La Catalogne (et l'Espagne) après les élections...

Dans une situation de terreur, de répression et de menace permanente, l’indépendantisme a fait quelques pas de plus en avant. Il est probable que l’État espagnol considère qu’on l’a trop peu payé et qu’il ne nous a pas fait assez peur. Eh bien, la peur ne fait pas peur. Personne n’est resté à la maison après tant de menace et de violence. Qu’ils en prennent note.

Vuit observacions que ens han de fer pensar després del 21-D

Huit observations qui doivent nous faire réfléchir après le 21-D

(traduction française, paragraphe par paragraphe, à la suite du texte catalan que nous donnons en graphie italique )

 Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2017-12-23%2Ba%25CC%2580%2B21.52.45.png

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2017-12-23%2Ba%25CC%2580%2B21.52.53.png

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2017-12-23%2Ba%25CC%2580%2B21.53.25.png «A l’espanyolisme, això del vot útil li serveix. En canvi, aquesta història no té sentit entre l’electorat independentista. Hi havia moltes motivacions més poderoses en el vot»

« Dans l’espagnolisme, c’est le vote utile qui a joué. En revanche, cette histoire n’a pas eu d’effet dans l’électorat indépendantiste. Il y a eu de nombreuses motivations plus puissantes dans le vote. »

Pere Cardús

22.12.2017

22 décembre 2017

Ja tenim el resultat esperat. Majoria absoluta republicana al parlament. Victòria en vots del bloc republicà damunt el bloc unionista, que necessita sumar els comuns per a poder imposar una lectura diferent. El traç gruixut és aquest. Uns estan contents perquè s’ha parat el cop. Uns altres, decebuts perquè pensaven que, ‘amb la pedregada que està caient’, encara es podria reforçar la majoria. Contents i decebuts, tots, cal que observem i que mirem d’analitzar alguns elements per a treure’n conclusions i guies d’actuació d’ara endavant.

Nous avons bien le résultat espéré. La majorité républicaine absolue au parlement. La victoire en votes du bloc républicain sur le bloc unioniste, qui nécessiterait d’ajouter [au bloc unioniste] les [votes des] Comuns pour pouvoir imposer une lecture différente. La ligne de force est celle-là. Nous sommes heureux parce que nous avons déjoué le coup. Par ailleurs déçus parce que nous croyons que, « avec la grêle qui est tombée », nous aurions pu encore renforcer la majorité. Heureux et déçus, il nous faut observer et essayer d’analyser certains éléments pour tirer des conclusions et guider notre action pour l’avenir.

Junts per la República. La primera lectura, la més important, és la dels blocs. Si la mentalitat hagués estat de bloc, de poble, de força unitària, avui ens estalviaríem decepcions i maldecaps. La reedició de Junts pel Sí –que s’hauria pogut rebatejar amb un ‘Junts per la República’– hauria impedit la lectura d’una victòria d’Arrimadas, que evidentment faran alguns aquí i a l’estranger (inclosos els mitjans espanyols). Haver deixat guanyar Arrimadas per interessos de partit –especialment, d’ERC– ha estat una decisió dolenta. L’atac era tan fort que les diferències s’han fet molt incòmodes per als electors amb sentit de país i contraproduents per a tothom.

Junts per la República. La première lecture, la plus importante, est celle des blocs. Si la mentalité avait été celle du bloc, du peuple, de la force unitaire, aujourd’hui nous aurions échappé aux déceptions et maux de tête. La réédition de Junts pel Sí – qui aurait pu se traduire en un « Junts per la República » – aurait empêché la lecture d’une victoire d’Arrimadas que font évidemment certains ici et à l’étranger (y inclus les médias espagnols). Avoir laissé gagner Arrimadas pour des intérêts de partis – spécialement l’ERC – a été une mauvaise décision. L’attaque était si forte que les différends [parmi les partis indépendantistes] ont mis très mal à l’aise les électeurs attachés au pays, et ont été contreproductifs pour tous.

