Les anticapitalistes font leurs adieux à Podemos...

Pour les anticapitalistes de Podemos, cofondateurs du parti, l'entrée dans un gouvernement de coalition avec les socialistes, où l'hégémonie est du côté de ceux-ci, ne fait plus de ce parti l'espace de contestation du régime qu'il était à ses tout débuts. Anticapitalistas maintient le cap d'une lutte pour le "nécessaire" quand Podemos s'est replié sur la gestion autolimitée du "possible".

 

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2020-05-15%2Ba%25CC%2580%2B14.34.05.pngCommuniqué de “Anticapitalistas”

Le 28 mars dernier s’est terminé un processus de consultation interne au cours duquel Anticapitalistas, a décidé de quitter Podemos, avec une participation de 79% des militantEs, 89% de votes pour, 3% de contre, et 7,5% d’abstentions. Nous avons décidé d’attendre jusqu’à aujourd’hui pour le rendre public : notre priorité a été de prêter attention à la pandémie COVID-19 qui frappe durement le pays et qui affecte fondamentalement les secteurs les plus vulnérables des classes populaires. 

Pour nous, co-fondateurs de cette organisation, ce fut une expérience collective pleine d’intérêt qui fera toujours partie de notre histoire ainsi que de l’histoire de Podemos. Les objectifs qui nous ont poussés à participer à la fondation de cette organisation sont connus de tout le monde. Il fallait constituer un sujet politique large et radicalement démocratique, fortement lié aux luttes et aux mouvement sociaux, capable de mettre en cause le pouvoir économique, culturel et politique des élites et de faire face aux effets d’un néolibéralisme agressif et incontrôlé. Avec la vocation, bien sûr, de penser et de construire une alternative politique globale au capitalisme écocide et patriarcal.

La suite ici

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.