Procès politique en Espagne. L'accusation mise en difficulté ...

Les insinuations du procureur et de l'avocate générale, construites à partir de faits relatés de façon incomplète et partiale, occultant toute une série d'informations que Forn a peu à peu données, cédaient l'une après l'autre.

Ils et elles sont emprisonné-es, leur parole libre envoie leurs accusateurs dans les cordes...

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2019-02-20%2Ba%25CC%2580%2B15.19.35.png

Le Parquet qui fait le jeu de Vox [l'accusation portée par l'extrême droite] est déstabilisé par les stratégies de réponse divergentes choisies par Junqueras vice-président de la Généralité lors du référendum du 1er octobre 2017] et Forn [au même moment, conseller, soit ministre, de l'Intérieur de la Généralité] pendant leurs interrogatoires

Quand le procureur, au sein même du Tribunal Suprême espagnol, se réfère au président de la Generalitat Carles Puigdemont en tant que « délégué de l'Etat espagnol », on comprend clairement quelle arrière-pensée et quel angle d'approche on retrouvera pendant ce procès. Il en est de même quand il demande à Joaquim Forn s'il est membre de l'ANC ou d'Omnium cultural, sous-entendant que ce pourrait être une circonstance aggravante. C'est l'accusation elle-même, dans son ensemble, qui fait de ce procès un procès politique, en particulier toutes les preuves et tous les dossiers qui lui servent de socle, discrédités les uns après les autres aujourd'hui lorsque le procureur lui-même, Fidel Cadena, a tenté sans succès de piéger Joaquim Forn pendant son interrogatoire. Joaquim Forn a voulu répondre aux questions du Parquet, mais le procureur s'est peu à peu lui-même empêtré dans un mélange de questions fallacieuses, d'erreurs et d'agacements aux antipodes de la force des faits exposés par Forn, renforçant par là-même l'affirmation par laquelle Oriol Junqueras avait commencé son intervention disant qu'il s'agissait bien là d'une persécution politique : « Nous sommes dans un procès politique et en ce moment je me considère comme un prisonnier politique ». Cliquer ici

A lire aussi

Le procès contre les prisonniers politiques catalans. Quelques informations clés pour comprendre le procès

Le Procès de l'indépendantisme catalan commence. De quoi sont-ils accusés ? Pourquoi le procès pourrait-il se retourner contre l'Espagne ?

La Commission Internationale des Juristes affirme que le procès contre le Premier octobre met en péril les droits de l’homme

Les défenses commencent à attaquer et mettent en évidence les pires craintes du président du tribunal Marchena

Son désir de vengeance fait tomber le Parquet dans un piège

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2019-02-20%2Ba%25CC%2580%2B15.19.20.png

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.