El romanço del vot útil. A l’espanyolisme, això del vot útil li serveix. L’operació d’estat en què han participat gairebé tots els mitjans del règim per aconseguir la victòria de Ciutadans ha fet efecte. En canvi, aquesta història no té sentit entre l’electorat independentista. Hi havia moltes motivacions més poderoses en el vot dels defensors de la República que el vot reactiu contra Ciutadans. L’adversari era el cop d’estat, el 155, Rajoy, Felipe VI, Millo, les forces d’ocupació… Per tant, aquesta brama del vot útil que no han deixat de fer córrer les forces majoritàries republicanes ha esdevingut una estratègia inútil. Aquesta nit molta gent que n’ha fet cas es recaragolarà al llit pensant que els han fet beure a galet.

La romance du vote utile. Dans l’espagnolisme, c’est le vote utile qui a joué. L’opération d’État à laquelle ont participé quasiment tous les relais du régime pour épauler la victoire de Cuitadans a fait son effet. En revanche, cette histoire n’a pas eu d’effet dans l’électorat indépendantiste. Il y a eu de nombreuses motivations plus puissantes dans le vote des défenseurs de la République que le vote de réaction contre Ciutadans. L’adversaire était le coup d’État, le 155, Rajoy, Felipe VI, Millo, les forces d’occupation… Pourtant, cet appel au vote utile, qui n’a pas cessé de faire courir les forces républicaines majoritaires, est devenu une stratégie inutile. Cette nuit, beaucoup de gens qui s’y sont conformés se retournent dans leur lit en pensant qu’on a abusé de leur crédulité.

Influir i no informar. Una de les crítiques que no he pogut reprimir aquests dies ha estat l’ús i abús periodístic i partidista de les enquestes. En la campanya, les enquestes es fan i es publiquen per influir en el vot dels electors i no pas per assenyalar una fotografia d’una realitat que la demoscòpia és incapaç de capturar. Entre demà i dissabte, els mitjans que han difós enquestes haurien de fer autocrítica pública i assenyalar les desviacions de les seves ‘informacions’. Com ja han fet alguns dels mitjans de més prestigi mundial, el millor pas que podrien fer els mitjans catalans és no publicar ni fer-se ressò de les enquestes. Segur que troben uns altres canals per a la difusió i així ens estalviem de malmetre el bon nom i la utilitat del periodisme.

Influencer et non informer. L’une des critiques que l’on ne peut refouler ces jours-ci est l’usage et l’abus journalistiques et partisans des enquêtes d’opinion. Pendant la campagne, les enquêtes ont été faites et publiées pour influencer le vote des électeurs et non pour présenter une photographie d’une réalité que la démoscopie est incapable de saisir. Entre demain et samedi, les médias qui ont diffusé les enquêtes feraient bien de faire leur autocritique publique et reconnaître les dérives de leurs « informations ». Comme l’ont déjà fait certains médias de très grand prestige mondial, le meilleur pas que pourraient franchir les médias catalans serait de ne plus publier les enquêtes ni de leur faire écho.

Residualitat de l’amo de la porra. El món llegirà moltes coses en aquest resultat. No totes ens són favorables als defensors de la República. Però una d’aquestes lectures serà observar quin resultat ha fet el partit que governa Espanya, el partit de Rajoy, aquell que els ha dit que tot plegat era un afer intern i que s’ocupava de resoldre’l tot solet. Tres diputats i poc més del 4% dels vots és una situació pràcticament residual per a una formació que té quotes de poder tan altes a l’estat espanyol i, per tant, tots els mitjans disponibles per a fer-se notar. Els qui van ordenar un atac sense precedents als col·legis electorals del referèndum han estat castigats d’una manera severa a Catalunya. Podran continuar confiant l’estratègia de solució a aquest partit els governs d’Europa?

Le résidu du détenteur de la matraque. Le monde lira beaucoup de choses dans ce résultat. Pas toutes favorables aux défenseurs de la République. Mais l’une de ces lectures sera d’observer quel résultat a fait le parti qui gouverne l’Espagne, le parti de Rajoy, lequel a dit que tout cela était une affaire interne et qu’il s’occupait de la résoudre tout seul. Trois députés et un peu plus de 4 % des voix est une situation pratiquement résiduelle pour une formation qui détient les plus hauts leviers du pouvoir dans l’État espagnol et, donc, tous les moyens disponibles pour se distinguer. Ceux qui ont ordonné une attaque sans précédent des bureaux électoraux lors du référendum ont été sévèrement punis en Catalogne. Les gouvernements de l’Europe pourront-ils continuer à confier à un tel parti la stratégie de la résolution [du conflit] ?

