Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

1001 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 janv. 2022

Ouïghours. Mélenchon et ses indécentes chinoiseries

L'international rattrape le chef insoumis au lancement de sa campagne. Le Grand Bond électoral espéré se voit perturbé par une prise de position hallucinante sur la tragédie des Ouïghours. Contre l'idée d'un génocide, Mélenchon valide la parole chinoise : on ne réprime au Xinjiang que les islamistes. Un Grand Bond en arrière qui nous rappelle la Syrie.

Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Génocide, pas génocide. La question mérite d'être posée, pour moi, en fonction de ce qui s'exprime, en contradictoire relatif, ici ou là (Peut-on, comme Mélenchon, écarter le « génocide » pour les Ouïghours ?) il y a bien génocide. L'argument selon lequel il faut avoir pu l'établir pour qu'il soit reconnu, eh bien les Ouïghours apprécieront : vu les possibilités qu'il y a d'aller en Chine pour faire ce constat, eh bien, si un jour cela devient possible, ils ne seront pas nombreux à pouvoir crier "on a gagné, on a gagné". Il y a de l'ignoble dans ce positionnement qui fait (L)fi de ce que l'on sait, malgré tout, de ce que fait le régime chinois avec ce peuple. Alors, acceptons que l'on ne sache pas tout, ce tout permettant de tamponner "génocide il y a", on n'échappera pas à devoir rendre compte qu'il y a forte suspicion au moins que oui, génocide il y a. Et faire valoir une suspicion sur le quantitatif des destructions qu'inflige le régime chinois à ce peuple, c'est déjà poser un repère sur quelque chose relevant de l'ordre du qualitatif (négatif XXL) qui, au moins, rapproche de la nécessité d'anticiper sur l'effectivité du génocide pour éviter qu'il n'aille pas jusqu'au bout ! Refuser de raisonner ainsi devant l'irrécusable qu'il y a bien un peuple en danger maximal, soit celui d'être en train de subir un processus génocidaire, c'est en fait tout aussi irrécusablement donner carte blanche au régime chinois pour y aller à fond !

Mais ce qui est peut-être le plus indécent et scandaleux c'est l'argumentation que nous sert Mélenchon pour récuser qu'il y ait génocide contre ces malheureux : les dirigeants chinois, EN REALITE (tiens donc, ça c'est du constat objectif fait alors que le génocide, y'a pas la preuve, donc circulez il n'y a presque rien à voir !), ils répriment rien que des islamistes, ces terroristes, etc. Or déjà, Rémi Castets, un politologue, spécialiste de la Chine et maître de conférences à l’université Bordeaux Montaigne rappelle dans l'article mentionné au début de ce billet "qu’il n’existe pas d’organisations islamistes de masse au Xinjiang. Les seules organisations islamistes tentant de prêcher parmi les Ouïghours sont basées à l’étranger et elles ont un impact très limité".

Mais surtout, dites un peu, vous n'avez pas déjà entendu ce recours au danger islamiste pour conditionner les esprits à accepter l'inacceptable ? Réfléchissez bien, ce ne serait pas dans un Hexagone qu'on connaît bien, que Mélenchon connaît bien ? Cette patrie des droits humains où les dirigeants font peser, de biais mais de fait, sur le tout venant des musulman.e.s, la suspicion d'être des suppôts des islamistes ? Même qu'une loi dite séparatisme codifie la chose avec toute l'hypocrisie du monde récusant ce qui s'appelle l'islamophobie pour mieux la faire entrer dans les consciences. Or Mélenchon n'a-t-il pas, à juste titre, dénoncé cet amalgame, qu'il pratique maintenant dans le cas de la situation faite par les Chinois aux Ouïghours, entre un peuple ou une population donnée et une de ses infimes fractions, justifiant ainsi qu'on le/la soumette (Monsieur l'Insoumis !) à de graves discriminations dans un cas (hexagonal) et un processus génocidaire ou pouvant s'en approcher en terres chinoises... ?

La morale de cette mauvaise histoire, c'est le doute que sème cette capacité de Mélenchon à jouer à être une girouette qui contredit à l'international (pensons aussi à son soutien de fait à Assad par exemple contre son peuple révolté et ne parlons pas de sa poutinomania) ce qu'il fait au national (la dénonciation de toute forme d'islamophobie). Doute qui pourrait faire craindre le risque que la girouette ne tourne aussi suivant le vent de telle ou telle conjoncture ou lubie du bonhomme dans ce certain Hexagone. Et cela parce que, ce qui pose au fond problème à l'international chez le dirigeant de LFI c'est qu'il accorde un primat absolu au respect dû à un Etat (et quel Etat pour ce qui concerne les Ouïghours) au détriment de celui qu'une pleine logique d'insoumission, c'est à dire révoltée assumée radicalement, autant dire révolutionnaire, devrait à tout peuple aux prises avec "son" Etat ! Alors, Mélenchon, te voir devenir dans ces conditions, chef d'Etat, oui d'Etat, comme tu y aspires au nom, martèles-tu, de l'intérêt de ton peuple (et au-delà ...jusqu'en terres oïghoures aussi ? Mais non...), te posant en ...alter ego (on traduit ?) d'un Xi Jinping, cela donne à réfléchir. Là-bas c'est toujours ici et vice-versa... quand on défend l'universel émancipateur comme tu le revendiques  ... Ou non ? Alors ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran