Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

1005 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 avr. 2020

De quelle mobilisation allons-nous être capables?

Le courant anticapitaliste, malgré la crise d'orientation générale à gauche, a une responsabilité politique propre dans le contexte de remontées des luttes que nous voyons depuis plusieurs mois mais qui restent sans débouché. D'autant que le mode de domination qu'incarne en France Macron est particulièrement à la peine comme le montre l'actuelle crise pandémique. Pourtant...

Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quelques esquisses d'analyse (en prolongement d'un échange en conférence téléphonique dans le comité Montpellier du NPA 34 et en réaction au communiqué du NPA Assez de violences policières dans les quartiers populaires ! sur le terrible évènement de Villeneuve-la-Garenne (voir ici).

Affaibli par sa gestion lamentable de la pandémie et par la sévère crise économique en cours dont elle est l'activateur/accélérateur, le gouvernement a son point fort, l'hyper répression, intact et même renforcé par notre démobilisation obligée par la situation sanitaire. Sans jouir d'une hégémonie (vecteur de consensus) permettant de relativiser la nécessité de la répression, ce pouvoir est disposé à poursuivre, en l'accentuant même, sur sa lancée violente. La question que nous devons nous poser est : trouverons-nous les moyens d'une riposte qui, en l'état, est un énorme défi en ce temps de restriction de la liberté de circulation, d'interdiction de se regrouper dans la rue... ? Ce qui, au demeurant, dans l'esprit de beaucoup, autour de nous, est jugé incontournable, nécessaire, pour lutter contre le Coronavirus. Cette légitimité relative du confinement, qu'il soit quasi total, partiel, semi-levé..., sans participer vraiment d'un fort consensus politique avec le gouvernement, ne nous facilitera pas les choses. Pire, elle constitue en soi un gros problème pour nous en créant a priori une "distance barrière" pour que nous soyons audibles dans nos appels à nous remobiliser en masse, en tout cas en une masse critique en mesure de s'élargir au plus vite.

La rue, en effet, notre espace "naturel" d'action/contestation que, malgré les remarquables mobilisations, nous avions déjà du mal à occuper jusqu'à faire reculer, voire tomber, le gouvernement, c'est la police qui la maîtrise aujourd'hui quasi totalement. Quant à une mobilisation par internet, pétitions... appels à se mobiliser autrement que dans la rue... Comment dire... Je n'en dirai pas plus.

Reste, certes, le prochain retour sur les lieux de travail qu'en fait de nombreux personnels refuseront, nous le voyons bien, si les conditions de sécurité ne sont pas assurées et elles ne le seront probablement pas. Et même si cette sécurité était au rendez-vous, le maintien des gestes barrières et autres restrictions à la liberté de déplacement ne seront pas levés de sitôt. Ou si ?

Prenons la mesure de l'incertitude qui pèse immanquablement sur notre capacité à déjouer les paradoxes d'une crise du capital qui, d'une certaine façon... certaine, disons-le, ne nous renforce pas mécaniquement. Contrairement à ce que je lis ici ou là sur un "jour d'après" où Macron et sa bande vont sentir le vent du boulet, je crois que le déclenchement de ce vent de révolte n'est pas gagné... Surtout si nous ne concrétisons pas, en plus de nos revendications et de l'éventuel plan d'urgence qui sont clairs dans nos têtes, me semble-t-il, les conditions concrètes de la mobilisation qui les portera.

A nos neurones donc pour échafauder la solution à notre problème pour qu'elle rime avec révolution ou le processus y menant !

Sans penser que l'on en soit au point que suggère une phrase célèbre de Scott Fitzgerald ("On devrait pouvoir comprendre que les choses sont sans espoir et cependant être décidé à les changer"), on pourrait éviter de croire que, puisque les choses vont mal pour le capitalisme, elles vont bien, politiquement, pour nous et se dire que précisément pour changer les choses, il vaudrait mieux se dispenser de céder à cet optimisme si mécaniste, si dépourvu d'un minimum de dialectique du concret sur le type de mobilisation que nous avons à inventer, réinventer... !

Evidemment tout ce qui est écrit ici n'a aucune prétention d'avoir fait le tour de la situation. Juste celle de pointer ce que je vois comme un problème dont je n'ai pas la solution là maintenant ni ne la vois dans ce que je lis en particulier dans le NPA ou dans d'autres partis ou organisations sociales mais peut-être suis je passé à côté de certaines choses. Je suis donc preneur de toute contribution éclairant ce qui reste obscur dans mon champ de vision.

Antoine

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871