Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

1001 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 juil. 2011

Montpellier, microcosme et microscope de la gauche antilibérale

Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'heure des présidentielles est venue si l'on en croit les gazettes. Classique prématurité médiatique du politique qui n'en finit pas de subordonner son propre cycle à sa mise en spectacle au prix, en particulier, d'une hyperpersonnalisation des enjeux. Devant ces jeux de masques et autres oblitérations des questions essentielles touchant à la vie de millions de salariés, on peut chercher à redessiner les données politiques de fond de la prochaine présidentielle en s'échappant des fixations sur le national pour retrouver ce qui "travaille" le local : le cas de Montpellier peut ainsi servir de révélateur de ce qui s'apparente à des jeux de dédoublement, virant eux-mêmes à une certaine duplicité politique, chez ceux qui promeuvent la candidature de Jean-Luc Mélenchon comme l'Alternative tant attendue.

Nous n'irons pas jusqu'à dire que Montpellier dit toute la vérité sur cette candidature : il permet seulement de lancer une alerte invitant à déconstruire ce qui voudrait nous faire oublier que le concret (local en l'occurrence) dit quelque chose que l'abstrait national (rien de moins qu'une élection présidentielle modelée par la Ve République!) laisse dans le non-dit. Je sais d'expérience qu'une telle approche prend de plein fouet le fidéisme politique de ceux qui, à gauche, s'accrochent désespérément à ce qui leur semble une bouée antisarkozyste salvatrice. Mais l'expérience montre aussi que ces bouées se dégonflent aux premières bourrasques et provoquent des (dé)perditions politiques dont un Sarkozy et un(e) Le Pen ont tiré profit et tireront profit pour longtemps.

Un simple rappel : le cas de Montpellier et, plus largement, du Languedoc-Roussillon, est d'autant plus intéressant qu'il a connu l'une des rarissimes expériences de large unité de la gauche antilibérale/anticapitaliste, lors des Régionales de l'an passé. Expérience sacrifiée dès les récentes cantonales héraultaises par un Front de Gauche se calant déjà, sans plus de discussion, sur la logique des présidentielles où la primauté, malgré quelques velléités de résistance interne, était au lancement de la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Avec la construction d'un discours d'autopréservation suggérant que la responsabilité de cette désunion revenait au NPA ! Toutes "petites" choses locales qui sont un avertissement sur ce qui se joue à l'échelle nationale et qui devrait déjà commencer par problématiser les pseudoévidences sur le "sectarisme isolationniste" du NPA, lequel NPA porte, au niveau national, sa part de responsabilité dans l'échec de l'unité de la gauche radicale mais sûrement pas LA responsabilité ! Car indiscutablement dans le 34 l'unité a été portée jusqu'au bout par le NPA...Vraie - et tellement inconfortable - fausse note dans le consensus mélenchoniste d'une partie de la gauche radicale !

.................................

Paru sur le blog du NPA 34 (http://www.resistons.net/index.php?)

Une gauche municipale qui "bouge" à Montpellier ... ah bon ?

Essayons d'y voir clair : en parallèle ou en connexion avec le tout frais remaniement de postes opéré par Hélène Mandroux [maire PS] à la mairie de Montpellier, nous avons eu un succulent jeu de "chaises politico-musicales" qui a vu un élu "société civile" passer au PS, un UMP, certes membre de..."Gauche Moderne", passer au Modem ...allié, lui-même, au PRG (de gauche, donc!)...

Et puis nous avons apprécié le sens du contre-pied d'un Modem qui, lui, a filé au PS (pour en savoir plus et plus précisément sur ces acrobaties, voir Conseil municipal de Montpellier : les nouvelles délégations des élus [Montpellier Journal]).

Bon voilà, cela se passe dans une majorité de gauche où le PC, au moins, résiste au "bougisme" cocasse de ses alliés. Mais au prix de ce qui, tout de même, se donne à voir comme un grand écart politique avec ce qui est proclamé, pour les présidentielles, avec le Front de Gauche, rien de moins qu'un cours politique refusant les compromissions et autres accommodements politiciens-politicards, depuis des proclamations, sinon d'indépendance (la pierre d'achoppement avec le NPA !), du moins de démarcation vis-à-vis du PS. Le tout se revendiquant de l'alternative antilibérale et citoyenne mais aussi, contradictoirement, d'un programme partagé de toute la gauche...oui, toute la gauche, ou presque,...comme à Montpellier où le Modem "partage" aussi mais pas les Verts qui voudraient pourtant en être!

Convenons que, vu de cette mairie, la clarté politique affichée dans la campagne des présidentielles du Front de Gauche est, quelque peu, embuée...par les effets délétères du programme partagé, au quotidien gestionnaire, avec les Dufour [Modem], Tsitonis [Modem], Saurel [PS], Vignal [PS], tous d'un fan-club social-libéral ou centro-libéral, qui, de Bayrou, qui, de DSK/FMI-mauvaise pioche, qui, de Valls, le plus sarkocompatible (1), qui, d'un Hollande qui "ne s'offusque même pas quand on lui demande s'il se voit en une sorte de Raymond Barre de gauche" (Mediapart) ou encore d'une Aubry jouant à être plus libérale que ledit Hollande pour gagner les primaires de son parti ! (2)

Comme aurait dit le fourbe Scapin, "Que diable va faire le PC dans cette galère?" alors que la nef de A Gauche Maintenant !, malgré tous les écueils, avait commencé à tracer, aux Régionales de l'an passé, un sillon autrement prometteur autour d'un programme partagé, pour le coup, avec un NPA, il est vrai, peu friand de la tambouille socialiste !

