Catalunya. L'Etat espagnol jette en prison deux dirigeants indépendantistes

L'Etat espagnol, dans la nudité de ses ressorts les plus répressifs, prend un grand risque, celui de donner à une mobilisation restée depuis plusieurs jours l'arme au pied, les martyrs lui permettant de se relancer en s'élargissant, comme lors du référendum, à ceux et celles, non indépendantistes, qu'insupporte la violence exercée par Madrid.

L'heure de la remobilisation a sonné !


16 octobre

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2017-10-16%2Ba%25CC%2580%2B22.37.00.png
Liberté !
Nous vous voulons à la maison !

Ce qui devait arriver est arrivé : alors que  la journée avait commencé sur l'air relativement léger du jeu du chat et de la souris auquel procédait un Puigdemont esquivant de répondre à l'injonction du gouvernement central de clarifier s'il avait proclamé l'indépendance lors de sa récente comparution devant le Parlement catalan, les choses se sont sérieusement tendues en fin d'après midi. La comparution du "major" des policiers catalans et des deux dirigeants des mouvements de masse que sont l'ANC et l'Omnium a tourné vinaigre. Le premier s'est vu assigné à un sévère contrôle judiciaire qui pourrait préfigurer sa prochaine mise en détention mais c'est surtout l'arrestation des deux derniers qui provoque un tollé en Catalogne.

La justice aux ordres que la Audiencia Nacional symbolise depuis toujours, et particulièrement pendant la lutte contre l'ETA, a donc frappé fort : il est imputé à Jordi Sànchez et à Jordi Cuixart d'avoir organisé les manifestations des 20 et 21 septembre à Barcelone devant le Conseil Economique de la Généralité pour protester contre l'intrusion de la Garde Civile dans le bâtiment pour y procéder à une perquisition et à des réquisitions de documents et d'ordinateurs. Assiégés par les manifestant-es, les pandores avaient dû passer la nuit dans les lieux, la police catalane n'ayant pas répondu aux demandes de les libérer... Plus au fond, la juge en charge du dossier retient l'argumentation du Procureur, donc de l'Etat espagnol, selon laquelle ces deux représentants de la société civile catalane mobilisée pour l'indépendance, participent d'une sédition, une des infractions à la loi et à l'ordre constitutionnel parmi les plus graves. Par là, la "justice" espagnole poursuit, en auxiliaire zélé du Parti Populaire, la guerre qu'elle a déclarée au mouvement national catalan et cherche par les pires moyens  d'arbitraire à casser la dynamique que pourrait enclencher la victoire référendaire du 1er octobre.

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2017-10-17%2Ba%25CC%2580%2B00.14.16.png

Ce faisant, l'Etat espagnol, dans la nudité de ses ressorts les plus répressifs, prend un grand risque, celui de donner à une mobilisation restée depuis plusieurs jours l'arme au pied, les martyrs lui  permettant de se relancer en s'élargissant, comme lors du référendum, à ceux et celles, non indépendantistes, qu'insupporte la violence exercée par Madrid  : les premières réactions dans la population catalane sont vives. Une première casserolade a été immédiatement organisée, en avant-première de l'appel à se mobiliser "pacifiquement et civiquement", lancé par l'Omnium et l'ANC, demain à midi mais surtout à 19 heures devant les Délégations du Gouvernement espagnol à Barcelone, Girona, Lleida et Tarragone. 

Du côté des politiques, les protestations fusent de partout, enfin, à l'exception d'un PP et de ses complices de Ciudadanos : même le PSC s'adonne à l'indignation, sans renoncer à réclamer avec ces derniers, suite à la déclaration matinale de Puigdemont, que soit activé jeudi le "155" ! Du PDeCat à Podem en passant par Catalunya en Comú et la CUP, mais aussi les syndicats ouvriers majoritaires, les Commissions Ouvrières et l'UGT, l'heure est à pointer du doigt, avec de nombreuses personnalités catalanes, le rôle de pyromane que tient, dans une fuite en avant sans fin, le gouvernement de Rajoy et à réclamer que soient libérés les deux Jordis. 

Mais tout le monde est conscient que le gouvernement, fort de l'appui des instances européennes, ira jusqu'au bout de sa logique répressive et nationaliste. De quoi mettre à mal les appels au dialogue lancés ici ou là, entre autres par Puigdemont lui-même dans sa missive  du matin adressée à Rajoy. La réponse de celui-ci est sans appel et résonne comme un ultimatum : en rester à la proposition du President de se donner un mois pour avancer vers...l'indépendance de la Catalogne, cela donnera la "mano dura" du "155" que votera sans problème, conformément à ce que dispose la Constitution espagnole, un Sénat où le PP dispose de la majorité absolue. 

L'emprisonnement des deux dirigeants indépendantistes sonne l'heure de vérité du mouvement pour l'indépendance et la république catalanes : continuer à biaiser, dans le sillage des Puigdemont et Junqueras, avec un gouvernement central, qui a maîtrisé jusque là, le calendrier de son offensive anticatalane, c'est participer de la chronique d'une défaite annoncée. Il convient en revanche de profiter de ce qui pourrait s'apparenter à la grossière erreur stratégique du jour : comme le 1er octobre, la politique de la peur pourrait se retourner en audace et défi populaires massifs. Mais il sera décisif que les politiques, particulièrement ceux et celles qui se réclament de l'alternative démocratique au système, y compris sur les plans sociaux et économiques, soient à la hauteur des circonstances et misent sur les capacités d'auto-organisation de la population... A cet effet c'est la rue qui est appelée à reprendre ses droits !

Enfin il est incontournable que la solidarité la plus vive se manifeste dans le reste de l'Etat espagnol et de l'Europe. Voilà l'un des leviers qui feront reculer les liberticides de Madrid et leurs appuis à Bruxelles et Strasbourg : que la rébellion catalane fasse tache d'huile et démultiplie y compris les dynamiques de contestation anticapitaliste depuis ce qui pourrait s'avérer l'épicentre du séisme politique qu'appellent l'exploitation et les oppressions subies par les populations de la zone ... et, qui sait, au-delà !  

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2017-10-17%2Ba%25CC%2580%2B00.56.17.png

Nous ne voulons pas de prisonniers politiques

Rassemblement à Valencia

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.