La por no fa por. L’independentisme ha revalidat el resultat de l’1 d’octubre i ha millorat els vots del 27 de setembre de 2015. Aleshores, molts analistes enllustrats i protegits per l’estat espanyol van escampar als quatre vents que s’havia tocat sostre. Que l’independentisme no podia créixer més. I en una situació de terror, de repressió i d’amenaça permanent, l’independentisme ha fet unes quantes passes més endavant. Això no significa que cessi la ràbia dels repressors i que acceptin cap via alternativa de solució. És probable que l’estat espanyol consideri que han pegat massa poc i que no ens ha espantat prou. Però la dignitat i la valentia d’una part molt important d’aquest poble és inigualable. La por ja no fa por. No s’ha quedat ningú a casa després de tanta amenaça i tanta violència. Que en prenguin nota.

La peur ne fait pas peur. L’indépendantisme a validé de nouveau le résultat du 1er octobre et a amélioré ses votes du 27 septembre 2015. Alors que nombre d’analystes flattés et protégés par l’État espagnol se sont répandus aux quatre vents disant qu’il avait atteint son plafond. Que l’indépendantisme ne pouvait plus croître davantage. Or, dans une situation de terreur, de répression et de menace permanente, l’indépendantisme a fait quelques pas de plus en avant. Cela ne signifie pas qu’a cessé la rage des oppresseurs et qu’ils acceptent quelque voie alternative pour trouver une solution. Il est probable que l’État espagnol considère qu’on l’a trop peu payé et qu’il ne nous a pas fait assez peur. Eh bien, la peur ne fait pas peur. Personne n’est resté à la maison après tant de menace et de violence. Qu’ils en prennent note.

President. El resultat del bloc republicà ha donat la victòria a Puigdemont i la seva llista. L’estratègia de sorpasso d’ERC no ha funcionat i ara caldrà refer els ponts ensorrats i restablir el govern legítim. El retorn de Puigdemont al parlament serà un dels moments més decisius de les setmanes vinents. Caldrà la màxima unitat per a fer possible el restabliment de la República en el punt on va quedar el 27 d’octubre. Cal suposar que no ens faran suportar ara un debat sobre la investidura i tot allò que ja vam viure fa dos anys. Si hi ha res que hagi impedit que el resultat fos més clar ha estat la insistència a presentar diferències entre partits i no pas la unitat que sí que es viu al carrer. Puigdemont s’ha guanyat la presidència contra tots els pronòstics (intencionats) i ara cal instaurar l’estratègia del retorn.

Président. Le résultat du bloc républicain a donné la victoire à Puigdement et à sa liste. La stratégie de suprématie de l’ERC n’a pas fonctionné et, maintenant, il faudra rouvrir les ponts verrouillés et rétablir le gouvernement légitime. Le retour de Puigdement au parlement sera l’un des moments les plus décisifs dans les semaines à venir. Il faudra l’unité maximale pour rendre possible le rétablissement de la République là où on l’a laissé le 27 octobre. Cela suppose que nous ne menions pas un débat sur l’investiture et que nous ne vivions pas de nouveau ce que nous avons vécu il y a deux ans. S’il y a une chose qui a empêché que le résultat soit plus clair, ce fut l’insistance des partis à présenter leurs différends et non l’unité qui s’est vue dans la rue. Puigdemont a gagné la présidence contre tous les pronostics (intentionnels) et, aujourd’hui, il faut mettre en place la stratégie de son retour.

El missatge al món. Els principals mitjans internacionals, els més influents i poderosos, no han dubtat a fer titulars sobre Catalunya. El bloc independentista s’ha imposat en unes eleccions que servien per a calcular el suport a la República proclamada i a les mesures repressives de l’estat espanyol. La lectura és clara, entre aquests mitjans. També parlen del cop dur que ha rebut Rajoy i la seva estratègia. Ara cal veure si aquest missatge té cap influència en els governs europeus. Caldrà veure si aquest missatge servirà per a obligar Rajoy a seure a taula. Amb els precedents d’aquests últims mesos, no cal tenir-hi pas gaire confiança. Però l’opinió pública és important per als governs. I si avui s’ha fet cap pas important és aquest missatge a l’opinió pública internacional sobre la determinació del poble de Catalunya.