Sera-t-il possible, un jour, de dérouter le bateau de l'unité de gauche vers d'autres rives que celles, mouvantes et très bric-à-brac social-libéral et capitaliste, du PS et du Modem ? Les actuelles péripéties municipales de Montpellier, où l'empreinte de l'opportunisme frêchiste reste encore prégnante, même chez ceux qui prétendent s'en être émancipés, amènent à reposer la question...

Antoine

(1) encore qu'il semble évoluer mais toujours dans le même sens : Valls rêve d'une "majorité" élargie à Villepin et Bayrou (Le Monde)

(2) "[François Hollande] ne s'offusque même pas quand on lui demande s'il se voit en une sorte de Raymond Barre de gauche. Ce n'est, certes, qu'une anecdote mais elle est révélatrice. « On vous qualifie parfois de Raymond Barre de gauche. Est-ce un compliment à vos yeux? », lui a ainsi demandé il y a quelque temps le journal Les Echos.

François Hollande a partiellement accepté cette filiation, à la manière d'un Pierre Bérégovoy qui ne détestait pas qu'on voie en lui un « Pinay de gauche ». « Je le prends avec précaution, car on ne peut pas dire que sa réussite à l'élection présidentielle ait été totale ! On ne peut dire non plus que sa gestion ait été parfaite. Mais il a eu le souci de remettre nos finances publiques à flot », a simplement répondu François Hollande.

Inquiétante filiation ! En 1981, Raymond Barre est, avec Valéry Giscard d'Estaing, le symbole de la politique réactionnaire qu'il faut mettre en échec, le premier ministre des injustices sociales, du chômage et des premiers petits boulots. Trente ans après le 10 mai 1981[...] le voici en partie réhabilité par les héritiers de ceux qui l'ont battu. C'est à l'évidence de très mauvais augure pour la gauche. Et plus encore pour ceux qui rêvent toujours de « changer la vie » et qui assistent, attristés, à ce spectacle désolant d'une gauche qui perd tous ses repères. Adieu Keynes ! Vive Raymond Barre..." (Mediapart du 19 juillet : Adieu Keynes ! Vive Raymond Barre ! par Laurent Mauduit)

On trouve dans ce même article ces lignes sur Aubry que/qui soutient Hélène Mandroux : "François Hollande et Martine Aubry viennent en effet, l'un après l'autre, de prendre position en faveur du plan de réduction des déficits et de la dette publics arrêté par le gouvernement, et d'écorner au passage les engagements contenus dans le projet arrêté par leur propre parti pour 2012. [...]

Dans une étonnante compétition libérale, la rivale [de François Hollande] dans la primaire, Martine Aubry, a fait comprendre que, elle aussi, si elle était élue, n'aurait de cesse que de bafouer les engagements pris par le Parti socialiste et de mettre en œuvre une politique d'austérité. Elle l'a clairement dit, dès le lendemain, dimanche 17 juillet, à l'occasion d'un entretien sur Europe-1, que l'on peut écouter ci-dessous (surtout à partir de 32'34'').

En réponse à un journaliste qui lui demande ce qu'elle pense de cette opinion exprimée la veille par François Hollande en faveur d'une réduction des déficits sous les 3% du PIB dès 2013, Martine Aubry n'hésite pas un seul instant : « Non seulement je le pense, mais... » Interrompue par l'un de ses interlocuteurs, elle n'a pas le temps de poursuivre. Mais peu après, elle a le loisir de s'expliquer : « On ne peut pas vouloir être présidente de la République et ne pas respecter les engagements de la France », précise-t-elle. Elle s'engage donc sur les « 3% en 2013, puisque c'est la règle aujourd'hui ».

A lire aussi

Une lettre du NPA 34 pour l'unité de la gauche anticapitaliste et antilibérale du département

Le NPA a présenté ses candidats aux cantonales

Le PCF et la privatisation des crèches à Montpellier

Montpellier Crèche Joséphine Baker, la CGT contre la Délégation de Service Public votée par la municipalité

Clémentine Autain dans l’Hérault ou l’art de brouiller les cartes de l’unité ! (Mediapart)

Doublement de l'A9. "Front unique", "Union sacrée" (Midi Libre) entre le patronat local et la gauche de l'Agglo de Montpellier

MONTPELLIER, CONSEIL MUNICIPAL du 24 NOVEMBRE 2011 : " le PS et le PC ne s’honorent pas avec ce type de pratique..." (Francis Viguié, élu NPA-Cual)

Mandroux recevant le soutien d'Aubry aux dernières Régionales

Illustration : 1271209878

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille
Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne
Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent
Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone