Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

1001 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 janv. 2022

Marianne et Caroline Fourest, ça coince !

La levée de bouclier de la société des rédacteurs de Marianne contre C Fourest qui y tient chronique s'apparente à un jeu de dupes si l'on s'en tient à l'écume de la polémique : la préface de celle-ci à une enquête sur Soral et son groupuscule, dont un journaliste de l'hebdo a révélé qu'elle avait été bidonnée au grand dam de la dame. Sa tentative d'empêcher l'enquête a mis le feu aux poudres.

Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chez Marianne Caroline Fourest n'est plus en odeur de sainteté ! C'est dire...

Caroline Fourest, chroniqueuse à Marianne, s'aliène la société des rédacteurs du magazine qui réclame sa démission : lire ici. Belle découverte tardive qu'elle est une nageuse en eau trouble...de haut vol.

Illustration Wikipedia

C'est l'occasion de rappeler comment fonctionne le schéma mystificateur de ce triste personnage : c'est un schéma triangulaire constitué 1/ de la pointe antifasciste qui est en jeu ici puisqu'il s'agit de son implication dans ce qui est dénoncé chez Marianne comme une enquête bidon sur Soral et sa bande de fachos Egalité et Réconciliation, 2/ de la pointe islamophobe que son antifascisme cherche à désamorcer en posant l'amalgame entre islamistes et fascistes; sur la question de l'islam elle combattrait le fascisme islamiste et 3/ précisément le coeur de cette imposture antifasciste, la pointe "féministe" qui a pour socle un autre amalgame, complémentaire du précédent, sur la question du "voile" qui serait le signe univoque dudit fascisme vert. Partisane de la politique du haro sur les porteuses du "voile", non seulement C Fourest les exclut de pouvoir faire l'objet d'une solidarité féministe face aux discriminations, voire aux agressions, qu'elles subissent mais, pire, elle les exclut de pouvoir être sujets féministes (elles ne sont que les marionnettes des fachos fous d'Allah, par où se glisse le pire des stéréotypes patriarcaux déniant le moindre libre arbitre aux femmes) et pire encore les expose, en tant qu'ennemies des droits des femmes, à la vindicte discriminatoire de l'Etat répressif !

Cette structuration réactionnaire, manipulatrice et foncièrement malhonnête de la pensée de cette idéologue trouve son plein sens au centre du triangle qui lui donne forme : son inféodation à la politique islamophobe du gouvernement et le pont qu'elle travaille à faire traverser aux gens de gauche vers Macron grâce à cet épouvantail du danger islamiste-terroriste-totalitaire-négateur des droits des femmes qui progresserait en France !

Caroline Fourest est l'une des initiatrices et des propagandistes sur les plateaux télévisés et radio de l'hebdo Franc-Tireur dont la ligne éditoriale joue du même effet de triangulation ici exposé avec la même centralité macronienne irradiante interactivement avec les trois pointes, celle de l'antifascisme, celle de l'islamophobie et celle du "féminisme".

L'information du jour sur le conflit qu'elle suscite chez Marianne prend en partie sens avec l'explication de ce qui pourrait apparaître comme un paradoxe : Marianne en rajoute aussi en matière d'islamophobie, à ceci près qu'elle ne saurait accepter qu'elle soit instrumentalisée, comme fait Caroline Fourest, au profit d'un Macron qu'elle déteste profondément. Son républicanisme punitif, s'accommodant du mouvement des Gilets Jaunes pour autant qu'il ne cède pas aux sirènes de la radicalité de la gauche anticapitaliste, sans relever stricto sensu d'une adhésion ouverte à l'extrême droite, flirte avec ses thématiques antimigrations, "antiwokistes", antidécoloniales, etc. (par lesquelles, rappelons-le, le macronisme cherche à concurrencer les Zemmour-Le Pen) toutes complémentaires de son islamophobie.

Récapitulons : le conflit entre les journalistes de Marianne et Caroline Fourest ne peut, à mon avis se comprendre sur le fond sans prendre en compte ce qui explique la présence et donc l'acceptation initiale de celle-ci par les premiers, leur commune islamophobie, et ce qui fonctionne en contradiction radicale avec cette acceptation, surtout en ces temps pré-électoraux particulièrement clivants dans le binôme systémique : macronisme vs extrême-droite. Attaquer le soralisme, avec, comme effet de rebond, ce qui, chez Caroline Fourest, permet de jouer en faveur du ... progressisme (!?) macronien se revendiquant de l'alternative électorale à l'extrême droite (en oubliant évidemment que lui-même joue de l'islamophobie et de l'anti-immigrationnisme) bute sur, comme je l'ai dit plus haut, le logiciel de la détestation du macronisme chez Marianne combinée à ce qui la rapproche de l'extrême droite !

Le reste, la malhonnêteté propre à Caroline Fourest et ses pratiques manoeuvrières et manipulatrices, certes importantes mais ne datant pas d'aujourd'hui, ne sauraient faire oublier l'essentiel, quoique non dit, qui est politique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran