NPA/Front de Gauche : Hélène, Myriam, Pierre-François au miroir du Canard Enchaîné

Ainsi donc trois dirigeants de la minorité du NPA viennent d'apporter leur soutien à Jean-Luc Mélenchon. On se demande bien quelle mouche les a piqués pour contrevenir si vite à la position adoptée (1), certes avec beaucoup de difficultés, par leur courant réuni en conclave ce week end. On lit en effet en conclusion de sa déclaration finale que "Tout en ayant donné son analyse sur les principaux enjeux de la Présidentielle, la GA [Gauche Anticapitaliste] constate des positions différentes en son sein sur l'appel au vote. Privilégiant son unité, la GA ne prendra pas, en tant que courant, de position concernant le vote au 1er tour." Une fois décodés les euphémismes de rigueur, on comprend que, au jeu de la dénonciation au fer rouge d'une orientation affaiblissant le NPA, ces dirigeants se sont eux-mêmes retrouvés affaiblis par des divergences telles qu'il leur a fallu, à l'unanimité, décider de ne rien décider quant à la consigne de vote ! Décevant, somme toute, pour le Front de Gauche, de voir débarquer trois dirigeants de GA, en rupture de décision d'un courant affaibli (y compris numériquement) du NPA, courant lui-même en rupture programmée avec la majorité des militants dudit NPA : heureusement une bienvenue mayonnaise médiatique, un peu affaiblie (décidément) elle aussi par l'omniprésence du flux d'infos en provenance de Toulouse, aura essayé de faire surnager la bonne nouvelle pour Mélenchon que des cadres (trois !) du NPA venaient peser de tout leur poids dans sa campagne. Bon prince, le candidat du Front de Gauche en aura rajouté, par communiqué, sur l'importance de ce qui vient de grimper sur son vaisseau amiral !

On aurait tort cependant d'ironiser avec légèreté sur l'évènement. La lecture du Canard Enchaîné paru ce jour vient en effet nous donner, involontairement, les clés de ce déplacement des forces à la gauche du PS. Lisons cet extrait d'article :

22_03_12_Canard_Enchaine_1.jpg

22_03_12_Canard_Enchaine_2.jpg

22_03_12_Canard_Enchaine_3.jpg

Eh oui ! Tout s'éclaire. Confirmant sa diabolique intelligence et un sens inouï de l'anticipation à faire pâlir d'envie les plus rapides informateurs du Canard, Mélenchon vient de faire poser les 3 premiers jalons de sa task force, alias le pilier anticapitaliste du Front de Gauche, que les dérisoires Christian Piquet (GU) et Clémentine Autain (Fase) travaillaient en vain à bâtir, pour faire contrepoids à un PC tout normalement tenté d'aller à la soupe gouvernementale (2). Une soupe que le PS, le Canard nous le dit bien, est déjà en train de lui concocter pour l'après législatives. Il fallait donc à Mélenchon rien moins que trois poids lourds du NPA pour donner consistance à ce contrefeu venant épauler un bien léger Parti de Gauche confronté à ce qui reste, du côté du PCF, un appareil au sens le plus plein et rude du terme !

Il reste aux trois membres de la Gauche Anticapitaliste, une fois l'écume de la médiatisation évacuée, à faire la preuve de leur utilité pour ce jeu de rééquilibrage interne au Front de Gauche et à mesurer le risque qu'ils ont fait prendre à leurs camarades de la Gauche Anticapitaliste qui avaient adopté une prudente neutralité sur l'appel au vote : en s'inscrivant prématurément dans le jeu des contradictions internes d'un Front de Gauche écartelé entre les partisans de gouverner assez rapidement avec le PS et ceux qui travaillent à mettre sur orbite pour ... 2017 la candidature ultrapersonnalisée du chef du PG, ils décrédibilisent passablement les laborieuses constructions discursives de GA sur la nécessité absolue de l'unité de toute la gauche radicale pour apporter la réponse qu'attendent des milliers de salariés et de non salariés souffrant du capitalosarkozysme...Il n'est pas sûr que les militants de terrain de GA, profondément attachés à l'anticapitalisme, apprécient d'avoir été menés en bateau (amiral !) par toutes ces nobles déclarations anticapitalistes pour un plat de lentilles négocié dans le secret des appareils de la gauche institutionnelle, bien loin des enthousiasmes populaires de la seconde prise de la Bastille!

Mais, on en conviendra aisément, on n'est pas obligés de lire le Canard...pour décrypter le sens de la "sortie" des trois du NPA. On peut en rester à l'essentiel : à travailler à donner à la campagne de Philippe Poutou l'impulsion nécessaire à l'expression d'un anticapitalisme débarrassé des jeux tacticiens eux-mêmes hérités d'une longue histoire de renoncements de la gauche française (Mitterrand pas mort !)...Quelles que soient les difficultés que le système, sans surprise, lui oppose, c'est du côté de cette radicalité que travaille toujours un anticapitalisme conséquent ...avec ou sans, enfin, désormais sans, Hélène, Myriam et Pierre-François...mais, espérons-le, avec les militants de GA immunisés contre le destructeur esprit manoeuvrier !

(1) La GA écrivait dans sa lettre d'information sur la réunion du week end que " les camarades Hélène, Myriam et Pierre-François ont indiqué qu’ils étaient sollicités pour rédiger une tribune à paraître dans Libération.[...] Il a été acté que celle-ci contiendrait pour l’essentiel la formulation du projet politique de la GA et qu’elle se conclurait par des formules qui ne constituent pas un appel au vote explicite." Où l'on voit que le trio de GA n'a pas respecté les engagements pris avec leurs propres camarades de courant : GA ne voulait pas d'une tribune avec "appel au vote explicite", Hélène, Myriam et Pierre-François, en ont décidé autrement et ont appelé à voter Mélenchon ! Tout un condensé d'une certaine conception des rapports militants qui rend finalement assez logique le rapprochement avec un Front de Gauche où les appareils donnent le la.

(2) Des communistes au gouvernement ...pas avant juin ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.