Catalogne. L'Espagne désavouée par la justice allemande, Macron est avec elle !

Puigdemont et ses camarades peuvent désormais circuler librement sous le parapluie judiciaire européen tout en évitant soigneusement d'aller dans cette Espagne devenue judiciairement europestiférée. Mais l'avocat de l'ex président de la Généralité avertit son client qu'il lui faut absolument éviter d'aller en France en raison de "ses particularités législatives de collaboration avec l'Espagne".

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2018-07-21%2Ba%25CC%2580%2B01.05.55.png

"La France, selon l'avocat de Puigdemont, est le seul pays de l'UE qui pourrait aujourd'hui extrader celui-ci "

Le juge Llarena et, avec lui, la justice espagnole, sont battus par ko technique sur les mandats d'arrêts européens qu'ils ont émis contre les dirigeants catalanistes en exil : désavoué par le tribunal allemand sur l'accusation de rébellion et sédition, qui constituait le gros de l'armature judiciaire contre ces personnes, il restait au juge Llarena à avaler la couleuvre d'une extradition sur la seule fragile accusation de malversation. Trop grosse la pilule pour le gosier de l'arrogant juge espagnoliste. Il vient de jeter l'éponge et annule ses mandats d'arrêts européens. C'est rébellion et sédition ou rien ! Puigdemont et ses camarades peuvent donc circuler librement sous le parapluie judiciaire européen en évitant soigneusement d'aller dans cette Espagne devenue judiciairement europestiférée, confite dans ses archaïsmes préconstitutionnels, ses héritages franquistes... L'espagnolisme, qui en est à débattre s'il faudrait exhumer ou pas les restes de Franco du monument (el Valle de los Caídos, à quelques kilomètres de la capitale !) qui lui rend encore les honneurs, maintient l'accusation de rébellion et sédition contre les personnalités catalanistes exilées. Belle exception rétrograde dans le concert judiciaire européen.

Mais, figurez-vous qu'il y a un pays qui fait plus que rester dans le sillage de cette Espagne qui vient d'être mise au ban judiciaire de l'Europe : la France. Eh oui, l'avocat de Carles Puigdemont avertit son client qu'il lui faut absolument éviter d'aller en France en raison de "ses particularités législatives de collaboration avec l'Espagne".

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2018-07-21%2Ba%25CC%2580%2B00.15.19.png

Macron désigné comme particulièrement soucieux de soutenir le régime espagnoliste au point, cas unique en Europe, de ne pas respecter la décision de justice en faveur de l'ancien président de la Généralité et ses camarades... Voilà qui situe cette France-là du côté qui lui sied, au fond sans surprise, le mieux : celui de l'Espagne, le pays de l'arbitraire judiciaire le plus caricatural dirigé sous la houlette d'une monarchie, héritière directe de la dictature et corrompue jusqu'à la moelle...

Comme le dit le dicton "qui se ressemble, s'assemble" ? Rien d'étonnant pour ceux et celles qui, ici, en France, "patrie des libertés et des droits de l'homme", n'ont jamais cédé aux sirènes macroniennes et constatent que l'arbitraire "monarchique" Ve République est poussé en ce moment à l'extrême au plus grand profit des plus riches. Exactement comme cela se fait outre-Pyrénées... Qui s'assemble...

Info tirée de https://www.elnacional.cat/es/politica/francia-unico-pais-extraditar-ahora-puigdemont-boye_290010_102.html

Le juge matamore a perdu beaucoup de sa superbe dans les médias et les réseaux sociaux

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2018-07-21%2Ba%25CC%2580%2B01.31.17.png

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.