Le camp du Préfet de Paris opposé à une interpellante Gilet Jaune...

Mauvaise pioche, Monsieur le Préfet sorti de votre centre opérationnel antiGilets Jaunes. La rue n'est décidément pas votre truc, en dehors du matraquage ou gazage et plus des gens qui y usent de leur droit de manifester. Qui voudraient pouvoir en user car pour ce qui est des droits démocratiques vous, Lallement, dévoilez que l'Etat ment !

 

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2019-11-22%2Ba%25CC%2580%2B15.50.59.png

On criera à l'exagération : ne franchissons pas le Rubi-con, Lallement n'est pas l'Allemand (perso la dramaturgie antiboche ne me semble pas, comme les opérations femmes tondues à la Libération, ce que l'épopée de la Résistance a produit de plus politiquement mobilisable, euphémisme, aujourd'hui). Et ce ne sera que justice : il y a de l'exagération à éborgner les gens, à les gazer, à les matraquer et à les envoyer se faire condamner à de la prison. De l'exagération aussi à ne pas respecter le droit de manifester comme aussi à ne plus être dans sa fonction "hors camp" quand on exerce une fonction d'Etat... A moins que... A moins que précisément se dévoile ce qui ne devrait pas l'être : l'Etat serait celui d'un camp contre un autre. Sur le mode "dimension/fonction de classe" de l'Etat ? Lallement qui met au goût du jour Marx et Proudhon ? Intolérable ! Démission !

C'est à propos de cela : https://npa2009.org/actualite/politique/cest-vrai-nous-ne-sommes-pas-dans-le-meme-camp

A voir en vidéo : https://twitter.com/Qofficiel/status/1196500257141596161

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.