Le message au monde. Les principaux médias internationaux, les plus influents et puissants, n’ont pas hésité à titrer sur la Catalogne. Le bloc indépendantiste s’est imposé dans des élections qui ont servi à évaluer le soutien à la République proclamée et les mesures répressives de l’État espagnol. La lecture est claire, parmi ces médias. Ils parlent aussi du coup dur qu’ont reçu Rajoy et sa stratégie. Maintenant il faut voir si un tel message aura quelque influence sur les gouvernements européens. Au vu des précédents de ces derniers mois, il n’y a pas lieu de leur faire confiance. Mais l’opinion publique est importante pour les gouvernements. Or si, aujourd’hui, il y a eu un pas important de fait, c’est ce message à l’opinion publique internationale sur la détermination du peuple de Catalogne.

Comprometre’s més. La CUP ha reculat significativament en aquestes eleccions respecte del 27-S. Això es deu a dues qüestions. L’efecte David Fernàndez, que va fer pensar en una CUP amb una cara una mica diferent de la que ha tingut després. I l’efecte Junts pel Sí, que va fer que tingués un vot prestat de votants d’Esquerra que no tenien cap intenció de votar Artur Mas. Un cop passats aquests dos efectes, la CUP ha tingut dificultats per a resistir l’atracció i la força d’ERC i Junts per Catalunya. Hi ha hagut una bossa important d’indecisos fins a l’últim moment que es debatien entre CUP i Puigdemont. Entre el vot de la contundència i el vot del president legítim. La majoria d’aquesta bossa s’ha decantat pel president. I potser ha passat factura a la CUP ser l’únic partit de la majoria republicana que no tenia ningú ni a la presó ni a l’exili.

S’engager davantage. La CUP a significativement reculé dans ces élections par rapport à celles du 27 septembre 2015. Cela est dû à deux phénomènes. L’effet David Fernàndez, qui avait fait imaginer une CUP au visage un peu différent de celui qu’elle a eu depuis. Et l’effet Junts pel Sí, qui lui a permis de capter un vote conséquent des électeurs de la Gauche qui n’avait aucunement l’intention de voter Artur Mas. Cette fois, ces deux effets ayant été périmés, la CUP a eu des difficultés à résister à l’attraction et à la force de l’ERC et de Junts per Catalunya. Il y a eu une masse importante d’indécis qui jusqu’au dernier moment ont hésité entre la CUP et Puigdemont. Entre le vote de la radicalité et le vote pour le président légitime. La majorité de cette nasse s’est déterminée pour le président. Et peut-être a-t-elle présenté la facture à la CUP d’être le seul parti de la majorité républicaine à n’avoir personne en prison ni en exil.

Aquestes són algunes de les observacions que podem fer ara, en aquestes primeres hores després de la votació. D’ara endavant caldrà anar afinant les anàlisis. Caldrà anar trobant resposta a algunes preguntes que encara mantenen l’interrogant. Però els defensors de la República han d’estar contents d’haver resistit amb tanta solidesa el cop més fort rebut pel nostre país des del 1939. Res no serà fàcil d’ara endavant. Serà molt complicat. Molt. Però s’ha fet allò que calia fer per mantenir les opcions de victòria. Resistir no és vèncer, però és imprescindible per a fer-ho.

Voilà quelques-unes des observations que l’on peut faire maintenant, en ces premières heures d’après le vote. Dorénavant il faudra affiner les analyses. Il faudra avancer pour trouver des réponses à certaines questions qui gardent toujours le point d’interrogation. Mais les défenseurs de la République peuvent être heureux d’avoir résisté avec tant de solidité au plus fort coup reçu par notre pays depuis 1939. Rien ne sera facile dorénavant. Ce sera très compliqué. Très. Mais on a fait ce qui devait être fait pour maintenir les options de la victoire. Résister n’est pas vaincre, mais c’est indispensable pour y parvenir.

Le texte original, en catalan sur le site de Vilaweb : Vuit observacions que ens han de fer pensar després del 21-D

Traduction de Pierre G (Toulouse)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.