Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

991 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 sept. 2011

La gauche au Sénat : "je te tiens, tu me tiens par la barbichette... frêchiste"...

Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Décidément le Languedoc-Roussillon se rappelle au mauvais souvenir de la gauche nationale à tout moment.

C'est ainsi que, au plus fort de l'enthousisame généré par la victoire "historique" de ce week-end, on découvre que pour gagner vraiment la majorité au Sénat, il va falloir qu'à gauche on compose avec ...les frêchistes ! Ils représentent en effet les trois voix nécessaires pour faire basculer cette majorité rappelle Midi Libre (1). Oui, mais voilà, ils sont encore sous le coup de leur exclusion du PS depuis les Régionales de l'an passé qui les avait vu soutenir Frêche contre la candidate de la rue de Solférino ! Et, pour couronner le tout, il y a dans ce trio, l'inénarrable repoussoir Robert Navarro, l'homme aux pizzas à 19 000 euros ! (2) Sans parler du reste beaucoup moins pittoresque (3). Et Bob le boss et les deux autres savent ce que marchander signifie en politique : alors leurs voix au Sénat, il faudra, entend-on de-ci, de-là, les acheter cash avec réintégration ou quelque chose d'apparenté à la clé. Peut-être aussi avec le retrait de la plainte du PS contre Navarro !

Bon, eh bien , nous allons pouvoir vérifier à nouveau qui fait quoi et comment : le PS va-t-il jouer au donnant-donnant évoqué plus haut avec ces trois pestiférés spécimens d'une frêchie déclarée, il y a peu de temps encore, incompatible avec les "valeurs" du PS ? Le PCF, qui est allié avec Navarro et ses acolytes à la Région Languedoc-Roussillon, tout en restant coalisé avec l'autre bord socialiste à la mairie de Montpellier, va-t-il regarder ailleurs pour ajouter, au lendemain de son recul électoral, comme à son habitude, sans plus de commentaire un minimum critique, ses voix dans la marmite socialiste presque réconciliée? Et le PG de Mélenchon, blackboulé à ces sénatoriales par l'allié communiste, malgré son imploration pathétique (4) d'intégrer, lui aussi, les listes du PS, et ayant perdu ses deux seuls sénateurs, va-t-il nous faire, de l'extérieur du Sénat, la leçon éthico-citoyenne sur la nécessité maintenue, malgré les manoeuvres sénatoriales impliquant son allié du Front de Gauche, d'une autre gauche, révolutionnaire-citoyenne, etc. comme aurait dit Gainsbourg ?

Je sais, tout cela refroidit les enthousiasmes militants qui ne veulent voir que le côté lumineux des choses. Mais, quand même, battre la droite en donnant immédiatement l'image de tractations pas très cohérentes avec les déclarations officielles de pureté éthique, cela ne prépare rien de bon à terme (5). Même si dans l'immédiat cela chagrine la droite sarkoziste, spectacle en soi réjouissant. Mais on a déjà connu ces journées historiques qui font déchanter les lendemains et finissent par réenchanter la droite parce que le processus victorieux est d'emblée politiquement bancal...Des risques de débauchage par la droite (6) sont, dit-on, craints à la veille de l'élection du président de la chambre dite haute. C'est dire la fiabilité de cet arc de forces de gauche qui a fait l'évènement et, finalement, le noeud de contradictions qui travaille la gauche d'unité avec le PS !

Voilà donc ce que, depuis Montpellier, la frêchie pas très fraîche vient rappeler à ceux qui s'exaltent devant le palais du Luxembourg nimbé de rose. Dur, dur de devoir se coltiner la triste réalité alors qu'on n'a qu'une envie, croire aux contes de fée politiques qui vous serinent le petit air du monde qui va changer de base par la révolution citoyenne, citoyenne... ! Et si on reprenait tout au début, quand le Front de Gauche a refusé l'unité que lui proposait le NPA dans l'indépendance envers le PS et ... les frêchistes ? Histoire de se remettre à faire de la politique pour de bon. Pour le peuple ! Avec le peuple ! Vraiment ... sans faire de la prise du Sénat le nouvel assaut de la Bastille !

Note : du côté des écolos, cela ne s'arrange pas pour la gauche. Voilà Placé qui la joue "ouverture" à droite et "crétinisme" respectueux des équilibres institutionnels bourgeois sur la très symbolique Commission des Finances : Jean-Vincent Placé souhaite que la droite préside la commission des finances du Sénat

(1) Languedoc-Roussillon. Trois sénateurs "frêchistes" qui peuvent faire pencher la balance

(2) Fédération PS de l'Hérault : des pizzas trop salées ?

Affaire des pizzas à 19 000 € : Robert Navarro se dit victime d'un "flingage politique"

(3) Affaire Navarro : la fédération PS étoffe encore le dossier

(4) "Eric Coquerel, chargé des élections au PG, pointe la responsabilité
des socialistes plutôt que celle de leur allié du Front de gauche. "C'était au PS de rassembler toutes les forces de gauche mais on a été exclu de toutes les négociations." (Sénatoriales : l'avenir du groupe communiste en jeu)

(5) Guy Carcassonne, le professeur de droit constitutionnel, passé de Rocard au Balladur président de la commission de réforme des institutions, et fin connaisseur des capacités de la gauche à se mouler dans les institutions existantes, prédit que " La gauche [n'ayant] jamais été empêchée de gouverner par le Sénat de droite, la droite ne le sera pas davantage par un Sénat de gauche. Tout au plus l'adoption des projets de loi prendra-t-elle un peu plus de temps ce qui, d'ailleurs, n'est pas mauvais." Contredisant ainsi un JL Mélenchon qui estime que "quasiment toute réforme de droite d'ici mai 2012 peut être bloquée" grâce à la nouvelle configuration du Sénat. On notera la prudence du "peut être" qui est cependant plus confiant dans les possibilités de cette gauche sénatoriale qu'un, par nature dubitatif, "peut-être". Alors continuité politique ou rupture, le suspens est à l'oeuvre !

"La gauche va découvrir au Sénat des vertus insoupçonnées"

Pour Mélenchon, "quasiment toute réforme de droite peut être bloquée"

(6) Sénat : "Des postes en contrepartie d'un vote contre-nature" ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
NFT et métavers, symboles de la fuite en avant éperdue du système économique
Les jetons non-fongibles, qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan