestre »

En Russie, l'image publique de Wagner grandit à mesure que grandit son implication en Ukraine. En mai, le groupe a reçu ce qui semblait être sa première reconnaissance officielle dans les médias lorsqu'au cours d'une émission nationale, un correspondant a fait allusion au groupe en disant qu'en Ukraine, l'armée russe avait son "propre orchestre".

Les partisans et les membres de Wagner appellent souvent le groupe de mercenaires "l'orchestre", en référence au compositeur allemand Richard Wagner. Dmitri Outkine, qui est lié à l'extrême droite et aurait fondé le groupe de mercenaires, aurait choisi le nom du compositeur préféré d'Adolf Hitler [c'est moi Antoine qui souligne].

L'homme d'affaires Prigozhin, qui a été photographié dans l'est de l'Ukraine en avril, a récemment été nommé Héros de la Fédération de Russie en reconnaissance du travail du groupe mercenaire lors de l'invasion, selon les services de renseignement britanniques.

Fin juillet, Wagner a reçu sa plus haute distinction à ce jour lorsque le tabloïd le plus lu de Russie, Komsomolskaya Pravda, a publié en première page un article sur l'assaut du groupe contre l'usine de Vuhlehirsk.

" Ils ont déjà libéré Popasna, rejoignez-nous pour libérer tout le Donbas ! "Fais ta première campagne militaire avec les légendes vivantes de cette offensive", a déclaré Wagner sur son site web, se vantant publiquement d'avoir participé à l'invasion russe de l'Ukraine.

Lorsque le Guardian a contacté Wagner en écrivant à une adresse électronique publiée sur son site web, une personne prétendant représenter le groupe a déclaré, en faisant référence à la campagne de recrutement : "Nous avons constaté que le soutien à notre entreprise est colossal et nombreux sont ceux qui veulent la rejoindre".

"Mais rien ne change, il n'y a pas de Wagner et il n'y en a jamais eu, il n'est qu'une légende, il n'y a que des Robin des Bois qui protègent les pauvres opprimés par les riches", a ajouté la même personne dans un échange d'e-mails avec le ton moqueur classique adopté en public par l'organisation mercenaire.

Hostinger, un fournisseur de domaines Internet lituanien qui hébergeait son site web, l'a retiré lorsqu'il a découvert qui se cachait derrière, "camouflé" avec des paiements en crypto-monnaies, de fausses identités et des VPN (réseaux privés virtuels).

Recrutement

Wagner semble avoir mis en place des centres de recrutement régionaux dans plus de 20 villes, et a publié le numéro de téléphone de recruteurs sur des canaux de médias sociaux populaires associés au groupe. Les publicités indiquent que le groupe offre plus de 240 000 roubles (environ 3 900 euros) par mois aux mercenaires, soit plusieurs fois le salaire standard d'un soldat de l'armée russe.

Le Guardian a contacté plusieurs numéros de téléphone des recruteurs. Certains ont utilisé les symboles du groupe mercenaire pour leur photo de profil sur WhatsApp et Telegram. Aucun n'a nié son association avec Wagner.

Interrogé sur leurs efforts de recrutement dans la région de Nijni Novgorod, en Russie centrale, un recruteur qui a refusé de donner son nom a répondu par une liste de documents requis pour s'engager. Il s'agissait notamment de plusieurs certificats médicaux et d'un passeport de tout pays "autre que ceux de l'OTAN ou l'Ukraine".

Il a également envoyé une liste de choses à apporter si Wagner l'accepte : du gel douche aux garrots, entre autres articles médicaux. "On se voit à Molkino", terminait le message, en référence à la ville du district russe de Krasnodar où se trouverait le siège de Wagner, près d'une importante base du ministère de la défense.

Selon les experts militaires, la dépendance de la Russie à l'égard de groupes comme Wagner témoigne des difficultés de l'armée régulière russe, qui a perdu jusqu'à un tiers de ses troupes de combat, à atteindre ses objectifs en Ukraine.

"Les engagés militaires privés de Wagner semblent avoir joué un rôle clé dans les combats", ont écrit les grands spécialistes militaires russes Michael Kofman et Rob Lee dans un article publié sur le site War on the Rocks. "De fait, il faudrait se demander si certains détachements Wagner ne constituent pas des troupes d’élites avec plus d’impact sur le terrain que les unités d'infanterie motorisée russes régulières."

La guerre en Ukraine et les échecs militaires de l'armée régulière semblent également avoir accéléré la coopération entre Wagner et le ministère russe de la défense. Selon l'entretien du Guardian (réalisé avant l'invasion de l'Ukraine) avec l'ancien commandant de Wagner Marat Gabidullin, dans le conflit syrien, ses troupes ont travaillé en étroite collaboration avec celles du ministère russe de la défense.

Rôle en Ukraine

Depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, cette coopération semble s'être approfondie. Selon une enquête menée par le média indépendant Meduza, le ministère russe de la défense a pratiquement pris le contrôle des réseaux de recrutement que Wagner utilisait auparavant.

Selon le journaliste Denis Korotkov, spécialiste de Wagner, il est difficile de faire la distinction entre les soldats qui combattent pour Wagner et ceux de l'armée régulière. "Le ministère de la défense a coopté Wagner dans une large mesure, et il ressemble désormais davantage à un groupe coordonné", dit-il. Ce niveau de coopération est également, selon M. Korotkov, ce qui rend difficile l'estimation précise du nombre de soldats Wagner en Ukraine.

Le rôle de Wagner dans l'invasion de l'Ukraine a augmenté la popularité du groupe, mais certains disent que ses dernières tentatives de recrutement pourraient affecter son efficacité militaire. Selon le média d'investigation iStories, Wagner s'est tourné vers les prisons pour proposer aux détenus des salaires élevés et de possibles amnisties en échange de six mois de service.

"Wagner abaisse ses normes de recrutement et embauche des condamnés et des personnes anciennement placées sur liste noire, ce qui pourrait affaiblir les résultats des actions militaires russes", a déclaré le ministère britannique de la défense lors d'une réunion d’information sur le renseignement il y a quelques jours.

"Moins de 30 % des soldats de Wagner étaient de vrais professionnels, même avant le conflit", déclare Marat Gabidullin, l'ancien commandant de Wagner. "Et maintenant le groupe sera composé principalement de personnes peu qualifiées militairement parlant... Le cirque qu'est la Russie va de l’avant.

................

[1] Note Wikipedia (extrait) :

"Le siège social officiel du groupe Wagner est en Argentine . Le fondateur et commandant militaire du groupe est Dmitri Outkine , lieutenant-colonel au sein des Spetsnaz* jusqu'en 2013 et ancien membre du Corps slave .

Outkine est un néonazi admirateur du Troisième Reich . Il aurait adopté le surnom de Wagner en hommage au compositeur allemand Richard Wagner et aurait baptisé son entreprise de mercenariat du même nom"

* Forces spéciales russes : "Leur rôle, tout particulièrement en Tchétchénie , demeure controversé, car ces soldats sont vus par certains comme de véritables escadrons de la mort , à qui les méthodes de résistance à la torture sont enseignées au même titre que la topographie ou le camouflage." Lire ici

Antoine

.........................

Traduction de l’anglais par Francisco de Zárate

Traduit de l'espagnol avec l'aide de www.DeepL.com/Translator(version gratuite).

https://www.eldiario.es/internacional/grupo-wagner-mercenarios-rusos-sale-sombras-guerra-ucrania_1_9236203.html

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi